Le secret de Terabithia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le secret de Terabithia

Message par Poet le Sam 31 Mar 2007, 14:24

Pour bien démarrer le week-end (qui de toute façon s'annonçait très maussade niveau temps qu'il fait dehors), je me suis engouffrée dans mon petit cinéma de l'autre côté de ma rue à la séance de 18h30 (tarif réduit) pour découvrir ce petit film dont j'avais lu in extremis quelques lignes de critiques discrètes mais très encourageantes et intéressantes sur ce film...
À ma grande surprise, la salle était déserte et le restera et c'est fort dommage Shit car c'est un film qui mérite un public... dac car
ne pas se fier aux apparences : il ne s'agit pas là d'une énième tentative de surfer sur la mode des grosses productions d'heroic fantasy à la sauce "Eragon".
Fable moderne, "Le Secret de Terabithia" raconte avec intelligence une émouvante histoire d'amitié entre un garçon et une fille à l'aube de l'adolescence et qui découvrent le pouvoir de l'imagination. Si les plus jeunes s'émerveilleront devant la dimension fantastique de l'œuvre, les adultes risquent d'y voir pour leur plus grand plaisir d'autres niveaux de lecture. Autant dire que ce film familial plein de fraîcheur constitue une jolie petite surprise comme on aimerait en découvrir plus souvent.

Mais attention, ça n'est pas gai gai...

Issu d'une famille socialement défavorisée, Joss, 13 ans, ne parvient ni à trouver sa place au sein de sa famille ni à se faire accepter à l'école. Doué en dessin, il se réfugie dans son imaginaire. Mais un jour, une nouvelle du nom de Leslie Burke arrive dans sa classe. Très vite, Leslie cherche à gagner l'amitié de Joss dont elle est aussi la voisine. D'abord réticent à se lier avec la fille qui parvient à battre tous les garçons au sprint, il finit par se prendre de sympathie pour Leslie. Un jour, les deux enfants découvrent une corde pendue à un arbre au-dessus de la rivière. Entraîné par Leslie, Joss se risque à s'y suspendre pour passer de l'"autre côté".

Les premières minutes annoncent la couleur au travers d'un charmant générique qui mêle avec bonheur dessins et prises de vue réelles, une ouverture préfigurant la part de rêve qui habite l'histoire et l'univers personnel de Joss (Josh Hutcherson).

A l'origine, il y a Le Royaume de la Rivière (en anglais, Bridge to Terabithia), gros succès de la littérature enfantine écrit en 1977 par Katherine Paterson, et qui a déjà donné lieu à une adaptation télévisée en 1985 (avec Annette O'Toole) la maman Kent de la série Smallville Wink .
Auteur d'une quinzaine de livres, elle raconte ici l'histoire de deux adolescents mal dans leur peau qui s'évadent dans un monde de leur invention. Elle-même a écrit ce livre pour soulager le mal-être d'un ami proche.

La description de l'univers familial et scolaire des deux enfants se voit consacrer bien plus d'importance que celle de leur royaume secret et l'intervention du fantastique s'avère pour ainsi dire bien plus rare que prévu. Gardant constamment son mystère, Terabithia (nom donné en référence à une île du Monde de Narnia) n’apparaît que par bribes, de manière évanescente et insaisissable, Joss n'ayant chaque fois d'autre choix que de revenir dans son terne quotidien. Sur le principe de l'histoire, on pourra bien entendu faire une analogie avec le récent "Labyrinthe de Pan", la noirceur en moins, le film ne visant pas le même public que le chef d'œuvre de Gillermo Del Toro. Gabor Csupo s'adresse aux jeunes, et il le fait plutôt bien, avec simplicité et sensibilité.

Il parle de la diffulté d'être, de trouver sa place au sein d'une famille de ladifférence aussi, de la difficulté de se sentir différent et de l'importance de s'accrocher à quelque chose de bien à soi, le refuge dans l'imaginaire et une fibre artistique que ce soit par l'écrit, le dessin, la peinture ou la musique. Il évoque aussi la maltraitance d'enfants et puis -surtout-, le vrai « secret » de Térabithia est d’aborder frontalement, sans fausse pudeur, un sujet plutôt rare dans les œuvres pour la jeunesse : celui du deuil, de son irréversibilité, et du pouvoir salvateur de l’imagination.
Et c'est là que j'ai trouvé ce film bouleversant mais je n'en dis pas davantage...
Allez voir ce film... sans prétention :Star:
avatar
Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 913
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le secret de Terabithia

Message par Christina le Dim 06 Mai 2007, 00:06

j'ai vu ce film et j'ai vraiment adorer, sans doute un peut parce-que je me suis un peut reconnu dans ces deux ados qui rêve d'un monde autre que celui dans lequel ils vivent. ce film est même arriver a me faire couler des larmes, a un moment il prend une dimension assez émotive je trouve et c'est sans doute pour cette raison que je le préfère a un film comme "Les chroniques de Narnya" par exemple ou je n'arrive pas a trouver une pointe d'émotion et de sensibilitée.

c'est marrant parce-que moi aussi je l'ai vu dans une salle vide, c'est dommage pour ce film. vivement la suite
avatar
Christina
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 785
Age : 31
Localisation : Aix en provence
Emploi : Commerciale au chomage
Loisirs : Musique, Sport, Ciné, Lecture.
Date d'inscription : 05/05/2007

http://christina.skwat.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le secret de Terabithia

Message par Poet le Lun 07 Mai 2007, 21:03

Contente que ce petit film t'ait interpelé, Christina dac Wink
avatar
Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 913
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le secret de Terabithia

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum