15 ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

15 ans

Message par Nonette le Mer 01 Mar 2006, 13:02

... que Gainsbourg est mort.
Cela vous inspire quoi ?

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 ans

Message par Amazone le Mer 01 Mar 2006, 13:23

rien

Amazone
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 ans

Message par speed_TT le Mer 01 Mar 2006, 13:23

rien!

comme la boite à smiley d'ailleurs!

speed_TT
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 ans

Message par Gé le Mer 01 Mar 2006, 13:26

franchement pas grand chose et pourtant c'était un grand compositeur..

Mais le personnage sur la fin de sa vie ne m'a pas vraiment laissé une image agréable et sympathique.. alors bon.. Confused

Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 434
Emploi : Chef de groupe polyvalent (oui ça veut pas dire grand chose)
Loisirs : cinéma, tennis, guitare, sorties....
Date d'inscription : 26/09/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 ans

Message par Nonette le Mer 01 Mar 2006, 21:29



Cela me rappelle mes années Montaigne. Quand je faisais l'idiote sur "la décadanse", quand on chantait à plusieurs voix sur les quais "la javanaise", quand j'essayais de pas louper le flot de "Elaeudanla Teittia" ou "comic street" et que j'y arrivais rarement, et "Couleur café, "Manon", "Sous le soleil exactement", "le poinçonneur des Lilas" et un tas d'air et de paroles qui sont toujours là. J'connaissais pas bien la face personnage public, j'me rends compte maintenant qu'il était un sacré provocateur, un de ceux qu'ont pas peur de dire et de montrer qu'ils pensent autrement. "Aux armes et caetera"...
J'ai été juste choquée par sa mort, quand on sent qu'un bout de plusieurs décennies et de leur contenu s'en va, et c'était tout.
Je pense au CD qu'on m'a taxé et qui me manque.
J'pense que j'étais un poil trop jeune et que j'ai loupé quelque chose.
Je pense à ma chérie.


Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 ans

Message par Nonette le Ven 03 Mar 2006, 08:05

Gainsbourg renaît à l'anglaise
LE TEMPS.CH | 02.03.06 | 20h01 • Mis à jour le 02.03.06 | 20h14

"Pour respecter l'esprit Gainsbourg, il a fallu trahir la lettre", lâche Boris Bergman au bout du fil. Le prolifique parolier, ex-complice d'Alain Bashung ou de Christophe et auteur pour une bonne centaine d'interprètes depuis 1967, vient de réussir une magnifique prouesse. En adaptant en anglais quatre ans durant le verbe stylé de l'homme à tête de chou, sur Monsieur Gainsbourg Revisited, il a su préférer le sens des chansons à une traduction littérale forcément bancale pour un non-francophone : du "Poinçonneur des Lilas" ("Just A Man With A Job") à "La Chanson de Slogan" ("I Call It Art") ou "Je t'aime moi non plus" ("I Love you (Me Either)"). D'autant plus que les quatorze versions retenues ici, sur la trentaine de titres adaptés par Bergman avec le concours de Paul Ives, bénéficient d'une distribution exceptionnelle.


C'est en effet la crème de la scène pop anglophone, ainsi que trois interprètes originelles de Serge (Jane Birkin, Dani et Françoise Hardy) et la Franco-Italienne Carla Bruni, qui se sont approprié le patrimoine de l'auteur-compositeur et chanteur d'origine russe. De Franz Ferdinand à The Kills, de Brian Molko et Placebo à Tricky, en passant par Michael Stipe de REM, Marianne Faithfull, Feist, Gonzales, Jarvis Cocker, The Rakes ou Cat Power, ce casting réussi donne le tournis. Couplé au travail de Bergman, il offre une indéniable valeur ajoutée et un potentiel rayonnement mondial au répertoire ardu du dandy Gainsbourg. Où se culbutent figures de style et doubles tiroirs entre jazz, pop, reggae, musique classique, funk ou easy listening. Si l'Angleterre s'était jusque-là seulement entichée en 1969 de son duo avec Birkin "Je t'aime moi non plus", elle risque cette fois, comme l'Amérique, de succomber au charme venimeux du poète Gainsbourg.

Ce travail d'orfèvre mené par Bergman a été délicat : "Les mots n'ont pas le même poids d'une langue à l'autre. Là où il y avait certains jeux de mots, j'ai ainsi dû en chercher d'autres. Respecter les exercices de style et les inter-rimes n'a pas été de tout repos non plus. Ces systèmes d'écriture typiquement Gainsbourg, tout comme le phrasé de certaines de ses chansons, il fallait tenter de les reproduire. Mais la fidélité aurait été une erreur. Pour 'Le Poinçonneur des Lilas', cela aurait sonné complètement rétro. Ma grande chance a été que la majorité des groupes du disque soient britanniques. Gainsbourg avait un faible pour les hédonistes anglais, pour le dandysme, le romantisme ou le XIXe siècle gothique. Les références à Shelley, Poe, Byron, Wilde ont sans doute constitué des passerelles dans mes adaptations."

Au fil de Monsieur Gainsbourg Revisited – l'un des projets discographiques assurément les plus intéressants dans le déluge de produits d'appel publiés à l'occasion de la commémoration des quinze ans de la mort de Lucien Ginsburg le 2 mars 1991 –, l'époustouflant "aquaboniste" français trouverait presque un souffle neuf. Tant ces relectures anglophones, musicalement hantées de rock et d'électro, sonnent juste à tous points de vue. Elles seront également propres à faire entrer dans le cœur de nouvelles générations un Gainsbourg déjà reconnu au Japon, au Brésil ou en Italie. "Pas dégueu", aurait pu se réjouir son double Gainsbarre, attristé qu'il était de son vivant de ne point être plus souvent repris.

Celui qui considérait la chanson comme un art mineur, et donc malléable, avait eu la joie de voir se précipiter au chevet de son répertoire Bijou ("Les Papillons noirs") ou Starshooter (version punk du "Poinçonneur des Lilas") à la fin des années 70. Ces rockeurs rajeunissant du coup l'audience d'un Gainsbourg qui avait même décidé de ne plus remonter alors sur scène. L'admirateur de Boris Vian et de Cole Porter, auteur des scandales chantés successifs "Je t'aime moi non plus", "Les Sucettes" et "Aux Armes et cætera" se consolera toutefois d'avoir engendré une multitude d'héritiers dans l'Hexagone : de Daniel Darc à Miossec via Bashung, Arthur H, Dominique A ou Benjamin Biolay.

Ailleurs, ce pionnier du son, premier blanc-bec et Français à enregistrer reggae à Kingston en 1979, a évidemment aussi inspiré. Mais pas dans la même mesure. Aux Etats-Unis, Beck s'en réclame et l'a habilement dévalisé pour son album Midnite Vultures paru en 2000. Tandis que John Zorn, saxophoniste de jazz barré, lui consacrait un disque-hommage judéo-avant-gardiste en 1997. La plus belle incursion anglophone dans le répertoire de Gainsbourg reste celle de l'Australien Mick Harvey, compagnon de Nick Cave au sein des Bad Seeds, avec deux opus entiers en 1995 et 1997. Si on passera sur la reprise de "Comment te dire adieu" réalisée en 1989 par l'ex-Communards et Bronski Beat Jimmy Sommerville, reste que l'influence du créateur de Melody Nelson sur la musique populaire contemporaine est prépondérante. Depuis quinze ans, elle ne fait que gravir des échelons au diapason de son art protéiforme. Avant son décès, dès son inscription à la Société des auteurs-compositeurs en 1954, l'essaim d'interprètes qu'il a contribué à mettre en lumière (de Michèle Arnaud à Vanessa Paradis) avait bien saisi le génie de cette incomparable centrifugeuse à textes et harmonies.

Monsieur Gainsbourg Revisited (Mercury/Universal). Sortie le 6 mars.

Olivier Horner
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-747083@51-747085,0.html

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 ans

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 03:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum