Dans le mot Homme, vous voyez les femmes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans le mot Homme, vous voyez les femmes ?

Message par fitzouille le Mar 14 Fév 2006, 14:18

Dans le mot Homme, vous voyez les femmes ?

Par Marie-Christine Poncet, sa biographie

Cet article a été rédigé par un reporter d'AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.

Pas de discours féministe, ici, mais une remarque sur un usage typographique encore bien ancré en France, qui conduit à élever la minuscule « h » en majuscule « H » chaque fois qu'on voudrait distinguer l'homme dans sa virilité de l'Homme, ensemble des êtres raisonnables que forment les hommes et les femmes. Seulement le mot homme, quelles que soient les variantes de la graphie, renvoie bel et bien à la masculinité - avant tout? Aussi ? Malgré tout ?- et l'ambiguïté demeure. Certains pays - le Canada, la Suisse...- certaines organisations et institutions - l'Unesco, Amnesty international, le Conseil de l'Europe...- ont décrit les effets de cette dérangeante polysémie et ont réglé le problème, prescrivant d'utiliser les expressions : droits de la personne, de la personne humaine, de l'être humain...

Un même mouvement a conduit à féminiser les noms de métiers, selon un usage qui d'ailleurs était établi en France avant le XVIIe siècle, avant que nos érudits et autoritaires grammairiens ne fixent des règles centralisatrices, l'exemple suivant est de Vaugelas : « La forme masculine a prédominance sur la forme féminine, parce que plus noble. » C'est dit, c'est clair. On sait bien que la Déclaration des droits et libertés de l'homme et du citoyen ne concernait pas du tout les femmes (et Olympe de Gouges a proposé une contre-offensive, sous forme de Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, évidemment sans effet). Victor Hugo clamera encore, au siècle suivant : « Dans notre législation, la femme ne possède pas, elle n'est pas en justice, elle ne vote pas, elle ne compte pas, elle n'est pas. Il y a des citoyens, il n'y a pas de citoyennes. C'est là un état violent, il faut qu'il cesse ». Et constatons aussi la date relativement tardive de la reconnaissance du droit de vote aux femmes en France, qui déposeront leurs premiers bulletins aux élections municipales de 1945.

Alors dire que la majuscule dans Homme range le mot dans les abstraits, lui donne une valeur d'universalité, c'est juste, si on considère l'intention des citoyens révolutionnaires de faire profiter tous les peuples de droits fondamentaux, c'est faux, si on pense inclure ainsi aujourd'hui les femmes au genre raisonnable. « Le masculin l'emporte », apprend-on dans les cours de grammaire française - pense-t-on bien à ce qu'on dit ainsi aux enfants ? Gare à ceux qui feraient une faute d'accord, moins deux points, erreur parmi les plus lourdes, le masculin l'emporte... depuis Vaugelas, par convention, par souci d'une bienséance toute classique, au nom de laquelle, par exemple, les précieuses, rarement ridicules en réalité, étaient moquées : leurs prétentions au savoir devaient apparaître démesurées, pour que l'ordre règne.

La féminisation des noms de métiers devrait être effective en France depuis l'ordonnance de 1986. Mais l'usage résiste, le goût grince, l'habitude lénifie, et on aime les majuscules... Et peut-être se satisfait-on aussi de la prédominance du masculin, dont l'appellation Saint Valentin pour désigner la fête des amoureux est une manifestation, parmi bien d'autres. On ne s'en rend même pas toujours compte. C'est quand même un peu vieillot, comme usage...

Ceux et celles qui le souhaitent peuvent lire des compléments sur mon site : www.cyberplume.fr, partie « comptoir AgoraVox », sous-partie « typographie ».
avatar
fitzouille
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 6905
Localisation : idf
Emploi : docteur es science au chômage (à vendre)
Loisirs : piscine taichi lecture
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le mot Homme, vous voyez les femmes ?

Message par Amazone le Mar 14 Fév 2006, 15:04

Oui, d'ailleurs je me dis que plutot que de séparer ILS et ELLES, on devrait former un "ELS" commun.

Comme ça, pas de jaloux.

Les jeunes arrivent bien à imposer leur mot à eux et à les faire entrer dans le dictionnaire.

Amazone
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum