Barbara

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Barbara

Message par Amazone le Jeu 09 Fév 2006, 19:48

des boyaux, du sang, et des tripes! batwoman

Amazone
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par Parigi le Jeu 09 Fév 2006, 20:19

Amazone... :confused:

Parigi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Jeu 09 Fév 2006, 21:21

Parigi a écrit:Amazone... :confused:

elle nous a fait une petite poussée hormonale ce soir ...

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Jeu 09 Fév 2006, 22:53



Amazone...

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par speed_TT le Ven 10 Fév 2006, 07:59


speed_TT
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par Amazone le Ven 10 Fév 2006, 16:17

ça fait un peu fantome c'te pik!

Amazone
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Sam 25 Mar 2006, 09:24

Je t'aime

Comme le vent d'Ouessant vient griffer la falaise
Comme l'aube en jouant peut faire fondre les neiges
Comme les folles fièvres de fantasmes en malaises
Comme les doigts du diable distillent les arpèges
Comme un océan un lac avant les ouragans
Comme un grand requin bleu sommeille entre deux eaux
Comme un horizon pâle pour un soleil couchant
Comme un aigle royal survole les roseaux
Je t'aime

Comme un diamant blanc-bleu engendre la folie
Comme les avalanches se jettent dans un gouffre
Comme une terre qui s'ouvre à la foudre en furie
Tu bâtis tes enfers et y sombres et y souffres
Comme un oiseau perdu dans les vignes s'enivre
Tu vas et tu te perds et dérives et chavires
C'est à la presque mort que tu me reviens vivre
Vivre au nouveau soleil de tes anciens soupirs
Je t'aime

Comme un grand arc-en-ciel sait fêter un orage
Tu vas noyer tes foudres dans un lac d'oubli
Comme un chef vainqueur saurait rendre un hommage
Tes pardons me reviennent comme mes mélodies
Comme un navire au port contre vents et marées
Tu défends mes trésors tu caches mes secrets
Comme un pâle cerbère tu gardes notre enfer
Et tu m'aimes, tu m'aimes

Comme le vent d'Ouessant vient griffer la falaise
Comme l'aube en jouant peut faire fondre les neiges
Comme les folles fièvres de fantasmes en malaises
Comme les doigts du diable distillent les arpèges
Comme le vent d'Ouessant
Comme l'aube en jouant
Comme les folles fièvres
Comme les doigts du diable
Comme, comme
Je t'aime, je t'aime
Comme, comme
Je t'aime, je t'aime
Comme, comme
tu m'aimes, tu m'aimes
Comme, comme
Je t'aime, je t'aime
Comme, oui comme
tu m'aimes, tu m'aimes
Comme, comme
tu m'aimes, tu m'aimes...

Paroles : Barbara
Musiques François Wertheimer
Album : La Louve 1973

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par louison le Dim 26 Mar 2006, 12:09

Barbara
LE JOUR SE LÈVE ENCORE
1993


Quand tu ne crois plus
Que tout est perdu
Quand trompé
Déçue
Meurtri
Quand assis par terre
Plus rien pouvoir faire
Tout seul
Dans ton désert
Quand mal
Trop mal
On marche
A genoux
Quand sourds
Les hommes
N'entendent plus
Le cri des hommes
Tu verras
L'aube revient quand même
Tu verras
Le jour se lève encore
Même si
Tu ne crois plus à l'aurore
Tu verras
Le jour se lève encore
Quand la terre
Saigne ses blessures
Sous l'avion qui crache la mort
Quand l'homme-chacal
Tire à bout portant
Sur l'enfant qui rêve
Ou qui dort
Quand mal
Trop mal
Tu voudrais larguer
Larguer
Tout larguer
Quand la folie des hommes
Nous mène à l'horreur
Nous mène au dégoût
N'oublie pas
L'aube revient quand même
Et même pâle
Le jour se lève encore
Étonné
On reprend le corps à corps
Allons-y puisque
Le jour se lève encore
Suivons les rivières
Gardons les torrents
Restons en colère
Soyons vigilants
Même si
Tout semble fini
N'oublions jamais
Qu'au bout d'une nuit
Qu'au bout de la nuit
Qu'au bout de la nuit
Doucement
L'aube revient quand même
Même pâle
Le jour se lève encore
Tu verras
Étonné
On reprend le corps à corps
Continue
Le soleil se lève encore
Tu verras
Le jour se lève encore
Tu verras
Le jour se lève encore
Même si
Tu ne crois plus à l'aurore
Tu verras
Le jour se lève encore
Encore

louison
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Mer 05 Avr 2006, 18:38

A peine

A peine le jour s'est levé
A peine la nuit va s'achever
Que déjà, ta main s'est glissée
Légère, légère
A peine sorti du sommeil
A peine, à peine tu t'éveilles
Que déjà, tu cherches ma main
Que déjà, tu frôles mes reins

L'aube blafarde, par la fenêtre
L'aube blafarde, va disparaître
C'est beau, regarde par la fenêtre
C'est beau, regarde le jour paraître

A chaque jour recommencé
A se vouloir, à se garder
A se perdre, à se déchirer
A se battre, à se crucifier
Passent les vents et les marées
Mille fois perdus, déchirés
Mille fois perdus, retrouvés
Nous restons là, émerveillés

Ton indocile, Ta difficile
Et puis docile, ta si fragile,
Je suis la vague où tu te noies
Et je m’enroule au creux de toi

A peine le temps s'est posé
Printemps, hiver, automne, été
Tu t'en souviens ? C'était hier
Printemps, été, automne, hiver
A peine tu m'avais entrevue
Déjà, tu m'avais reconnue
A peine tu m'avais souri
Que déjà, je t'avais choisi

Mon indocile, mon difficile
Et puis docile, mon si fragile
Tu es la vague où je me noie
Tu es ma force, tu es ma loi

Dans la chambre, s'est glissée l'ombre
Je t'aperçois dans la pénombre
Tu me regardes, tu me guettes
Tu n'écoutais pas, je m'arrête
Au loin, une porte qui claque
Il pleut, j'aime le bruit des flaques
Ailleurs, le monde vit, ailleurs
Et nous, nous vivons là, mon cœur

Et je m'enroule au creux de toi
Et tu t'enroules au creux de moi

Le temps passe vite à s'aimer
A peine l'avons-nous vu passer
Que déjà, la nuit s'est glissée
Légère, légère
Ta bouche à mon cou, tu me mords
Il fait nuit noire au dehors
Ta bouche à mon cou, je m'endors
Dans le sommeil, je t'aime encore

A peine je suis endormie
Que déjà, tu t'endors aussi
Ton corps, à mon corps, s’est fait lourd
Bonsoir, bonne nuit, mon amour...


Paroles: R. Romanelli. Musique: Barbara
Album : l’Aigle Noir 1970

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Dim 28 Mai 2006, 08:08

Précy jardin

Précy
Oh, jardin de Précy
Précy
Oh, que j'aime tes soirs de mélancolie
Mélancolie
Jardin
A ciel ouvert
Jardin,
Est-ce déjà le paradis ?

Précy
Oh, que j'aime t'attendre, le soir, à Précy
Silence
Juste le clocher qui sonne minuit
Les oiseaux de soie qui se glissent
Près des pivoines endormies
Et les glycines qui frémissent
Jardin
Oh, jardin de Précy
Oh, ma merveille
Oh, mon pays,
Suis-déjà en paradis ?

Précy,
Bien sûr, un jour, je m'en irai d'ici
Plus loin
Là-bas, vers un autre pays
Mais, si je peux vouloir quelque chose
Oh, j'aimerais savoir que fleurissent mes roses
A ciel ouvert
Pour ceux qui s'aiment
A ciel ouvert,
Que tu deviennes

Un square
Un square
Joli
Tout petit, petit
Un square
Qui deviendrait le paradis
Pour tous les enfants
De Précy
Oh, mon cher jardin
Précy
Oh, ma merveille
Mon Précy jardin...


Paroles et musique : Barbara
Album : Seule

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par ancolie_sous la pluie le Dim 18 Juin 2006, 23:06

Cette nuit résonnent les mots de La ligne droite :

Je ne t'attends pas au bout d'une ligne droite:
tu sais, il faudra faire encore des détours
et voir passer des jours et des jours,
mais sans que rien ne vienne éteindre notre hâte.

Il pleut chez moi, chez toi le soleil est de plomb.
Quand pourrons-nous enfin marier nos saisons ?
Quand pourrons-nous rentrer ensemble à la maison ?
Nous avons le temps, mais pourquoi est-ce si long ?



Simplement parce que j'aimerais, un jour, être au bout de tes voyages...

ancolie_sous la pluie
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1710
Localisation : into the open field
Date d'inscription : 30/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par Ailleurs...re le Mar 01 Aoû 2006, 16:01

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti,
Tu m'as dit cette fois, c'est le dernier voyage,
Pour nos cœurs déchirés, c'est le dernier naufrage,
Au printemps, tu verras, je serai de retour,
Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour,
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,
Et déambulerons dans les rues de Paris,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà,
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
A voir Paris si beau dans cette fin d'automne,
Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne,
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne,
Ton image me hante, je te parle tout bas,
Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours,
J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour,
Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir,
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,
Je reprendrai la route, le monde m'émerveille,
J'irai me réchauffer à un autre soleil,
Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
Je n'ai pas la vertu des femmes de marins,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus...


Dis, quand reviendras-tu ?
Musique: Barbara, R. Romanelli

Ailleurs...re
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 21
Localisation : Ailleurs...
Date d'inscription : 01/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Ven 15 Sep 2006, 21:33

Vivant poème

Va, ce monde je te le donne
Va, jamais n'abandonne
C'est vrai qu'il n'est pas à l'image
Des rêves d'un enfant de ton âge
Je sais
Le monde a des accents
Souvent, il nous montre les dents
Mais je l'aime comme je t'aime
Je voudrai tant que tu l'aimes
Je voudrai tant
Tu en es le vivant poème.
Pars, le monde est un espoir
L'espoir jamais ne l'abandonne
Oui, le monde est notre histoire
De matins clairs et de nuits noires
Je sais
Je sais que le monde a des armes
Le monde parfois nous désarme
Mais il t'aimera comme tu l'aimes
Il t'aimera
La vie est un poème
Que tu vas écrire toi-même.
Pars, ce monde va le voir
Jamais ne perds l'espoir
Va, dans ce monde va te voir
Traverse les miroirs
Je sais
Je sais que le monde a des dents
Comme nous, le monde se défend
Mais il t'aimera comme tu l'aimes
Et je voudrai tant que tu l'aimes
La vie est un long je t'aime
Un long je t'aime.
Pars, ce monde, va le voir
Traverse les miroirs
Et jamais jamais n'abandonne
Va, va
La vie est un long je t'aime
Que tu vas écrire toi-même
Va et jamais jamais n'abandonne
Va, va
Va, traverse les miroirs
Où se reflète ton regard
Tu es un vivant poème
La vie est un long je t'aime
Dont tu es le vivant poème
Le vivant poème
Le vivant poème
Mon vivant poème.

Paroles: Jean-Louis Aubert. Musique: Barbara
Album barbara 1996

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par olga le Jeu 16 Nov 2006, 11:39

Gottingen

Bien sûr, ce n'est pas la Seine,
Ce n'est pas le bois de Vincennes,
Mais c'est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Pas de quais et pas de rengaines
Qui se lamentent et qui se traînent,
Mais l'amour y fleurit quand même,
A Göttingen, à Göttingen.

Ils savent mieux que nous, je pense,
L'histoire de nos rois de France,
Herman, Peter, Helga et Hans,
A Göttingen.

Et que personne ne s'offense,
Mais les contes de notre enfance,
"Il était une fois" commence
A Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine
Et puis notre bois de Vincennes,
Mais Dieu que les roses sont belles
A Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes
Et l'âme grise de Verlaine,
Eux c'est la mélancolie même,
A Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire,
Ils restent là à nous sourire
Mais nous les comprenons quand même,
Les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s'étonnent
Et que les autres me pardonnent,
Mais les enfants ce sont les mêmes,
A Paris ou à Göttingen.

O faites que jamais ne revienne
Le temps du sang et de la haine
Car il y a des gens que j'aime,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l'alarme,
S'il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c'est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l'alarme,
S'il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

olga
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 162
Age : 38
Localisation : au creux de son epaule
Emploi : dans le transport
Loisirs : tout ce que je peux faire avec elle
Date d'inscription : 13/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par Little mermaid le Lun 11 Juin 2007, 20:42

Désolée de faire ressurgir un "vieux" dossier mais... vous allez me faire pleurer, j'adore Barbara,ses chansons sont magnifiques et je n'ai pu résister à l'envie de vous faire partager les paroles de la chanson qui m'a accompagnée dans mes moments les plus forts!

L'amoureuse

Celle qui tendait les bras,
Celle qui aimait si fort,
Mais qui ne le savait pas,
Qu'aimer encore et encore,
Ça vous brûle, ça vous damne,
Celle-là qui, les yeux clairs,
Marchait les bras grands ouverts,
Et qui voulait tout donner,
Et tout prendre,
Celle-là s'en est allée,
Le coeur, d'amour, éclaté,
Les bras fourbus de se tendre,
Et d'attendre,

Fut-elle innocence,
Fut-elle démence,
Qui donc le saura jamais,
Qui donc le saura jamais?


Elle jouait, toute enfant,
Déjà, d'attraper le vent,
Dedans ses bras frêles,
Mais elle ne retenait rien,
Le vent, ça va et ça vient,
Et c'est infidèle,
Elle découvrit la mer
La garce lui fit son oeil vert
En robe d'écume
Elle se jeta dedans
Ses cheveux blonds s'emmêlant
Aux reflets de lune
Puis elle voulut aussi
Voler un morceau de nuit
Qu'elle pensait, éblouie
Tenir tout contre elle
Mais revint le coeur chagrin
L'eau, ça vous glisse des mains
Et c'est infidèle

Fut-elle innocence,
Fut-elle démence,
Qui donc le saura jamais,
Qui donc le saura jamais?

On a crié "c'est assez,
De vouloir t'écarteler,
A donner, à prendre,
A vouloir donner ton sang,
A te brûler tant et tant,
Tu deviendras cendre"
Elle ne répondait rien,
Elle espérait quand soudain,
On se le rappelle,
Comme l'hiver était venu,
Un homme lui est apparu,
Qui marchait vers elle,
Elle lui ouvrit les bras,
Et l'homme s'y réchauffa,
La caressa tant et tant,
Qu'elle en devint belle,
Ce fut, la nuit et le jour,
Le temps des chaudes amours,
Et l'homme restait toujours,
Il était fidèle,


Fut-elle innocence,
Fut-elle démence,
Qui donc le saura jamais,
Qui donc le saura jamais?

Puis l'hiver a disparu,
Les oiseaux sont revenus,
Il a dit "écoute,
J'entends les arbres craquer,
La forêt s'est réveillée,
Je reprends ma route",
Alors, elle tendit le bras,
Ce fut la dernière fois,
Et son couteau se planta,
Dedans l'infidèle,
Puis calme, elle se coucha,
C'est ainsi qu'on la trouva,
Morte, dans le petit jour,
D'avoir trop aimé d'amour,

Fut-elle innocence,
Fut-elle démence,
Qui donc le saura jamais,
Qui donc le saura jamais?
Fut-elle innocence,
Fut-elle démence,
Elle est morte désormais,
Nul ne le saura jamais,
Elle est morte au petit jour,
D'avoir trop aimé d'amour...

Little mermaid
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 11/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par TARADITA le Jeu 22 Nov 2007, 20:52

Un moment de pure émotion Maurice Béjart et Barbara devant le piano noir...
http://chansons.ina.fr/index.php?vue=notice&id_notice=I06030924

TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par cleis le Sam 24 Nov 2007, 22:34

4 B…Bach, Barbara, Brel et………Béjart, beaucoup d’émotion pour moi ce soir sur Arte et puis aussi plein de souvenirs……"LUMIERE"
Et puis le rappel d’une étonnante coïncidence le grand maître du GESTE a poussé l’élégance jusqu’à mourir presque jour pour jour juste dix ans après la VOIX., comme quoi les "amants en art"se retrouvent toujours.
*
Et la toute petite Cleïs leur doit beaucoup.....beaucoup !

cleis
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1076
Localisation : sans domicile fixe
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par Christina le Lun 26 Nov 2007, 15:44

hier j'ai appris une chose que je ne savais pas sur la chanson l'aigle noir que je trouve magnifique. le liens qu'il y a entre cette chanson et son vécue. cette chanson n'en est que plus émouvante.

Christina
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 785
Age : 31
Localisation : Aix en provence
Emploi : Commerciale au chomage
Loisirs : Musique, Sport, Ciné, Lecture.
Date d'inscription : 05/05/2007

http://christina.skwat.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par gigi78 le Mar 15 Jan 2008, 15:36

Elle avait écrit cette chanson oh combien auto-biographique aussi :

Au coeur de la nuit

Paroles et Musique: Barbara 1967


J'ai le souvenir d'une nuit,
Une nuit de mon enfance
Toute pareille à celle-ci,
Une longue nuit de silence.

Moi qui ne me souviens jamais
Du passé qui m'importune,
C'est drôle, j'ai gardé le secret
De cette longue nuit sans lune.

J'ai le souvenir d'une nuit,
D'une nuit de mon enfance,
Toute pareille à celle-ci,
Une longue nuit de silence.

Soudain, je me suis réveillée.
Il y avait une présence.
Soudain, je me suis réveillée
Dans une demi somnolence.

C'était au dehors. On parlait,
A voix basse, comme un murmure,
Comme un sanglot étouffé,
Au dehors, j' en étais sûre.

J' ai le souvenir d'une nuit,
D'une nuit de mon enfance
Toute pareille à celle-ci,
Une longue nuit de silence.

J'allais, à demi éveillée,
Guidée par l'étrange murmure.
J'allais, à demi éveillée,
Suivant une allée obscure.

Il y eut, je me le rapelle,
Surgissant de l'allée obscure,
Il y eut un bruissement d'ailes
Là, tout contre ma figure.

C'était au cœur de la nuit.
C'était une forêt profonde.
C'était là, comme cette nuit,
Un bruit sourd venant d'outre-tombe.

Qui es-tu pour me revenir ?
Quel est donc le mal qui t'enchaîne ?
Qui es-tu pour me revenir
Et veux-tu que, vers toi, je vienne ?

S' il le faut, j'irais encore
Tant et tant de nuits profondes,
Sans jamais revoir l'aurore,
Sans jamais revoir le monde

Pour qu'enfin tu puisses dormir,
Pour qu'enfin ton cœur se repose,
Que tu finisses de mourir
Sous tes paupières déjà closes.

J'ai le souvenir d'une nuit,
Une nuit de mon enfance,
Toute pareille à celle-ci
Froide et lourde de silence...

gigi78
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1290
Age : 57
Localisation : 78
Loisirs : Buller
Date d'inscription : 01/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par cleis le Mar 15 Jan 2008, 22:37

Merci Gigi pour cet émouvant et bien agréable souvenir

cleis
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1076
Localisation : sans domicile fixe
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum