Ne le dis à personne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ne le dis à personne

Message par Poet le Jeu 09 Nov 2006, 22:53

Finalement, c'est vrai et c'est un fait que le cinéma français fait plaisir depuis quelques temps. :cheers:
Hier soir, je suis allée voir ce film de Guillaume Canet adapté du best-seller haletant de l’Américain Harlan Coben. Première surprise, il réussit à transposer dans Paris et sa région l’enquête de ce pédiatre le Dr. Beck, incarné par François Cluzet, hanté par le meurtre sauvage de sa jeune épouse, attribué à un tueur en série. Huit ans après la tragédie, il reçoit un message électronique anonyme le conduisant à des images très récentes de la jeune femme.

S’il commet des maladresses de mise en scène (flash-back mièvres et lourdeurs dans le dénouement Confused Rolling Eyes ), ses courses-poursuites, en revanche, filmées au ras du périph, sont réalistes et accrocheuses.
Surtout, en bon faiseur obéissant à la grande tradition du polar à la française, il sait s’en remettre à ses acteurs, triés sur le volet jusque dans les seconds rôles et les participations amicales : Kristin Scott Thomas, qui distille avec un aplomb irrésistible chacune de ses répliques de lesbienne bobo ( ❤ Wink ), François Berléand, idéal ersatz de Columbo, ou Nathalie Baye, explosive en avocate coriace. Citons encore André Dussolier en beau-père brisé, Jean Rochefort en notable charismatique, Marie-Josée Croze en épouse assassinée, Olivier Marchal en homme de main, Florence Thomassin en meilleure amie de la défunte, Gilles Lellouche en touchant "caïd" de banlieue.

G. Canet met l'accent sur la blessure du personnage joué par Cluzet et sur le décalage entre la situation irréelle vécue par celui-ci et l'apparente sérénité du monde qui l'entoure, tout en ménageant le suspense, entre fausses pistes et coups de théâtre trop peur .
On retrouve aussi les touches "décalées" qui caractérisaient son premier film "Mon idole": Berléand se voit affubler de troubles obsessionnels compulsifs, tandis que le pédiatre atterrit en survêtement dans un quartier chic.
L'atmosphère du film doit beaucoup à la bande originale, un post-rock lancinant signé par Matthieu Chedid, qui a composé la musique en deux heures, en improvisant à la guitare sur les images du film, à la manière de Ry Cooder pour "Paris Texas" ou Neil Young pour "Dead Man".

Un bon moment de cinéma enfin quoi :!: :D
avatar
Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 915
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne le dis à personne

Message par aude le Ven 10 Nov 2006, 00:01

faut que j'aille le voir j'ai lus le livre même rerelus et j'ai adoré
avatar
aude
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 2632
Age : 33
Localisation : rouen
Loisirs : musique,lecture,
Date d'inscription : 13/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum