Revue de presse

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Sam 25 Juin 2011, 10:51

L'Etat de New York approuve le mariage homosexuel



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Luna le Sam 25 Juin 2011, 13:33

Et il s'agit bien du mariage reconnu pour les personnes de même sexe (et non d'un mariage spécifique) Smile
avatar
Luna
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1274
Age : 43
Localisation : A l'ouest - Nantes
Loisirs : Rêvasseries diverses
Date d'inscription : 06/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Luna le Ven 08 Juil 2011, 22:23

Bonne nouvelle :

Une femme de 33 ans, qui s'était présentée comme homo, a récemment obtenu un agrément d'adoption du conseil général de l'Essonne. Cette décision administrative lui permettra dans un délai de 5 ans d'adopter un enfant.

En 2008, la France avait été condamnée par la Cour européenne des Droits de
l'Homme (CEDH) pour discrimination sexuelle en raison du refus d'un conseil général de délivrer un tel agrément à une lesbienne. Depuis, les Conseils généraux se conforment à cette jurisprudence...


> En savoir plus... <
avatar
Luna
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1274
Age : 43
Localisation : A l'ouest - Nantes
Loisirs : Rêvasseries diverses
Date d'inscription : 06/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Mer 31 Aoû 2011, 13:31

Gender Studies: 80 députés UMP demandent le retrait de manuels scolaires

Quatre-vingt députés UMP ont demandé aujourd'hui au ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, le retrait de manuels scolaires qui expliquent «l'identité sexuelle» des individus autant par le contexte socio-culturel que par leur sexe biologique.

Ces parlementaires font ainsi écho aux critiques exprimées sur le même sujet au printemps par la direction de l'enseignement catholique. Dans une lettre au ministre, ils estiment que ces manuels de SVT (Sciences et vie de la terre) de classe de première font référence à «la théorie du genre sexuel».

Confusion entre orientation sexuelle et identité de genre
«Selon cette théorie, les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités: homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels», écrivent-ils dans leur lettre... en confondant orientation sexuelle et identité de genre! Il s'agit selon eux d'une «théorie philosophique et sociologique qui n'est pas scientifique, qui affirme que l'identité sexuelle est une construction culturelle».

Les signataires citent un passage d'un manuel publié par Hachette: «Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle mais ce n'est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. Cette identité sexuelle, construite tout au long de notre vie, dans une interaction constante entre le biologique et contexte socio-culturel, est pourtant décisive dans notre positionnement par rapport à l'autre».

«La théorie du genre sexuel»
Jugeant «du devoir de l'Etat de mieux contrôler le contenu des manuels scolaires» et ajoutant que «la théorie du genre sexuel n'apparaît pas stricto sensu dans les programmes d'enseignement de SVT» définis par le ministère, les députés concluent à l'adresse de Luc Chatel: «Nous comptons sur votre action afin de retirer des lycées les manuels qui présentent cette théorie».

Dans une circulaire du 30 septembre 2010, le ministère indiquait que les programmes de SVT de première devaient comporter un chapitre intitulé «devenir homme ou femme». «Si l'identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l'orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée», précisait la circulaire.

Lien : http://www.tetu.com/actualites/france/gender-studies-80-deputes-ump-demandent-le-retrait-de-manuels-scolaires-20068

Depuis lors TETU a communiqué l'intégralité des noms des signataires UMP... Pratique discutable proche d'un outing, ironique... D'où le fait que je n'aie pas relayé cette info ici.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Mar 18 Oct 2011, 12:46

Deux lesbiennes tabassées en pleine rue à Charleville-Mézières

Deux jeunes lesbiennes ont été agressées sauvagement, samedi 15 octobre, vers 17 heures, en plein centre de Charleville-Mézières, en Champagne, rapporte sur son site internet le quotidien L'Union. Les violences se sont déroulées devant un nombre important de personnes.

La place Ducale était en effet noire de monde, en ce samedi après midi ensoleillé. Les deux femmes faisaient partie d'un groupe d'une dizaine de jeunes gens occupés à discuter sous les arcades de la place. Serrées l'une contre l'autre, elles s'embrassaient. Mais ce baiser d'amour a déplu à deux garçons qui passaient à proximité. Les deux jeunes hommes ont fondu sur le couple. Ils ont attrapé chacune des deux femmes, les jetant violemment contre un pilier des arcades et leur assénant de très sévères coups de poing. Mais les deux garçons ne se sont pas arrêtés là. Ils ont ensuite jeté leurs victimes à terre et leur ont donné des coups de pied.

Stupéfaits, choqués, interloqués, les membres du groupe auquel appartenaient les deux jeunes femmes ont mis quelques petites secondes avant de réagir. Des amies du couple sont alors intervenues, tombant à bras raccourcis sur les agresseurs, qui n'ont eu d'autre solution que de prendre la fuite.

Des badauds ont également tenté d'arrêter les deux hommes, en vain. Ils ont réussi à prendre la fuite. Les pompiers arrivés sur les lieux ont pris en charge les deux victimes, qui souffrent de multiples contusions. Elles ont été transportées au centre hospitalier de Charleville-Mézières.

Une élue municipale de Charleville s'est rendue sur place aussitôt après l'agression. La police est également arrivée sur les lieux et a ouvert une enquête afin de déterminer les circonstances exactes de l'agression et de retrouver les deux hommes. Le témoignage des membres du groupe ayant vu le visage des agresseurs sera précieux aux enquêteurs.

Ce déchaînement de violence a suscité un vif émoi dans la communauté LGBT de la région. L'association LGBT Ex-aequo, à Reims, a décidé d'entrer en contact avec les victimes afin de leur proposer son soutien.

Lien de l'article : http://www.tetu.com/actualites/france/deux-lesbiennes-tabassees-en-pleine-rue-a-charleville-mezieres-20351

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Luna le Mar 18 Oct 2011, 19:05

...
avatar
Luna
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1274
Age : 43
Localisation : A l'ouest - Nantes
Loisirs : Rêvasseries diverses
Date d'inscription : 06/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Mar 18 Oct 2011, 19:27

...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Dim 13 Nov 2011, 10:07

Deux manchots gays du zoo de Toronto vont devoir se séparer
08/11/2011 à 14h00 - mis à jour le 09/11/2011 à 11h51 | 22310 vues | 20 réactions



Buddy et Pedro, les deux manchots du zoo de Toronto | Capture d'écran youtube

Buddy et Pedro, deux pingouins africains du zoo de Toronto sont gays ! Eh oui ! En tout cas, ils forment une paire inséparable qui a tous les atours d'un véritable couple.

Non pas qu'il n'y ait du mal avec cela, mais la direction du parc animalier a l'intention de les séparer pour les jumeler avec des femelles.

En effet, le manchot africain est en danger, l'espèce est en voie de disparition et cela s'inscrit dans un plan de survie des espèces dans les zoos.

Mais voilà, on ne sait pas comment vont se comporter Buddy, 20 ans, et Pedro, 10 ans, car ce sont vraiment deux inséparables.



(Images : xcommunicatednewz sur Youtube)

Joe Torzsok, le directeur du zoo canadien avoue que pour lui, leur orientation sexuelle n'est pas claire : "ils semblent être, en quelque sorte, dans une relation amoureuse". "Ils se font la cour et se comportent comme s’ils étaient un mâle et une femelle", explique pour sa part, un des employés du zoo, cité par The Star.

Ils défendent tous les deux leur territoire commun, ils se nettoient l’un l’autre et, le soir, ils quittent le groupe des 12 manchots du zoo et vont dormir ensemble ! Un vrai couple !

"Il n'est pas rare d'observer des tendances homosexuelles pour certaines espèces d'animaux" note le site. Girafes, dauphins et certains singes sont connus pour former des liens avec leurs congénères de même sexe, indique le journal, qui cite le cas des pingouins de Central Park et de ceux d'un zoo allemand.

Alors, est ce que leur séparation permettra "d'assurer une descendance" ... rien de moins sûr !

Source : The Star

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Ven 06 Jan 2012, 11:09

Guéant et la circulaire de la honte 16 Décembre 2011
http://www.respectmag.com/2011/12/16/gueant-et-la-circulaire-de-la-honte-5787

Une circulaire concernant les étudiants étrangers était signée le 31 mai 2011. Elle durcit les possibilités d’obtenir un premier emploi en France. Pour exiger son retrait, étudiants et enseignants se mobilisent depuis la rentrée. Le gouvernement tente de rassurer mais ne plie pas... Pas plus que ses opposants.

Il y a quelques mois, une circulaire signée par les ministres de l’Intérieur Claude Guéant et du Travail, Xavier Bertrand, datée du 31 mai 2011, parvient au préfets, sans que la presse n'en fasse grand cas.

Son objet : « La maîtrise de l’immigration professionnelle. » En clair: les étudiants étrangers voulant travailler en France après leurs études.

La circulaire appelle les hauts fonctionnaires à traiter « avec rigueur » les demandes d’autorisation de travail : « La procédure de changement de statut (d'étudiant à salarié, ndlr) devra faire l’objet d’un contrôle approfondi. »

Une directive qui concerne environ 6000 étudiants par an. En 2010, ils étaient 6120 à demander un changement de statu pour une première expérience professionnelle après leurs études. Dès la rentrée universitaire, après un calme relatif, la fronde contre la dite circulaire commence à se faire entendre.

Du côté des chefs d’établissement, on s’inquiète. La Conférence des Présidents d’Université (CPU) accuse la loi de rendre difficile la vie des diplômés étrangers, dont ils défendent le droit à une première expérience professionnelle en France.

Des étudiants, eux, s'organisent au sein du Collectif du 31 mai. Leurs exigences : « le retrait de la circulaire et aussi l’amélioration des conditions de traitement des dossiers et des personnes au sein des administrations compétentes. » Le Collectif initie deux manifestations : la première le 13 octobre.

Ils sont alors entre 400 et 500 à se rassembler devant la Sorbonne, lieu symbolique s’il en est, en tenue de travail ; tailleur, bleu, blouse, costards… et jettent leurs diplômes dans des poubelles. Deuxième round : 1200 manifestants se regroupent, accompagnés de syndicats étudiants, devant le ministère du Travail pour interpeller Xavier Bertrand, co-signataire de la circulaire... bien silencieux à son sujet.

Nabil Sebti, jeune étudiant de 25 printemps, diplômé de HEC, en France depuis huit ans et clandestin depuis le 12 octobre dernier, est à la tête du Collectif. « Ce collectif, dit-il, est un devoir auprès des autres étudiants. Sans ce mouvement, personne ne nous défendrait. »

Selon lui, quel que soit l’avenir de la circulaire dont il exige le retrait immédiat, le mal est déjà fait : « l’image de la France est ternie. Tous les jours, je reçois des mails de futurs bacheliers étrangers qui me demandent s'ils doivent venir étudier ici. »

Un rayonnement de la France remis en cause qui pousse Bariza Khiari, sénatrice de paris, à s’opposer à la loi: « grâce à ces étudiants, la francophonie est défendue, ainsi que le rayonnement de notre système éducatif, en concurrence permanente avec le système anglo-saxon. Ces jeunes sont aussi les prescripteurs de notre économie de demain quand ils repartent dans leurs pays. »

La loi n'aide pas non plus, selon Sebti au développement des pays étrangers qui donne l'exemple de son pays : « au Maroc, ceux qui ont travaillé après leurs études en France sont souvent des gens d'une grande compétence. Je pense par exemple à l’ancien ministre du tourisme. »

Pour lutter contre la circulaire, la sénatrice fait circuler une proposition de résolution demandant son retrait, signée par une centaine de ses semblables. La Conférence des Présidents d'Universités s’inquiéte dans un communiqué de « l’attractivité des universités françaises (…) dans un contexte de mondialisation. »

Madame Khiari, elle, enfonce le clou, évoque un déni de droit et rappelle la loi de 1986 qui laissait la possibilité aux étudiants étrangers de jouir d’une expérience professionnelle après leurs études, sans que la situation de l’emploi ne leur soit opposable. Les jeunes diplômés pouvaient donc rejoindre le secteur de leur choix, qu'il soit en bonne ou mauvaise santé.

Nabil Sebti assure que, peu après l'émission de la circulaire, le personnel des préfectures a reçu des notes de services leur demandant d’augmenter les refus de dossier. Des propos recueillis (souvent sous anonymat) par le site d’investigation Médiapart, publiés le 23 octobre dernier, viennent confirmer cette affirmation. Des employés y parlaient d’instructions de durcissement.

Les autorités ont acceptés de revoir les 530 cas litigieux remis par le Collectif. Mais à peine la liste remise, une bataille des chiffres s’est engagée. Ainsi, selon le Collectif, sur l’ensemble des cas remontés au ministère, 120 d’entre eux ont connu une issue favorable à ce jour... Tandis que Laurent Wauquiez assurait fin novembre que plus de la moitié des 500 cas transmis avaient été retenus. « Impossible » répond Sebti qui assure s’entretenir quasi quotidiennement avec les personnes concernées.

La circulaire du 31 mai n’est, par ailleurs, pas le seul coup porté à ceux qui veulent venir étudier en France. Un décret signé le 6 septembre 2011 par le ministre de l’Intérieur augmente le montant minimum de ressources mensuelles demandées à un étudiant étranger, le faisant passer de 410 à 615 euros, soit une augmentation de 30 % . Cette mesure a aussi été comprise par de nombreux étudiants étrangers comme un renoncement à accueillir les étudiants de l’étranger.

Entre temps, Nabil Sebti est reparti au Maroc.

Appel pour l'abrogation de la circulaire du 31 mai 3 Janvier 2012
http://www.respectmag.com/2012/01/03/signez-lappel-pour-labrogation-de-la-circulaire-du-31-mai-5839

Respect Mag relaie l'Appel "L’université est universelle, notre matière grise est de toutes les couleurs !" contre la circulaire du 31 mai. Cette circulaire portée par Claude Guéant restreint les possibilités pour les étudiants étrangers de rester en France pour travailler. La pétition a déjà été signée par plus de 27 000 personnes, dont une soixantaine d'universitaires, de réalisateurs, d'avocats et d'intellectuels.

Ils sont étrangers, sont venus étudier en France, souvent avec talent, allaient créer leur entreprise, participer à la recherche française ou avaient une promesse d’embauche dans une entreprise française … et ne peuvent plus le faire. Ils rentreront chez eux, et il est peu probable que l’envie les reprenne un jour de venir voir en France s’il y fait bon vivre. La raison de ce divorce ? Une circulaire, publiée en mai dernier par notre ministre de l’Intérieur, Claude Guéant pour mettre en oeuvre la politique anti-immigration de Nicolas Sarkozy.

La circulaire du 31 mai 2011 rappelle explicitement que « le nombre d’étrangers entrant en France pour motif professionnel (…) doit diminuer ». Pour cela, il ne doit plus être accordé « aucune facilité particulière dans l’examen de la procédure de délivrance d’une autorisation de travail » aux étudiants étrangers. Il est donc plus difficile pour les étrangers ayant étudié en France d’obtenir après leurs études une autorisation de travail. Il sera aussi plus difficile de venir étudier en France, et déjà des doctorants se voient refuser le renouvellement de leurs titres de séjour. Le message de la circulaire est clair : étranger, ne viens pas étudier chez nous, et n’espère pas trouver un emploi au terme de tes études. Employeur français, tu n’embaucheras pas d’étranger. Peuple de France, tes dirigeants veillent sur tes emplois ! Préférence nationale ! La France aux Français !

Nous protestons de toutes nos forces, avec le Collectif du 31 mai, pour le retrait de cette circulaire. Il est temps de rappeler que l’idée qu’elle véhicule est aussi mensongère que dangereuse. Dire que l’embauche d’un étranger prend l’emploi d’un citoyen français, c’est faux ! C’est un mensonge éhonté ! Un diplômé étranger travaillant en France, c’est quelqu’un qui paye ses impôts en France, qui consomme en France, qui achète en France, qui soutient l’emploi et la consommation en France. S’il devient chef d’entreprise, c’est quelqu’un qui embauche en France. S’il retourne dans son pays, c’est quelqu’un qui sait que la France est ouverte sur le monde et développe avec la France les échanges, le commerce. La France gagne à recevoir des étudiants étrangers. Les étudiants étrangers ne sont pas une menace pour la France, ils sont une chance. Les universités le savent très bien : la France doit recevoir plus d’étudiants étrangers. C’est aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Australie et maintenant même en Chine, que les étudiants étrangers apportent leur créativité, leur savoir-faire, leur énergie, leurs découvertes et leurs dépôts de brevets.

Nous demandons l’abrogation de la circulaire Guéant, moralement méprisable, économiquement suicidaire. Nous appelons les chefs d’entreprise comme les universitaires à soutenir publiquement cette demande. Nous prenons l’engagement de soutenir les actions du collectif du 31 mai dans son combat contre des mesures dont l’absurdité le dispute à l’indignité, et de parrainer les diplômés étrangers en les aidant concrètement dans leurs démarches dans les préfectures, à les protéger, à faire tout ce qui est en notre possibilité pour qu’ils puissent rester dans notre pays et lui apporter leur richesse, car la matière grise est de toutes les couleurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Mar 10 Jan 2012, 13:27

Pratique: comment résilier son forfait pour prendre Free Mobile ?
Metro - 10/01/2012

Vous êtes sans doute nombreux à vous demander quelles démarches entamer en vue d'un changement d'opérateur pour souscrire au tout nouveau forfait Free Mobile. Les voici.

Avez-vous bien tout compris ? Une question en forme de clin d'oeil au célèbre slogan de l'opérateur Free ("Il a Free, il a tout compris.") qui se pose pourtant désormais concrètement aux Français en ce mardi 10 janvier, jour de lancement du tout nouveau forfait Free Mobile, aux prix si bas qu'ils risquent de boulerverser le marché dans un avenir très proche. L'occasion d'offrir un éclairage sur la procédure à suivre, dont les modalités et le coût restent largement méconnus.

Celle-ci consiste en fait en trois étapes plutôt simples sur le papier. La première implique tout d'abord de vous informer sur votre situation contractuelle avec votre opérateur en vue d'une résiliation (cette dernière est gratuite si votre abonnement a déjà pris fin). Simple comme un coup de fil : au 3179 pour tous les opérateurs, ou à l'un des numéros ci-dessous si vous souhaitez éviter un éventuel embouteillage :
Afone Mobile : 0.805.160.040
Auchan Mobile : 55.33
Bouygues Telecom : 658
Carrefour Mobile : 845
Coriolis : 01.41.45.87.49
E.Leclerc Mobile : 0.805.160.040
Fnac Mobile : 527
La Poste Mobile : 18.04
M6 : 527
Mobisud : 08.05.70.04.38
Neuf Mobile : 08.05.70.04.52
NRJ : 675.767
Numericable : 510
Orange : 527
Prixtel : 0.826.300.800
SFR : 933
Simplicime : 18.04
Simyo : 807
Talktel Mobile : 01.74.90.40.10
Télé 2 : 841
Transatel : 01.70.67.00.67
Universal mobile: 658
Virgin/Breizh Mobile : 843
Zero Forfait : 0.805.021.259

Vous recevrez ensuite un SMS à conserver précieusement, car contenant votre numéro de RIO (pour relevé d'identité opérateur) ainsi que la durée d'engagement restante dans votre contrat. Laquelle vous servira à établir le montant de ladite résiliation. Qui diffère principalement selon que vous vous êtes engagé pour 24 ou 12 mois. Le premier cas de figure tombe en effet sous le coup de la loi Chatel, et divise encore les clients en deux catégories : ceux ayant effectué plus de 12 mois d'engagement, et ceux ayant souscrit à leur forfait depuis moins d'un an...

Ceux à qui il reste moins de 12 mois devront ainsi simplement s'acquitter de 25% du total des mois d'engagement restant, tandis que les autres devront payer la totalité du forfait jusqu'au douzième mois, et 25% du total des onze derniers mois. Exemple : il vous reste 18 mois à 39,90 euros par mois, vous devrez dépenser un peu moins de 390 euros (7 x 39,90 + 39,90 x 11 x 25% = 389,025). Ou encore : il vous reste six mois de forfait au même tarif, vous devrez payer un peu moins de 60 euros (6 x 39,90 x 25% = 59,80).

Il faut néanmois savoir que ces sommes peuvent s'ajouter à des "frais de résiliation" établis par l'opérateur lui-même. Mais surtout que vous n'avez pas à prendre votre calculette, Free se chargeant, une fois rendez-vous pris pour lui remettre votre numéro de RIO (qui vous permettra de conserver votre numéro, ou en tout cas de savoir si c'est possible), de contacter votre opérateur et de vous transmettre le montant exact à régler. La procédure est d'ailleurs la même si vous ne vous étiez engagé que pour 12 mois à la signature du contrat, si ce n'est que vous devrez vous affranchir du montant total des mois d'engagement restant.

Si le portage de votre numéro ne vous intéresse pas, sachez d'ailleurs que la possiblilité de résilier par vous-même votre forfait existe. Auquel cas, l'UFC-Que Choisir recommande bien de privilégier la lettre recommandée avec accusé de réception à l'appel téléphonique. A envoyer à l'une des adresses ci-dessous:

Afone Mobile : Service Clients / Résiliation - BP 80627 - 49106 Angers Cedex 02
Auchan Mobile : Service Clients / Résiliation - 200 rue de la recherche - 59650 Villeneuve d'Ascq
Bouygues Telecom : Service Résiliation Mobile - 38218 VIENNE Cedex
Carrefour Mobile : Service Clients / Résiliation - BP 331 - 90006 Belfort Cedex
Coriolis : Marsh Services Service Client / Résiliation - TSA 20827 - 92919 La Défense Cedex
E.Leclerc Mobile : Service Clients / Résiliation - BP 80627 - 49106 Angers Cedex 02
Fnac Mobile : Service Client / Résiliation - BP331 - 90006 BELFORT Cedex
La Poste Mobile : Service Clients - 855 avenue Roger Salengro - 92370 CHAVILLE
M6 : Service Résiliation - Département Nx BO331 - 90006 Belfort Cedex
Mobisud : 55 avenue Hoche - 75008 Paris
Neuf Mobile : Service Résiliation - TSA 21114 - 57757 Metz Cedex 9
NRJ : Service Résiliation - 69814 Tassin Cedex
Numericable : Service Client - TSA 61000 - 92894 NANTERRE Cedex 9
Orange : Service Clients Mobile / Résiliation - 41965 Blois cedex 9
Prixtel : Service Client - 89515 VERON Cedex
SFR : Service Résiliation - TSA 21114 - 57757 Metz Cedex 9
Simplicime : Service Client / Résiliation - 855 Avenue Roger Salengro - 92370 CHAVILLE
Simyo : Service Clients / Résiliation - 200 rue de la recherche - 59650 Villeneuve d'Ascq
Talktel Mobile : Service Résiliation - CS 40900 - 34965 Montpellier Cedex 2
Télé 2 : Service Clientèle / Résiliation - CS 40100 - 92316 SEVRES Cedex
Transatel : Tour Vista - 52 quai de Dion Bouton - 92800 Puteaux
Universal mobile : Service résiliation - 38218 Vienne Cedex
Virgin / Breizh Mobile : Service Client / Résiliation - CS 10701 - 35507 VITRE Cedex 2
Zero Forfait : Service Client - BP 30605 - 75421 Paris Cedex 09

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Vénusia le Dim 12 Fév 2012, 21:07

Je ne sais pas s'il vaut mieux en rire ou... Rolling Eyes

L'Assemblée instaure un quota de femmes chez les hauts fonctionnaires
LEMONDE.FR avec AFP | 08.02.12 | 19h08 • Mis à jour le 08.02.12 | 20h01

L'Assemblée nationale a voté, mercredi 8 février, sur proposition du gouvernement, l'instauration progressive d'ici 2018 d'un quota de 40 % de femmes parmi les hauts fonctionnaires nommés chaque année, actuellement très majoritairement des hommes.

La mesure, présentée par le ministre de la fonction publique François Sauvadet, a été adoptée à la quasi-unanimité de la vingtaine de députés présents, gauche et droite confondues, seul Hervé Mariton (UMP) votant contre.

Cet amendement à un projet de loi destiné par ailleurs à réduire la précarité dans la fonction publique, prévoit un pourcentage minimum "de personnes de chaque sexe" dans les nominations à des postes de la haute fonction publique : 20 % en 2013 et 2014, 30 % de 2015 à 2017 et 40 % à partir de 2018.

Actuellement, les femmes, qui constituent 60 % des effectifs de la fonction publique, ne représentent que 10 % des hauts fonctionnaires.

Les administrations, collectivités locales, hôpitaux qui ne respecteront pas les quotas se verront imposer des pénalités financières, dont le montant sera fixé par un décret. Celui-ci sera publié en mars, a précisé François Sauvadet.

La mesure votée s'inspire du secteur privé, où une loi de janvier 2011 a instauré progressivement des quotas de femmes dans les conseils d'administration des grandes entreprises, avec l'objectif d'atteindre 40 % en 2017. D'autres dispositions du projet de loi, introduites en commission, instaurent également des quotas de 40 % de femmes dans les jurys de concours, dans les conseils supérieurs de la fonction publique, ainsi que dans les conseils d'administration des établissements publics.

Sont concernés par la mesure 600 postes de hauts fonctionnaires (comme les préfets ou ambassadeurs) nommés en conseil des ministres, 1 700 autres postes de direction dans la fonction publique d'Etat, 1 500 dans les collectivités locales (grandes villes, départements, régions) et 350 à la direction des hôpitaux.

Elle ne s'appliquera pas aux "renouvellements dans un même emploi" ou aux "nominations dans un même type d'emplois". Ainsi, a expliqué M. Sauvadet, "un préfet nommé dans un autre département ne sera pas concerné". C'est donc surtout grâce aux départs à la retraite que le mécanisme jouera. D'autres dispositions du projet de loi, introduites en commission, instaurent également des quotas de 40 % de femmes dans les jurys de concours, dans les conseils supérieurs de la fonction publique, ainsi que dans les conseils d'administration des établissements publics.

L'ensemble du projet de loi sur la fonction publique sera voté le 14 février par l'Assemblée. Il a déjà été adopté par le Sénat, mais avant que ne soient introduites les dispositions sur les quotas de femmes. Les deux assemblées devront donc travailler ensemble à un texte commun, mais en cas de désaccord, peu probable, les députés auront le dernier mot.
avatar
Vénusia
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1894
Age : 37
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Lun 05 Mar 2012, 15:06

Israël : statut de parents biologiques pour deux femmes en couple, l'ovocyte de l'une implanté dans le ventre de la deuxième .

http://www.haaretz.com/news/national/israeli-court-recognizes-lesbian-couple-as-biological-mothers-of-child-1.416637

( si j'ai qch en Français, je le posterai )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Luna le Sam 17 Mar 2012, 13:26

Égalité des droits (Yagg)

16 mars 2012 17:58
Arrêt de la CEDH: Les associations LGBT en appellent au législateur

Publié par Judith Silberfeld

Alors que Valérie Gas a fait savoir qu'elle ne renonçait pas au combat de sa famille (elle a déclaré à l'AFP qu'elle allait lancer une procédure d'adoption pour le petit frère de A), les associations LGBT sont unanimes après la décision rendue hier par la Cour européenne des droits de l'Homme (lire Adoption par le second parent au sein d’une famille homoparentale: la CEDH refuse de condamner la France): le législateur doit se saisir des questions liées à l'homoparentalité et les candidat-e-s à l'élection présidentielle doivent s'engager à faire évoluer le droit, tant sur le droit au mariage que sur la reconnaissance des familles homoparentales.

Seul politique à avoir réagi à l'heure où nous publions, Ian Brossat, président du Groupe Communiste et élus du Parti de Gauche au Conseil de Paris, ne dit pas autre chose: «Plus que jamais, il est grand temps que la France légifère afin d’assurer l’égalité des droits de chacun, sans distinction d'orientation sexuelle».

Car, comme le déclare la Fédération LGBT, «si la CEDH est limitée dans son action et constante dans son interprétation, il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'une discrimination inscrite dans le droit national». De son côté, SOS homophobie déplore que la CEDH pourtant gardienne des droits humains, des libertés fondamentales et de la non-discrimination des citoyen-e-s européen-ne-s renonce de manière étonnante à jouer aujourd’hui son rôle sur cette question de l’homoparentalité.

«La sécurisation familiale des enfants devrait être une priorité dans tous les programmes des candidats à l’élection présidentielle, ce qui est loin d’être le cas», renchérit l'Association des familles homoparentales (ADFH), tandis que Les Enfants d'Arc En Ciel - L'asso! (EAC) dénonce «une situation ubuesque»: «Vous ne pouvez adopter puisque vous n’êtes pas marié. Vous n’avez pas le droit de vous marier donc vous ne pouvez adopter!». «Plusieurs centaines de milliers de familles homoparentales existent en France et (…) il est inadmissible qu’elles et leurs enfants persistent dans cet état d’insécurité juridique du fait de l’impossibilité de se marier», insiste l'Inter-LGBT. «La parole est aux électeurs», résumé l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL).

article Yagg
avatar
Luna
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1274
Age : 43
Localisation : A l'ouest - Nantes
Loisirs : Rêvasseries diverses
Date d'inscription : 06/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Vénusia le Dim 18 Mar 2012, 15:40

Quand Jésus cautionnait le mariage gay

Les opposants au mariage homosexuel se targuent souvent d’être les gardiens d’une tradition millénaire, qu’est celle du mariage uniquement hétérosexuel –et qu’il ne faudrait pas déranger au risque de chambouler les bases et valeurs de nos société. Oups, erreur. Il se trouve que la religion chrétienne, en certaines périodes de l’histoire, a elle-même accepté le mariage gay. Le site Care2.com l’explique:

« Dans le célèbre monastère Sainte-Catherine, sur le Mont Sinaï, il y a une icône. On y voit deux saints chrétiens, habillés en vêtements de cérémonie, en train d’être unis. Leur “pronubus” (autrement dit témoin de mariage) n’est rien de moins que Jésus-Christ. L’heureux couple est formé de martyrs chrétiens du IVe siècle, Saint-Serge et Saint-Bacchus –deux hommes donc. »

Le site Care2.com revient sur l'histoire du mariage gay, bien antérieur aux revendications actuelles. Le théologien chrétien orthodoxe Sévère d'Antioche expliquait ainsi au VIe siècle qu’« il ne faut pas séparer dans le discours [Serge et Bacchus] ceux qui ont été joints dans la vie ». Dans un récit de leur vie, au Xe siècle, Saint-Serge est décrit comme le « gentil compagnon et amant » de Saint-Bachus.

John Richard Boswell, historien de la prestigieuse université Yale, aux Etats-Unis, a découvert ce pan de la culture chrétienne dans l’Europe pré-moderne et écrit dessus il y a près d’une vingtaine d’année. Il décrit notamment dans son livre Le mariage de même sexe dans l’Europe pré-moderne, les différentes organisations dédiées au mariage homosexuel, l’existence d’un ordre fait pour unir les hommes, la bénédiction des prêtres lors de ces unions…

Dans ses travaux, le chercheur en histoire sociale et religion Allan Tulchin, de l’université de Shippensburg en Pennsylvanie, aboutit aux mêmes conclusions: l’idée du mariage homosexuel n’est pas une idée nouvelle, et fut traitée avec bien plus de tolérance par le passé.

« Les structures familiales occidentales ont été bien plus diverses qu’on ne le réalise aujourd’hui », écrivait Tulchin en septembre 2007, dans le Journal of Modern History. En France, Tulchin a ainsi trouvé des contrats datant du Moyen-Age, qui unissaient deux hommes, avec le terme « affrèrement ». Les «frères» ainsi unis prêtaient serment de vivre ensemble et de partager « un pain, un vin, et une bourse ». Ce contrat devait être passé devant un notaire et un témoin, à l’instar des mariages. Une sorte de Pacs médieval. Allan Tulchin estime avoir trouvé « des preuves massives selon lesquelles les “affrèrés” utilisaient ces “affrèrements” pour formaliser des relations amoureuses homosexuelles ».

Lien source de l'article
: http://www.slate.fr/lien/51585/mariage-gay-homosexuel-jesus-religion-tol%C3%A9rance
avatar
Vénusia
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1894
Age : 37
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Dim 18 Mar 2012, 16:42

MDR faudrait balancer ça dans la tête de cette C***asse de Boutin batwoman

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Luna le Dim 18 Mar 2012, 16:45

J'ai fait passer sur fb. Merci Wild.
avatar
Luna
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1274
Age : 43
Localisation : A l'ouest - Nantes
Loisirs : Rêvasseries diverses
Date d'inscription : 06/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Dim 18 Mar 2012, 16:47

ah oui tiens !! je vais le coller sur la page de Boutin Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Luna le Dim 18 Mar 2012, 16:47

:rirrre:
avatar
Luna
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1274
Age : 43
Localisation : A l'ouest - Nantes
Loisirs : Rêvasseries diverses
Date d'inscription : 06/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Vénusia le Dim 18 Mar 2012, 18:16

Larsen a écrit:ah oui tiens !! je vais le coller sur la page de Boutin Laughing
Mr. Green
avatar
Vénusia
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1894
Age : 37
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Vénusia le Dim 18 Mar 2012, 18:36

batwoman dwarf

Le Maroc choqué après le suicide d'une adolescente forcée d'épouser son violeur


Le suicide d'une fille de 16 ans, contrainte d'épouser l'homme qui l'avait violée, a fait l'effet d'un électrochoc au Maroc où se sont multipliés jeudi les appels à la réforme, voire l'abrogation, d'une loi qui fait du viol un simple délit et bénéficie plus au violeur qu'à sa victime.

Fait rare: à cause de l'émotion suscitée, le gouvernement a largement consacré sa réunion hebdomadaire à l'examen de ce drame humain et de société.

"Cette fille a été violée deux fois, la dernière quand elle a été mariée", a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement et ministre de la communication Mustapha El Khelfi.

Amina Al Filali s'est suicidée samedi dans sa ville de Larache, près de Tanger (nord), en absorbant de la mort aux rats, après avoir été contrainte d'épouser l'homme qui l'avait violée quand elle avait 15 ans. En l'épousant, son violeur avait échappé à la prison grâce à un article du code pénal.

"Il faut étudier d'une manière approfondie cette situation avec la possibilité d'aggraver les peines dans le cadre d'une réforme de l'article (475 du code pénal, NDLR). Nous ne pouvons pas ignorer ce drame", a-t-il ajouté.

Aux termes de la loi, le viol est puni de plusieurs années de prison en cas de viol sur des mineurs. A moins que la victime et son agresseur se marient, ce qui le protège de la justice.

Cette affaire est révélatrice des contradictions d'une société à la fois traditionnaliste, et souvent peu éduquée, et son aspiration à la modernité, comme en atteste la nouvelle constitution adoptée en juillet qui prévoit l'égalité des sexes et banit "toute discrimination".

Ce viol aurait été classé comme "ordinaire" au Maroc --pays où ce type d'agressions est coutumier, mais où les statistiques sont absentes --s'il n'avait pas été suivi par le suicide de la jeune fille. L'écho suscité a obligé les responsables à prendre position.

La ministre de la solidarité, de la femme et de famille Bassima Hakkaoui --unique femme membre du gouvernement de l'islamiste Abdelrahman Benkirane --a reconnu un "vrai problème" et préconisé un "débat pour réformer cette loi", sur la chaîne de télévision publique 2M.

"C'est un cri de la société" a lancé une ex ministre, Mme Nouzha Skalli, qui occupait le même poste dans le gouvernement précédent.

Les deux femmes s'exprimaient sur la chaîne publique qui, fait rare, y consacrait jeudi la quasi totalité de son journal de la mi-journée.

--Réformer le code pénal--

"La loi considère la mineure violée comme une criminelle bien qu'elle soit victime de la violence", a dit Mme Skalli, regrettant "l'absence de protection en faveur des mineurs".

"Il faut réformer le code pénal afin de l'adapter à la nouvelle constitution qui interdit la violence contre les femmes et assure l'égalité des sexes", a-t-elle ajouté.

Le drame a provoqué une vaste mobilisation sur la blogosphère et dans les médias. Une pétition pour l'abrogation de "l'article criminel" et intitulé "Nous sommes tous Amina Al Filali" a été mis en ligne sur Facebook.

"Au delà de l'aspect législatif, c'est une affaire de moeurs, de perception de la femme-objet qui perdure, du manque d'éducation à proprement parler et d'éducation sexuelle notamment", estime le quotidien francophone L'Economiste.

La présidente de la Fédération de la Ligue démocratique pour les droits de la femme, Fouzia Assouli, a indiqué que l'article de loi incriminé défend la "famille, les moeurs mais ne prend pas en compte le droit de la femme en tant que personne".

Dans de nombreuses familles où le poids de la tradition et de la religion est très fort, la perte de la virginité hors du mariage est considéré comme un déshonneur pour la famille. Souvent, des arrangements sont trouvés, avec la contribution de la justice, pour que les filles violées épousent leur agresseur.

Le Maroc n'est pas le seul pays du Maghreb dans cette situation. En Tunisie et en Algérie également, si la victime accepte d'épouser son violeur, celui-ci échappe aux poursuites.

Lien source de l'article sur Le Point : http://www.lepoint.fr/monde/le-maroc-choque-apres-le-suicide-d-une-adolescente-forcee-d-epouser-son-violeur-15-03-2012-1441724_24.php
avatar
Vénusia
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1894
Age : 37
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Dim 18 Mar 2012, 18:47

Larsen a écrit:MDR faudrait balancer ça dans la tête de cette C***asse de Boutin batwoman

Ayé c'est fait !! Mr. Green


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Luna le Dim 18 Mar 2012, 19:19

@ Larsen : Où c'est donc ? Razz
avatar
Luna
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1274
Age : 43
Localisation : A l'ouest - Nantes
Loisirs : Rêvasseries diverses
Date d'inscription : 06/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par insanatong le Dim 18 Mar 2012, 19:45

Jean-Luc Mélenchon a appelé à 'une insurrection civique qui va se donner rendez-vous dans les urnes pour commencer la révolution citoyenne afin de d'améliorer la vie du peuple qui pâtit.'

une insurrection qui s'donne rendez-vous, et dans les urnes siou plait, l'a un problème de vocabulaire le gars.
ben chus pas près d'voter Rolling Eyes
avatar
insanatong
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 2625
Date d'inscription : 15/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Invité le Dim 18 Mar 2012, 19:49

Luna a écrit:@ Larsen : Où c'est donc ? Razz

Haaaaaaaaaaan !! elle me la virer !!! Shocked ah pis je dois être bloqué parce que j'arrive pas à laisser un commentaire !! pff trouillarde va ! Cool je crois que Christine me kiff grave Mr. Green

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Poet le Mar 03 Avr 2012, 18:55

Il s'appelait Henri... Le corps momifié de ce retraité (qui aurait eu 70 ans cette année) a été retrouvé à son domicile, à Nice. Tous les indices retrouvés dans l’appartement laissent penser que sa mort remonte à mai 2008 : un programme de télévision ouvert à la page du 25 mai, une revue de football en date du 13 mai, ou encore des aliments périmés de la même époque.
Le courrier n’avait pas été relevé depuis le 18 mai 2008 et le facteur n’arrivait plus à glisser d’enveloppes dans la boîte aux lettres.
Ce retraité d’une société de transports en commun vivait seul, mais avait apparemment un frère vivant à Nice avec qui il s’était brouillé il y a cinq ans. Il sortait très peu et aucun voisin ne s’est rendu compte de la présence d’un cadavre. Il touchait encore sa pension et payait toutes ses factures par virement automatique. Une assistante sociale, qui le suivait depuis des années en raison d’une mise en invalidité, a finalement frappé à sa porte close et donné l’alerte aux pompiers. "Je lui écrivais deux fois par an mais il ne répondait jamais à mes courriers. Je lui ai écrit il y a un mois, j’ai eu un retour de la lettre où j’ai vu le tampon indiquant que la personne n’était pas à l’adresse indiquée", a-t-elle déclaré dans une déposition à la police.

Une illustration terrifiante de la solitude et surtout de ce sentiment d'indifférence (à l'opposé, on a les commérages où tout le monde épie tout le monde) qu'on trouve de toute évidence dans les villes où chacun vit replié sur soi-même et sa bulle sociale et se fout bien de ce qui peut se passer de terrible sur leur palier, dans leur immeuble ou dans la maison d'à côté ou d'en face. Car quand même... 4 ans ! La boîte aux lettres qui débordait et les odeurs aussi à un certain moment, fatalement ! Mais peut-être que c'est aussi un phénomène lié à nos modes de vie et habitudes de plus en plus tournés vers le virtuel aussi et une certaine tendance à se méfier des gens qu'on ne connait pas des fois qu'ils/elles seraient malveillants.

Pour vivre entre ville et campagne, je pense que dans les petits villages, les vrais ruraux se soucient encore de s'inquiéter pour les autres qu'ils savent seul(e)s et/ou âgés. Mais ceci se perd avec les lotissements où les gens travaillent en ville et ont davantage une mentalité « urbaine », si je puis dire.
avatar
Poet
DJ LittéRieuse

Nombre de messages : 915
Localisation : Sous les toits de la Normandie
Loisirs : dé-lire, boite à musique; étoiles et toiles, chemins de traverses
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum