The Organ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Organ

Message par Poet le Sam 12 Nov 2005, 15:50




Morrissey se serait-il réincarné en lesbienne canadienne ? C’est l’hypothèse un peu folle qu’on se fit la première fois qu’on entendit The Organ, au détour d’un épisode de la série The L Word, tant la chanteuse du groupe faisait penser à ce bon vieux Moz. Androgyne, omniprésente, Katie Sketch (qui emprunte aussi à Debbie Harry et Patti Smith) constitue incontestablement le point fort de ce quintette 100 % féminin. Basé à Vancouver, The Organ est né en 2001 de la rencontre de Katie Sketch et Jenny Smith, dont l’orgue Hammond donne son nom au groupe. Elles sont vite rejointes par Debora Cohen, une guitariste dont le style doit beaucoup à Johnny Marr, Ashley Webber (basse) et Shelby Stocks (batterie).

Bien qu’un peu lassant sur la longueur, Grab That Gun, leur premier album sorti sur le petit label indie canadien Mint Records, reste plutôt convaincant. Mélancolique et pourtant enlevée, leur musique, sur laquelle plane un incontestable charme adolescent, évoque pêle-mêle The Cure, les Go-Go’s ou New Order. Des chansons comme l’inaugurale Brother, avec sa basse phénoménale et ses guitares dégoulinantes de flanger, Sinking Hearts, le génial Steven Smith (hommage à peine déguisé à Morrissey) ou encore Basement Band Song sont tout bonnement imparables. Sur scène, les filles de The Organ, qui ont beaucoup tourné avec Interpol, ont la réputation d’être électrisantes et pleines d’énergie rentrée.


Ces musiciennes ont à l’évidence choppé quelques tics new-wave, que l’on découvre le sourire en coin en écoutant la première fois Grab that gun, leur premier album. La voix de Katie Sketch notamment, que l’on ne peut s’empêcher de rapprocher de celle, majestueuse et ample, de l’oncle Morrissey ; ces guitares cristallines également, dont les arpèges donneront la chair de poule aux amateurs de pop eighties et, pour finir, ces arrangements au minimalisme typique d’une certaine époque.



Dans "Love, Love, Love", Katie Sketch est poignante quand elle chante : "That's why I'm all alone again, that's why I'm throwing things around my home again, that's why I'm looking for love."


Et la morosité continue avec "A Sudden Death", et le refrain "I died a sudden death, I made an awful mess, I didn't stand a chance." "Memorize the City" est une fin appropriée pour un album avec la ligne finale "sometimes I close my eyes and hope that I can keep away all the darkened skies.
Sur "No One Has Ever Looked So Dead" elle chante : "And in the backseat of your car / You showed me every single star / And how the zenith and the sounds / Change in every single town," qui font résonner en moi ces réminiscences de nostalgie pour des périodes plus tristes et démentes passées- pourtant ces chansons et leur musique ne sont pas écrites pour moi spécialement et c’est bien de ce temps actuel que décrivent et vivent ces jeunes femmes.



Assister à un concert de the Organ fut (en tous cas pour moi – je le confesse) une expérience intense et déroutante. Je ne suis pas les potins des magazines people et de ce quintet de Vancouver, je ne connaissais que leur musique depuis bien 1 an et le fait que la chanteuse soit androgyne.
Déjà ce fait qu’elles avaient bel et bien leur groupies et fan club homo – filles (de la région ?) en majorité ; obligé ! qui étaient là derrière moi dans la salle faisait déjà d’entrée régner une atmosphère particulière.
Elles sont arrivées sur scène et comment ne pas avoir le regard attrapé par Katie Sketch, donc : longiligne effectivement ; le jean taille basse et petit tee-shirt bleu découvrant un ventre tout menu, de frêles bras avec de bien jolis tatouages mais un corps chargé de tension et sous un air de fragilité ou timidité la force d’un caractère et de ses convictions et puis il y a Ashley (ce prénom c’est déjà toute une hitoire) l’efficace bassiste qui doit avoir changé sa coupe de cheveux plus courts –et ça lui va beaucoup mieux – si je regarde les archives photos de leur site officiel.
Elles ont attaqué sans se présenter et ont enchaîné les morceaux de leur album – set impeccable quoique un peu martial tant les filles sont sérieuses sur scène… Je ne sais pas si c’est parce qu’elle est un peu plus ronde que ses copines mais Jenny derrière son orgue Hammond paraissait plus enjoleuse et moins à une veillée que les autres membres. Debora à sa guitare, c’est quelque chose : une petite brunette très (trop ?) sérieuse dont les expressions du visage n’ont pas variées de la soirée…

Ces filles nous renvoient à nos blessures et nos solitudes même si après le concert, c’était assez amusant d’assister à leur séance merchandising et de dédicaces auprès des autres filles fans conquises qui sont – à quelques exceptions près– reparties avec leur tee-shirt the Organ et leur pitit souvenir de cette soirée (photos avec les membres de The Organ et même la « bise », par ex.).
Je ne sais pas si vous avez cette chance amies parisiennes ou autres grandes urbaines de France mais en province, dans nos petits lieux de spectacle tel que « l’Abordage » à Evreux, on peut facilement avoir accès aux artistes après leur concert ou voir même suivre les autres concerts de la soirée à leur côté dans la salle.
Il y a même l’after qui permet d’aller prendre un verre après les concerts dans un espace jouxtant la salle ou souvent les groupes passent et nous permettent de dialoguer avec eux.
Pour ma part je n’ai jamais eu une âme de fan démonstrative même auprès de mes artistes préférés pour lesquel(le)s j’ai de l’admiration… Et puis j’aurais eu du mal à ressortir my english (heart and soul) pour leur exprimer quoi ?
Si j’avais pu avoir Katie pour moi toute seule un petit moment, j’aurais plutôt préféré aborder des thèmes plus persos et parler de ses textes… mais c’était pas le moment approprié et c’est pas évident quand on semble si peu à l’aise et coincée sur sa petite planète d’étoile solitaire.

(Je n’ai pas succombé à Queen Adreena et Catie-Jane Garside trop barrée et à la musique beaucoup trop hard et en rupture avec la première partie assurée par the Organ)
Dehors dans le ciel, un hélicoptère patrouillait dans la nuit ébroïcienne balayant de son spectre blanc-bleu les rues alentour ; drôle de soirée, monde insensé plein de bruit et de fureur qui maintient dans un réveil éveillé dans la nuit des temps...

:Star: Silent P.

Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 913
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Organ

Message par patatras le Mar 17 Jan 2006, 10:02

Salut SP, je refais une apparition sur le forum pour découvrir du bon!
Je ne connaissais pas, grâce à toi, je vais m'empresser de découvrir ce groupe et ...cette voix.
Thanks a lot. :alien:

patatras
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 30/05/2005

http://gastronomades.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Organ

Message par Poet le Dim 14 Mai 2006, 21:52

Je remets le couvert avec les filles de Vancouver ; ce morceau de Véronique Sanson me faisait déjà frissonner mais qu'est-ce que je serai au 7e ciel si on m'offrait un petit séjour du côté du Canada et du Quebec ; surtout depuis que j'ai découvert The organ et que dans mes rêves les plus fous (voire torrides Embarassed Mr.Red ), j'imagine partager quelques moments de leur quotidien ; déambuler avec Katie ( TM ), Ashley (ah son piercing sur la levre :amoureuse: ) ou Jenny l'organiste, m'engouffrer avec elles dans quelques bars ou clubs pour boire des verres et refaire le monde en plaisantant et en dansant.
Pour illustrer mes propos, j'vous ai trouvé du visuel et je vous laisse les textes de "Memorize the City" et "love, love, love"

see the people sitting over there
i want to kiss and touch them everywhere
oh no, not because i really care
oh god, no , no, i wouldn’t dare
love, love
i’d really like a small part of it
oh love
i cant believe the word love
he’s had love in damp alleys
in city hall, in city libraries
we smoked it underneath the playground
slide
why did i try ?
oh love
we cry so very much about it
oh love
obsessing in the night about it
oh love
i’d really like a small part of it
oh love, love , love
okay , that’s enough of that
okay, okay now that’s enough of that
i’m getting very tired of the facts
i’m getting very tired of the fact that
i must be right
oh, it must be right
that’s why i,m cold and alone again
that’s why i’m all on my own again
that’s why i’m throwing things around my
home again
that’s why
i’m looking for love


-------------------------------------------

Memorize The City
oh, darkness filled the sky as pools of water filled your eyes
they sparkled like phosphorescence in the bay
although our lips barely touched
i have never felt so much
and i’d really like to feel that way again
oh , oh , when ?
i walk through the streets and memorize the city
i count every light until i reach the shore
sometimes i close my eyes and you’re not very pretty
sometimes i can’t believe i’ve had those thoughts before
we pulled a boat down to the dock and stole two steady oars
i pushed you off into the dark: acrisius favours
and from above the great abyss
you threw pennies in and wished for the feeling of wanting nothing more
sometimes i close my eyes
and hope that i can keep away all the darkened skies
http://mfile.akamai.com/14590/rm/ondemandrm.chumtv.com/video/artists/o/organ_the/memorize_the_city_full.rm


http://www.musiques-volantes.org/10/organ.htm

Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 913
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Organ

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 06:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum