Tan de Repente...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tan de Repente...

Message par Styx le Mer 03 Mai 2006, 13:59

passe ce soir (3 mai) sur Arte à 22 h 55 :

"Une jeune fille de Buenos Aeres rencontrent deux jeunes punks, dont une lesbienne qui la fascine. Elle les suit dans un périple à travers le pays."

Film argentin de 2002 de Diego Lerman
avatar
Styx
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 331
Date d'inscription : 02/06/2005

http://mapage.noos.fr/styx63/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tan de Repente...

Message par Poet le Mer 03 Mai 2006, 21:28

Ouaip et je dirai même plus, il est encore temps pour vous de regarder Arte en deuxième partie de soirée ou de vous le mettre à enregistrer c'est vers 22h55 (83mn) jusqu'à minuit 20 Wink


Film de Diego Lerman (Tan de repente, Argentine, 2002). Scénario : D. Lerman, María Meira. Image : Luciano Zito, Diego del Piano. 90 mn. NB. VO. Avec Tatiana Saphir : Marcia. Carla Crespo : Mao. Veronica Hassan : Lénine.
Le genre : balade sauvage.

Marcia est grosse, elle est seule, accablée d'ennui le soir, devant sa télé, comme dans la morne boutique de lingerie où elle travaille. Deux filles l'abordent dans la rue. Duo de choc : regard froid, cheveux courts, bermuda et rangers aux pieds, elles se font appeler Lénine et Mao. Mao propose à Marcia de faire l'amour, elle la harcèle, la menace. Lénine, elle, est un bloc d'hostilité muette. Elles l'embarquent de force dans un taxi qu'elles ont volé sous la menace d'un couteau. Destination : la mer...

Le noir et blanc charbonneux de l'image n'est pas qu'une coquetterie esthétique : il « déréalise » les décors et les situations, il décale une histoire où c'est une certaine idée de la « normalité » qui est mise à mal. Travail de sape où l'ironie et l'ambiguïté règnent. Il s'agit que chacune des filles sorte de sa coquille en se frottant à ce qui lui était le plus inaccessible. Et d'abord les sentiments. Lente métamorphose que ce premier film décrit avec une subtilité tranchante. L'unique scène d'amour n'est qu'entrevue, mais de l'ironie à l'émotion, soudain, le film bascule dans un moment de grâce. Encore une révélation du jeune cinéma argentin.
avatar
Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 913
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tan de Repente...

Message par Chatonne le Mar 16 Mai 2006, 17:43

Je suis tombé dessus un peu après que ca ait commencé, mais je dois dire que c'était un petit chef d'oeuvre tranquille comme on aimerait en voir plus souvent...

Encore une fois, merci arte !
avatar
Chatonne
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 31
Localisation : 35-59-plat pays
Date d'inscription : 29/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tan de Repente...

Message par Poet le Mar 16 Mai 2006, 19:55

Je cherchais la traduction de "Tan de Repente" et je l'ai retrouvée :idea: Ça veut dire "tout à coup". À voir et revoir en version originale, je pense. (Argentine, 2003
De Diego Lerman)

Et pour toutes celles qui ne l'auraient pas encore vu et qui n'avaient jamais entendu parler de ce film.
Je vous remets quelques commentaires Wink

"Pour Marcia, la vie se partage entre la routine de Buenos Aires et ses kilos en trop. Son existence va être bouleversée par sa rencontre avec Mao et Lenine, un couple de jeunes filles punks, et plus particulièrement par Mao, tombée amoureuse d'elle. Prête à lui prouver cet amour, cette dernière, accompagnée de Lenine, va entraîner Marcia dans un voyage étrange, rythmé par le hasard, les paysages et les situations fantaisistes. Un parcours vers l'inconnu..."

Mao et Lénine, deux punkettes lesbiennes, font une proposition indécente à Marcia, vendeuse de lingerie seule au monde. Courroucée puis séduite par leur franc-parler, Marcia se prend à leur jeu et les suit jusqu’à la mer.


DERAPAGES CONTROLES


Petit film fauché, arborant un noir et blanc râpeux, Tan de repente atterrit sans coup férir sur nos terres cinéphiles. Précédé par sa réputation de champion des festivals, Tan de repente n’est pas loin d’ajouter à son palmarès le prix de l’affiche la plus monstrueuse de la semaine. Malgré ses airs de vilain canard famélique, le premier long de Diego Lerman dégage une bonne humeur communicative et abrite une troupe de doux lunaires, indisciplinés et attachants. D’une situation cocasse et hautement casse-pipe, Tan de repente vire au week-end en famille, auréolé par la présence de deux mamies ivrognes. Tout le bonheur du film tient à ses boitillements comiques et ses dérives bienvenues. Très librement inspiré d’un roman de César Aira, Tan de repente malmène un scénario piquant par de brusques déraillements. Le road-movie bat de l’aile passés les premiers kilomètres, la promesse de coucherie s’érige en vague histoire d’amour. Diego Lerman ne s’impose aucune contrainte. Deux-trois raccourcis bien tournés et les auto-stoppeuses emménagent chez la tante de l’une d’entre elles.



LA FOLIE DOUCE


Le charme de Tan de repente repose moins sur son accroche émoustillante que ses à-côtés rêveurs et ses petits riens collés bout à bout. Interrompu à maintes reprises, le tournage révèle deux inclinations: une humour impassible et une vision déréalisée des travers du quotidien. En quelques plans fixes, l’environnement mortifère est posé: une rencontre crispée dans un couloir de métro, une boutique désertée en plein centre ville. Tous les prétextes sont bons pour arracher Marcia à ses habitudes de vieille fille boulotte. L’apparition de Mao et Lénine au détour d’un café engage le film sur une voie incertaine. Affichant une assurance désinvolte, Mao déclare sa flamme à Marcia, sous l’œil incrédule de Lénine. Déconcertée par ce duo tragi-comique, Marcia ne s’interroge pas davantage sur les motivations de ses ravisseurs. Diego Lerman abandonne tout artifice et affine son regard à mesure que ses personnages se dispersent - Marcia passe au second plan, Lénine redevient Véronica, Mao continue de papillonner -. Avant de réunir ses solitaires anonymes autour de Blanca, chanteuse coquette et véritable héroïne de Tan de repente.


(signature : Danielle Chou faim prête Mr.Red )
avatar
Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 913
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tan de Repente...

Message par Tooth le Mer 24 Mai 2006, 12:40

mes yeux sont tombés dessus aussi sur arte, j'adore le ton du film!
avatar
Tooth
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 9
Localisation : Lille
Emploi : étudiante
Date d'inscription : 24/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tan de Repente...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum