Barbara

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Barbara

Message par TARADITA le Jeu 17 Nov 2005, 22:49

Attendez que ma joie revienne

Attendez que ma joie revienne
Et que se meure le souvenir
de cet amour de tant de peine
Qui n'en finit pas de mourir
Avant de me dire je t'aime
Avant que je puisse vous le dire
Attendez que ma joie revienne
Qu'au matin je puisse sourire

Laisssez-moi le chagrin m'emporte
Et je vogue sur mon délire
Laissez-moi ouvrez cette porte
Laissez-moi je vais revenir
J'attendrai que ma joie revienne
Et que soit mort le souvenir
De cet amour de tant de peine
Pour lequel j'ai voulu mourir
J'attendrai que ma joie revienne
Qu'au matin je puisse sourire
que le vent ai séché ma peine
Et la nuit calmé mon délire

Il est parait-il un rivage
où l'on guérit du mal d'aimer
les amours mortes y font naufrage
Epaves noires du passé
Si tu veux que ma joie revienne
Qu'au matin je puisse sourire
Vers ce pays où meurt la peine
Je t'en prie laisse moi partir
Il faut de mes amours anciennes
Que périsse le souvenir
Pour que libérée de ma chaine
Vers toi je puisse revenir
Alors je t'en fais la promesse
Ensemble nous irons cueillir
Au jardin fou de la tendresse
La fleur d'amour qui va s'ouvrir
Mais c'est trop tôt pour dire je t'aime
Trop tôt pour te l'entendre dire
La voix que j'entends c'est la sienne
Ils sont vivants mes souvenirs
Pardonne moi c'est lui que j'aime
Le passé ne veut pas mourir.

Album : Dis quand reviendras-tu?
Paroles et musique écrites par Barbara en 1963

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Jeu 17 Nov 2005, 22:53

Aurais-tu du vague à l'âme TARADITA ?

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

les mots et les maux de toute une vie avec Barbara

Message par louison le Ven 18 Nov 2005, 10:05

J'ai tué L'amour.

J'ai l'air comme ça d'une moins que rien
Qu'a pris la vie du bon côté,
D'une fille perdue qui va son chemin
Sans trop chercher à s'y retrouver.
Quand un garçon me fait la cour,
Ça m'fait plus rien : j'ai l'habitude.
Ça m'amuse deux ou trois jours
Puis je me retourne à ma solitude.

J'ai tué l'amour
Parce que j'avais peur,
Peur que lui n'me tue
A grands coups de bonheur.
J'ai tué l'amour.
J'ai tué mes rêves.
Tant pis si j'en crève.

Je n'fais pas l'amour pour de l'argent
Mais il ne m'reste pas beaucoup de vertu.
C'est presque aussi décourageant
Que de faire les cents pas dans la rue.
Maintenant, mon cœur est ensablé.
Il a cessé de fonctionner
Le jour même où je l'ai quitté,
Sans trop savoir où ça me mènerait.

J'ai tué l'amour
Parce que j'avais peur,
Peur que lui n'me tue
A grands coups de bonheur.
J'ai tué l'amour.
J'ai tué mes rêves.
Tant pis si j'en crève.

Quand je pense que, pour ma liberté,
J'ai brisé, cassé notre chaîne,
Quand je pense qu'il n'y avait qu'à s'aimer,
Qu'à mettre ma main dans la sienne.
Maintenant je l'ai, ma liberté,
Comme un fardeau sur mes épaules.
Elle me sert tout juste à regretter
D'avoir joué le mauvais rôle.

J'ai tué l'amour
Parce que j'avais peur,
Peur que lui n'me tue
A grands coups de bonheur.
J'ai tué l'amour.
J'ai tué mes rêves.
Tant pis si j'en crève.

louison
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Ven 18 Nov 2005, 10:17

Plus rien

Plus rien, plus rien
Que le silence
Ta main, ma main
Et le silence
Des mots, pourquoi
Quelle importance
Demain, plus tard
Les confidences
Si douce, ta bouche
Et je m'affole
Je roule, m'enroule
Et tu t'affoles
La nuit profonde
La fin du monde
Une gerbe de feu
Pour se connaître
Se reconnaître
Pourpre et or et puis bleue
Plus rien, plus rien
Que le silence
C'est bien, nos mains
Et ce silence...

Album Le soleil noir de 1968
Paroles de Barbara et musique de Michel Colombier

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Ven 18 Nov 2005, 11:02

Le jour où tu viendras, le jour où tu viendras,
Le jour où tu viendras, ne prends pas tes bagages,
Que m'importe, après tout, ce qu'il y aurait dedans,
Je te reconnaîtrai à lire ton visage,
Il y a tant et tant de temps que je t'attends,
Tu me tendras les mains, je n'aurai qu'à les prendre,
Et consoler les voix qui pleurent dans ta voix,
Je t'apprivoiserai, les lumières éteintes,
Tu n'auras rien à dire, je reconnaîtrai bien,

Le tout petit garçon, le regard solitaire,
Qui cachait ses chagrins dans les jardins perdus,
Qui ne savait jouer qu'aux billes ou à la guerre,
Qui avait tout donné et n'avait rien reçu,

Si je venais vers toi, je viendrais sans bagages,
Que t'importe, après tout, ce qu'il y aurait dedans,
Tu me reconnaîtrais à lire mon visage,
Il y a tant et tant de temps que tu m'attends,
Je te tendrai les mains, tu n'aurais qu'à les prendre,
Et consoler les voix qui pleurent dans ma voix,
Tu m'apprivoiserais, les lumières éteintes,
Je n'aurais rien à dire, tu reconnaîtrais bien,

La toute petite fille, aux cheveux en bataille,
Qui cachait ses chagrins dans les jardins perdus,
Et qui aimait la pluie, et le vent et la paille,
Et le frais de la nuit, et les jeux défendus,

Quand viendra ce jour-là, sans passé, sans bagages,
Nous partirons ensemble vers un nouveau printemps,
Qui mêlera nos corps, nos mains et nos visages,
Il y a tant et tant de temps que l'on s'attend,
A quoi bon se redire les rêves de l'enfance,
A quoi bon se redire les illusions perdues,
Quand viendra ce jour-là, nous partirons ensemble
A jamais retrouvés, à jamais reconnus,

Le jour où tu viendras, le jour où tu viendras,
Il y a tant et tant de temps que je t'attends...

SANS BAGAGES
Barbara - S. Makhno, 1964

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Tu sais......

Message par louison le Ven 18 Nov 2005, 16:07

TU SAIS.....

Parole et musique: BARBARA

Tu sais, si ce n'était pas toi,
Si ce n'était pas toi
Au bout de ce voyage,
Tu sais, si ce n'était pas toi,
Referais-je les pas,
Aurais-je le courage
De te venir,
De recommencer un voyage,
De te venir,
De risquer peut-être un naufrage ?
Tu sais, je suis si lourde
Du temps que je porte,
Si lourde, lourde
Et l'idée de refaire mes bagages
Au creux de l'hiver, c'est dur, à mon àge.
Je veux dormir. J'ai besoin de silence.
Je n'en peux plus, et soudain, je balance, je balance
Car toi, chaque fois que je te retrouve,
Toi, c'est la vie que je redécouvre.
J'ai beau savoir, et te connaitre et m'y attendre,
C'est fou, mais je sais qu'encore tu vas me surprendre,
M'étonner, m'émerveiller.
Je viens, et tant pis si l'on se déchire.
Je viens, je veux le meilleur et le pire.
Je viens demain car je veux te rejoindre.
Je viens, je pars dès que le jour va poindre.
Ce qu'il faut vivre, s'il faut le vivre,
Je viens pour le vivre avec toi, toi, toi...

louison
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Lun 21 Nov 2005, 18:56

Ma maison

Je m’invente un pays où vivent les soleils
Qui incendient les mers et consument les nuits
Des grands soleils de feu, de bronze et de vermeil
Des grandes fleurs soleil, des grands soleils soucis
Ce pays est un rêve où rêvent mes saisons
Et dans ce pays là, je bâtis ma maison.

Ma maison est un bois, c’est presque un jardin
Qui danse au crépuscule autour d’un feu qui chante
Où les fleurs se mirent dans un lac sans tain
Et leurs images embaument aux brises frissonnantes
Aussi folles que l’aube, aussi belles que l’ambre
Dans cette maison là, j’ai installé ma chambre.

Ma chambre est une église et je suis à la fois
Si je hante un instant ce monument étrange
Et le prêtre et le Dieu et le doute et la foi
Et l’amour et la femme et le démon et l’ange
Au ciel de mon église brûle un soleil de nuit
Dans cette chambre là, j’y ai couché mon lit.

Mon lit est une arène où se mène un combat
Sans merci, sans repos, je repars, je reviens
Une arène où l’on meurt aussi souvent que ça
Mais où l’on vit pourtant sans penser à demain
0ù mes grandes fatigues chantent quand je m’endors
Je sais que dans ce lit, j’ai ma vie, j’ai ma mort.

Je m’invente un pays où vivent les soleils
Qui incendient les mers et consument les nuits
Des grands soleils de feu de bronze et de vermeil
Des grandes fleurs soleil, des grands soleils soucis
Ce pays est un rêve où rêvent mes saisons
Et dans ce pays là, je bâtis ta maison…

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Mar 22 Nov 2005, 21:37



on dirait une photo tirée de Franz....

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Mar 22 Nov 2005, 22:04

Le nord, l'océan, les plages, les dunes et les oyats...

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Ven 25 Nov 2005, 20:53

...


Regarde bien petit
Regarde bien
Sur la plaine là-bas
À hauteur des roseaux
Entre ciel et moulins
Y a un homme qui vient
Que je ne connais pas
Regarde bien petit
Regarde bien

Est-ce un lointain voisin
Un voyageur perdu
Un revenant de guerre
Un montreur de dentelles
Est-ce un abbé porteur
De ces fausses nouvelles
Qui aident à vieillir
Est-ce mon frère qui vient
Nous dire qu'il est temps
De moins nous haïr
Ou n'est-ce que le vent
Qui gonfle un peu le sable
Et forme des mirages
Pour nous passer le temps

Regarde bien petit
Regarde bien
Sur la plaine là-bas
À hauteur des roseaux
Entre ciel et moulins
Y a un homme qui vient
Que je ne connais pas
Regarde bien petit
Regarde bien

Ce n'est pas un voisin
Son cheval est trop fier
Pour être de ce coin
Pour revenir de guerre
Ce n'est pas un abbé
Son cheval est trop pauvre
Pour être paroissien
Ce n'est pas un marchand
Son cheval est trop clair
Son habit est trop blanc
Et aucun voyageur
N'a plus passé le pont
Depuis la mort du père
Ni ne sait nos prénoms

Regarde bien petit
Regarde bien
Sur la plaine là-bas
À hauteur des roseaux
Entre ciel et moulins
Y a un homme qui vient
Que je ne connais pas
Regarde bien petit
Regarde bien

Non ce n'est pas mon frère
Son cheval aurait henni
Non ce n'est pas mon frère
Il ne l'oserait plus
Il n'est plus rien ici
Qui puisse le servir
Non ce n'est pas mon frère
Mon frère a pu mourir
Cette ombre de midi
Aurait plus de tourments
S'il s'agissait de lui

Allons c'est bien le vent
Qui gonfle un peu le sable
Pour nous passer le temps

Regarde bien petit
Regarde bien
Sur la plaine là-bas
À hauteur des roseaux
Entre ciel et moulins
Y a un homme qui part
Que nous ne saurons pas
Regarde bien petit
Regarde bien

Il faut sécher tes larmes
Il y a un homme qui part
Que nous ne saurons pas
Tu peux ranger les armes



Regarde bien, petit
Jacques Brel
Paroles et Musique: Jacques Brel 1968

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Sam 26 Nov 2005, 21:22

La ligne droite

Je ne t’attends pas au bout d’une ligne droite
Je sais qu’il faudra faire encore des détours
Et voir passer encore des jours et des jours
Mais sans que rien ne vienne éteindre notre hâte
Il pleut chez moi, chez toi le soleil est de plomb
Quand pourrons nous enfin marier nos saisons
Quand pourrons-nous rentrer ensemble à la maison
Nous avons le temps mais pourquoi est-ce si long?

Mes habits ont parfois des traces de poussière
Et le parfum fané des amours passagères
Qui m’ont rendu la solitude plus légère
A l’aube de mes nuits blanches et solitaires
Mais toi mon bel amour, dis moi, s’il y a des hommes
Qui t’ont rendu la vie un peu moins monotone
Qui t’aident à supporter l’hiver après l’automne
Et les silences obstinés du téléphone

Nous nous raconterons nos triomphes et nos fêtes
Mais comment s’avouer toutes nos défaites
L’angoisse qui nous tient, l’angoisse qui nous guette
Et s’accroche à chaque mot et à chaque geste
Je sais que tu seras au bout de mes voyages
Je sais que tu viendras malgré tous les détours
Nous dormirons ensemble et nous ferons l’amour
Dans un monde réinventé

A notre image…

Je ne t’attends pas au bout d’une ligne droite
Tu sais, il faudra faire encore des détours
Et voir passer des jours et des jours
Mais sans que rien ne vienne éteindre notre hâte
Il pleut chez moi, chez toi le soleil est de plomb
Quand pourrons nous enfin marier nos saisons
Quand pourrons-nous entrer ensemble à la maison

Tes habits porteront des traces de poussière
Et le parfum fané des amours passagères
Qui t’ont rendu parfois l’absence plus légère
O moi mon cher amour, bien sûr, j’ai eu des hommes
Qui m’ont rendu la vie un peu moins monotone
Et m’aident à supporter l’hiver après l’automne

On ne s’attend pas au bout d’une ligne droite
Tu sais qu’il faudra faire encore des détours
Et voir passer des jours et des jours
Mais sans que rien ne vienne éteindre notre hâte

Nous nous raconterons nos triomphes et nos fêtes
Mais comment s’avouer nos superbes défaites
Nos doutes répétés, nos angoisses secrètes
Un jour tu seras au bout de mes voyages
Un jour tu viendras malgré tous les détours
Nous dormirons ensemble et nous ferons l’amour
Dans un monde réinventé

A notre image…

Georges Moustaki et Barbara
Album Amours incestueuses 1972

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par gigi78 le Lun 28 Nov 2005, 15:10

Il automne

Paroles et Musique: Barbara


--------------------------------------------------------------------------------

Il automne, à pas furtifs,
Il automne à pas feutrés,
Il automne à pas craquants
Sous un ciel pourpre et doré.
Sur les jardins dénudés
Se reflètent. en transparence
Les brumes d'automne rouillées,
Rouillées
Dans la forêt de tes cheveux
Aux senteurs de poivres mêlés
Et sur nos nuits de mi-novembre,
Il automne miraculeux,
Il automne miraculeux.

Il automne, il automne des chrysanthèmes
Sur leurs deux cœurs endeuillés.
Il automne des sanglots longs
Sous un ciel gris délavé
Et, de la gare au cimetière
Où ils reviennent chaque année,
De banc de bois en banc de pierre
Et jusqu'à la dernière allée,
On les voit d'escale en escale
Qui n'en peuvent plus d'être vieux.
Sur ce chemin de leur calvaire
Qu'ils refont depuis tant des années,
Il automne désespéré,
Il automne désespéré.

Il automne, il automne,
Il automne des pommes rouges
Sur des cahiers d'écoliers.
Il automne des châtaignes
Aux poches de leur tablier.

Regarde les mésanges
En haut du grand marronnier.
Il y a des rouges-gorges
Au jardin de Batignolles
Et les enfants de novembre
Croient que sont venus du ciel
Ces petits oiseaux de plumes
Echappés d'un arc-en-ciel.
Pour les enfants de novembre
Qui ramènent, émerveillés,
Un peu de l'automne rousse
Au fond de leur tablier,
Il automne le paradis
Bien plus beau que le paradis.

Il automne, il automne
Il automne à pas furtifs,
A pas feutrés,
A pas craquants
Et, sur nos nuits de mi-novembre,
Il automne miraculeux,
Miraculeux, mon amour...

gigi78
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1290
Age : 57
Localisation : 78
Loisirs : Buller
Date d'inscription : 01/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Jeu 01 Déc 2005, 17:53

GAUGUIN (Lettre à Jacques Brel)

Il pleut sur l’île d’Hiva-Oa
Le vent sur les longs arbres verts
Jette des sables d’ocre mouillés
Il pleut sur un ciel de corail
Comme une pluie venue du Nord
Qui délave les ocres rouges
Et les bleus-violets de Gauguin
Il pleut
Les Marquises sont devenues grises
Le Zéphir est un vent du Nord
Ce matin là
Sur l’île qui sommeille encore

Il a dû s’étonner Gauguin
Quand ses femmes aux yeux de velours
Ont pleuré des larmes de pluie
Qui venaient de la mer du Nord
Il a dû s’étonner Gauguin

Et toi comme un grand danseur fatigué
Avec ton regard de l’enfance
Et toi bonjour monsieur Gauguin
Faites-moi place
Je suis un voyageur lointain
J’arrive des brumes du Nord
Et je viens dormir au soleil
Faites-moi place

Tu sais
Ce n’est pas que tu sois parti
Qui m’importe
D’ailleurs pour moi tu n’es jamais parti
Tu sais
Ce n’est pas que tu ne chantes plus
Qui m’importe
D’ailleurs pour moi tu chantes encore
Mais penser qu’un jour
Les vents que tu aimais
Te devenaient contraire
Penser
Que plus jamais
Tu ne navigueras
Ni le ciel ni la mer
Plus jamais en avril
Toucher le lilas blanc
Plus jamais voir le ciel
Au dessus du canal
Mais qui peut dire
Moi qui te connais bien
Je suis sûre qu’aujourd’hui
Tu caresses les seins
Des femmes de Gauguin
Et qu’il peint Amsterdam
Vous regardez ensemble
Se lever le soleil
Au-dessus des lagunes
Où galopent des chevaux blancs
Et ton rire me parvient
En cascade en torrent
Et traverse la mer
Et le ciel et les vents
Et ta voix chante encore

Oh il a dû s’étonner Gauguin
Quand ses femmes aux yeux de velours
Ont pleuré des larmes de pluie
Qui venaient de ta mer du Nord
Il a dû s’étonner Gauguin

Souvent je pense à toi
Qui a longé les dunes
Et traversé le Nord
Pour aller dormir au soleil
Là-bas sous un ciel de corail
C’était ta volonté
Soit bien dors bien
Souvent je pense à toi

Je signe Léonie
Tu sauras qui je suis
Dors bien…

Paroles et musique de Barbara 1990 Mogador

Sublime...
batwoman

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par gigi78 le Ven 02 Déc 2005, 10:42

Le testament

Paroles et Musique: Barbara


--------------------------------------------------------------------------------

Je soussignée une telle qui suis saine d'esprit,
Qui suis folle de toi et ne s'en remets pas.
Je te lègue aujourd'hui en ce doux soir de mai
Ou j'en ai plus qu'assez tout ce qui est fini.
Je n'aurais jamais pensé qu'il suffirait d'une amie
Et pas davantage
Pour pouvoir, ô mon amour, amasser un tel héritage.
Comme je n'ésperais plus,
Voilà que tu es venue,
O, toi ma tendresse,
Pareille au petit Jésus.
Ce fut ma richesse.
A bouche à bouche ta bouche,
Tu as partagé ma couche.
Nuits enchanteresses.
Notre amour largait ses voiles
Sous un ciel troué d'étoiles.
La chaude paresse.
L'orage éclata soudain
Nous laissant un ciel chagrin
Et l'humeur chagrine.
Notre amour battit de l'aile
Et s'enfuit à tire d'ailes
Comme l'hirondelle.
Ah je te veux, je veux plus.
Ah, dis, pourquoi souris-tu ?
Je te veux entière.
Ah, où vas-tu et pourquoi ?
D'où viens-tu, réponds-moi ?
J'étais chez ma mère
Les dimanches en famille,
Les jeudis avec ta fille,
Ta chère petite,
Et le reste, merci bien.
Un drame pour les presque rien.
Il faut qu'on se quitte.
Je sais, je n'ai, trois fois non,
Non, rien du bœuf mironton,
Tout comme on l'appelle.
Je reconnais, pourquoi pas,
Que dans la vie je ne suis pas
Un cadeau du ciel
Et j'ai eu, lorsqu'on y pense,
Pour nous deux tant d'impatience,
De tendres patiences,
Qu'aujourd'hui, je n'en peux plus
Et puis hélas ai rompu.
C'est la délivrance.
Tous nos souvenirs d'amour
Amassés au jour le jour
A toi sans partage.
Tu voulais tout.
Garde tout...

gigi78
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1290
Age : 57
Localisation : 78
Loisirs : Buller
Date d'inscription : 01/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par patatras le Ven 02 Déc 2005, 17:13


patatras
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 30/05/2005

http://gastronomades.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Lun 12 Déc 2005, 12:39

FRAGSON

Allez savoir pourquoi, au piano, ce jour là,
Y avait une musique sur le bout de mes doigts,
Une musique,
Allez savoir pourquoi les pianos jouent parfois,
De drôles de musiques sur le bout de nos doigts,
Allez savoir, pourquoi,
Dans le salon vieil or, où j’aime travailler,
Tout en regardant vivre mes objets familiers,
Je jouais, jouais,
Pendant que sur mon mur, dansait la Loïe Fuller,
Sous l’œil énamouré et l’air patibulaire,
De Fragson, Fragson,
Allez savoir pourquoi il existe des nuits,
Où sous un ciel de soie, les papillons de nuit,
Volent multicolores,
Allez savoir pourquoi, mais c’était une nuit,
Où, seule à mon piano, j’étais au paradis,
Au paradis,
Quant tout à coup, venu de ta planète,
Le téléphone sonne sur mon île déserte,
Et c’était toi, ô toi,
Allo, allô, mon cœur me murmurait ta voix,
Je n’étais pas ton cœur et c’était une erreur,
Mais je n’ai pas raccroché,
Et tu n’as pas raccroché,
Et si je n’ai jamais su qui tu recherchais,
J’ai tout de même compris que l’on s’était trouvés,
Et depuis ce jour là, où tu l’as découverte,
Tu es le Robinson de mon île déserte,
Tu es le Robinson,
Le Robinson, de mon île …
Parce qu’un jour, un piano, allez savoir pourquoi,
Jouait une musique sur le bout de mes doigts,
Une musique,
Parce qu’un jour un piano,
Un piano, un piano…

Paroles et musique de Barbara
Album Seule 1981

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Sam 17 Déc 2005, 19:45


ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par louison le Sam 31 Déc 2005, 20:42

Le jour se lève encore...parole et musique Barbara


Quand tu n'y crois plus, que tout est perdu
Quand trompé, déçu, meurtri
Quand assis par terre, plus rien pouvoir faire
Tout seul, dans ton désert
Quand mal, trop mal, on marche à genoux
Quand sourds les hommes n'entendent plus le cri des hommes

Tu verras, l'aube revient quand même
Tu verras, le jour se lève encore
Même si tu ne crois plus à l'aurore
Tu verras, le jour se lève encore
Le jour se lève encore

La terre saigne ses blessures
Sous l'avion qui crache la mort
Quand l'homme chacal tire à bout portant
Sur l'enfant qui rêve, ou qui dort
Quand mal, trop mal, tu voudrais larguer
Larguer, tout larguer
Quand la folie des hommes nous mène à l'horreur
Nous mène au dégoût

N'oublie pas, l'aube revient quand même
Même pâle, le jour se lève encore
Etonné, on reprend le corps à corps
Allons-y puisque le jour se lève encore
Le jour se lève encore

Suivons les rivières, gardons les torrents
Restons en colère, soyons vigilants
Même si tout semble fini
N'oublions jamais qu'au bout d'une nuit
Qu'au bout de la nuit, qu'au bout de la nuit

Doucement, l'aube revient quand même
Même pâle, le jour se lève encore,
étonné, on reprend le corps à corps
Continue, le soleil se lève encore
Tu verras, le jour se lève encore
Tu verras, le jour se lève encore
Même si tu ne crois plus à l'aurore
Tu verras, le jour se lève encore
Le jour se lève encore
Le jour se lève encore
Le jour se lève encore
Encore
Encore...

louison
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Mer 04 Jan 2006, 21:14

Clair de nuit

Au clair de notre nuit,
Des fleurs de lune,
Lunes à la nuit, sont posées.
Tes mains, à mon cou nu,
Comme des algues
Brunes, se sont enroulées,
Comme des algues,
A mon cou nu
Se sont enroulées
Et se balancent.
Notre lit est un voilier
Qui se balance, se balance
Sur l'océan de la nuit,

Mais le voilier chavire
Dessous la lune,
Lune, dans l'eau, chavirée
Comme deux fleurs de lune,
L'une dans l'autre,
Dans les algues, enroulées,
Comme un torrent
Au fond des mers
Dans l'écume éclatée,
Comme on chavire
Et la chambre est un pays
Où l'on vire, l'on chavire.

Dans l'océan de la nuit,
Au clair de notre nuit,
Des fleurs de lune,
Lunes de nuit, sont posées
Au clair de notre nuit,
Au clair de nous,
Au clair de toi, mon amour,
Au tendre de tes yeux
Presque endormis,

Au merveilleux de tes bras,
A ton sourire,
A ton silence,
Au calme retrouvé.
Ah, on s'endort.
Le sommeil est un pays
Où l'on se retrouve encore,
Dans l'océan de la nuit.

Au clair de notre nuit,
Des fleurs de lune,
Lunes à la nuit, sont posées.
Tes mains à mon cou nu,
Comme des algues brunes,
Se sont enroulées
Dans tes cheveux,
A mon cou nu.

Tous les deux, accrochés,
Ah, recommence.
La voile de notre lit
Se balance, se balance
Sur l'océan de la nuit.
On voyage
Et l'amour est un pays
Où nos deux corps font naufrage
Dans l'océan de la nuit.

Au ciel de notre lit,
Des fleurs de lune,
Lunes à la nuit, sont posées...

Paroles: Barbara. Musique: Catherine Lara
Album : Amours incestueuses 1972

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Jeu 05 Jan 2006, 20:42

Toi...

Tu me fais des nuits et des jours
Et des jours et des nuits d'amour
Toi je le sais tu pourrais même
M'ensoleiller sous la pluie même
Avant toi d'autres sont venus
Que je n'ai jamais reconnus
Pour toi je ne suis plus la même
Toi ce n'est pas pareil je t'aime.

Tu me fais des nuits et des jours
Et des jours et des nuits d'amour
Tu me fais la mer et les dunes
Et les plages au clair de la lune
Avec ta gueule de jésus
Tu es venu ô bien venu
Et tu m'as griffée en douceur
Là juste à la pointe du coeur.

Tu me fais la nuit et le jour
Le jour et la nuit l'amour
Et dans tes bras je fais naufrage
Sans même quitter le rivage
J'ai beau connaître mon affaire
Du boy scout jusqu'au légionnaire
Devant toi j'étais vraiment nue
Le jour où tu m'as dévêtue.

Tu m'as faite au premier matin
Timide et vierge vierge et catin
Pour toi je ne suis plus la même
Toi ce n'est pas pareil
Je t'aime...

Texte et musique de Barbara

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par djédai le Jeu 05 Jan 2006, 21:22

Un beau jour, ou peut-être une nuit,
Près d'un lac je m'étais endormie,
Quand soudain, semblant crever le ciel,
Et venant de nulle part,
Surgit un aigle noir,

Lentement, les ailes déployées,
Lentement, je le vis tournoyer,
Près de moi, dans un bruissement d'ailes,
Comme tombé du ciel,
L'oiseau vint se poser,

Il avait les yeux couleur rubis,
Et des plumes couleur de la nuit,
A son front brillant de mille feux,
L'oiseau roi couronné,
Portait un diamant bleu,

De son bec il a touché ma joue,
Dans ma main il a glissé son cou,
C'est alors que je l'ai reconnu,
Surgissant du passé,
Il m'était revenu,

Dis l'oiseau, ô dis, emmène-moi,
Retournons au pays d'autrefois,
Comme avant, dans mes rêves d'enfant,
Pour cueillir en tremblant,
Des étoiles, des étoiles,

Comme avant, dans mes rêves d'enfant,
Comme avant, sur un nuage blanc,
Comme avant, allumer le soleil,
Etre faiseur de pluie,
Et faire des merveilles,

L'aigle noir dans un bruissement d'ailes,
Prit son vol pour regagner le ciel,

Quatre plumes couleur de la nuit
Une larme ou peut-être un rubis
J'avais froid, il ne me restait rien
L'oiseau m'avait laissée
Seule avec mon chagrin

Un beau jour, ou peut-être une nuit,
Près d'un lac, je m'étais endormie,
Quand soudain, semblant crever le ciel,
Et venant de nulle part,
Surgit un aigle noir,

Un beau jour, une nuit,
Près d'un lac, endormie,
Quand soudain,
Il venait de nulle part,
Il surgit, l'aigle noir...

Barbara
Musique: Barbara, Catherine Lara

djédai
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 545
Localisation : RP Sud
Emploi : Etudiante
Loisirs : Cyclisme !!
Date d'inscription : 01/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par saphirbleue le Jeu 05 Jan 2006, 21:35

Barbara
Emmène-moi

Paroles: Barbara, Luc Plamondon. Musique: Barbara


Emmène-moi dans ton île,
Loin des rumeurs de la ville.
Je n'ai jamais dit je t'aime
A nul autre qu'à moi-même.
Je veux partir dans ton île
Où je sais que, loin des villes,
Sous tes fureurs assassines,
Tournent des rondes enfantines.
Sous ciel et par dessus terre,
J'ai vu grandir la misère.
Je n'y peux rien. Moi, je chante,
Impudique et impuissante.
Surgissant de tes nuits mauves,
Tu m'as laissé la vie sauve
Mais tu m'as rendu coupable
De tes crimes abominables.
Epargnerais-tu des âmes,
Déposerais-tu les armes
Si je chantais sur ton île,
Pour toi seul et loin des villes.
Aucun homme avant toi.
N'a posé ses mains sur moi.
Tu devais croiser ma route
Et m'aimer coûte que m'en coûte.
Emmène-moi dans ton île.


:écureuil:

saphirbleue
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 29/09/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Ven 13 Jan 2006, 20:12

Je serai douce

Je serai douce, si douce
Quand tu me diras de l'être
Je serai obéissante
Quand tes mains caresseront
Mes mains, mes cheveux, mes lèvres
Oui, je serai très très douce
Quand à midi
Tu me coucheras
Sur un lit d'herbe roussie
Sans vraiment aucun souci
Pour ma robe noire de veuve,
Sans aucun souci vraiment.

Je serai tendre, si tendre
Quand tu me diras de l'être
Je serai obéissante
Quand tes mains caresseront
Mon cou, mes hanches, ma taille
Oui, je serai très très tendre
Quand à cinq heures
Tu me coucheras
Sur un lit de feuilles sèches,
Sans vraiment aucun souci
Pour ma robe blanche d'épouse,
Sans aucun souci vraiment.

Je serai belle, si belle
Quand tu me diras de l'être
Je serai obéissante
Quand tes mains caresseront
Mes reins, mes seins, mon étoile
Oui, je serai très très belle
Quand à minuit
Tu me coucheras
Sur un lit aux draps défaits,
Sans vraiment aucun souci
Pour ma robe rouge d'amante,
Sans aucun souci vraiment.
Je serai douce, si douce,
Je serai tendre, si tendre,
Je serai belle, si belle...

Paroles: Barbara. Musique: Rémo Forlani

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Jeu 09 Fév 2006, 19:36

La déraison

A te regarder vivre en plein soleil,
A te regarder vivre, je m'émerveille
Et j'en oublie l'hiver et son cortège
Je ne vois plus tomber la neige

J'ai trouvé, ce matin, à mon réveil,
Ce petit bout de givre sur mon sommeil
J'ai trouvé, ce matin, au creux de moi,
Comme un cristal, ce bout de froid

Et je l'ai posé sur ton épaule,
On ne me croira pas, c'est vraiment drôle
Mais je l'ai vu se fondre, tout pareil
Comme du givre à ton soleil

Je vis sous un ciel aux couleurs d'ambre
Qui n'a ni juillet, ni décembre
A te regarder vivre, à l'abandon
J'ai choisi pour saison, la déraison

Et fasse que longtemps, en plein soleil,
A se regarder vivre, on s'émerveille,
Et fasse que longtemps, en plein soleil,
A se regarder vivre, on s'émerveille.

C'est qu'alors nous vivrons à l'unisson
En ayant pour saison la déraison
C'est qu'alors nous vivrons à l'unisson
En ayant pour saison la déraison,
La déraison, la déraison...


Paroles: Barbara. Musique: Barbara, Michel Colombier
Album : Seule 1981

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par sita le Jeu 09 Fév 2006, 19:42

un peu de douceur, de délicatesse, de finesse, d'élégance. Cela fait du bien de lire Barbara et encore plus de l'écouter. Et de plus elle est si belle!

sita
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 09/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum