Euthanasie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Que pensez-vous de l'euthanasie ?

74% 74% 
[ 25 ]
3% 3% 
[ 1 ]
21% 21% 
[ 7 ]
2% 2% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 34

Euthanasie...

Message par Taz91 le Jeu 13 Mar 2008, 13:19

Source : AFP

DIJON (AFP) - Une mère de famille de 52 ans, Chantal Sébire, défigurée par une maladie incurable et douloureuse, demande à la justice le droit d'être euthanasiée par un médecin, une démarche qui constitue une première en France, "une requête exceptionnelle et légitime" selon son avocat, Me Gilles Antonowicz.

François Fillon a estimé jeudi sur RTL qu'il était difficile de répondre à la demande d'euthanasie de Chantal Sébire, car on est là "aux limites de ce que la société peut dire, de ce que la loi peut faire". "Il y a un texte qui a été voté par les parlementaires il y a deux ans, la loi Leonetti.

La demande au fond est faite au juge d'interpréter ce texte, on va voir ce que le juge va dire", a-t-il ajouté. La loi sur la fin de vie du 22 avril 2005 tend à instaurer un droit au "laisser mourir", sans permettre aux médecins de pratiquer une euthanasie active. "Si la justice répond négativement" à la demande de Chantal Sébire, "il reste la solution qui lui a été proposée qui est une solution qui de mon point de vue est acceptable", c'est-à-dire le placement dans le coma.

"La loi doit s'adapter aux cas particuliers", a estimé jeudi un médecin généraliste du Vaucluse, Bernard Senet, membre de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), laissant entendre qu'il serait prêt à aider Chantal Sébire à mourir. "Grâce à l'ADMD à laquelle j'appartiens depuis de nombreuses années, j'ai déjà aidé des gens dans des phases terminales", a déclaré le Dr Senet sur RTL. "Beaucoup de médecins le font. Je crois que le problème c'est qu'il n'y a pas de loi", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'en France c'est "un crime avec préméditation", puni de la cour d'assises.

"Il y a très peu de gens qui sont demandeurs d'euthanasie, il y en a encore moins qui sont aidés activement à mourir, mais pour ces gens là qui veulent mourir dignement -c'est généralement des gens qui ont vécu dignement- , il est tout à fait normal que la loi protège ceux qui vont les accompagner, leur famille, leur médecin", a indiqué le Dr Senet. A la question de savoir s'il était prêt à aider Chantal Sébire, mère de famille de 52 ans défigurée par une maladie incurable, le médecin a répondu: "Vous imaginez bien que les contacts que j'ai pris avec elle sont des contacts serrés, je ne peux pas vous dire oui mais vous comprenez bien ma réponse".

La garde des Sceaux Rachida Dati s'est montrée jeudi hostile à un changement de la loi sur l'euthanasie en estimant que "la médecine n'est pas là pour administrer des substances létales". "Je considère que la médecine n'est pas là pour administrer des substances létales", a affirmé sur France Inter la ministre de la Justice. Cette dame demande à la justice de pouvoir exonérer de la responsabilité pénale le médecin pour lui administrer une substance létale (...) Ce n'est pas notre droit et nous avons fondé notre droit et la convention européenne des droits de l'Homme sur le droit à la vie", a-t-elle ajouté.

Le président du tribunal de grande instance (TGI) de Dijon "a mis son jugement en délibéré à lundi prochain", a indiqué Me Antonowicz, qualifiant cette démarche de "première". Moins de deux semaines après avoir lancé un SOS dans les media pour "qu'on l'accompagne dignement dans la mort", et après avoir confié son dossier à l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD), Mme Sébire a saisi la justice d'une "demande exceptionnelle" d'euthanasie.

Cette ancienne professeur des écoles de 52 ans, domiciliée à Plombières-les-Dijon (Côte-d'Or) et mère de trois enfants, a appris en 2002 qu'elle était atteinte d'une "Esthesioneuroblastome", une tumeur évolutive des sinus et de la cavité nasale. Une maladie très rare - seuls 200 cas ont été recensés dans le monde depuis 20 ans -, incurable et dont l'évolution provoque une déformation spectaculaire et irréversible du visage et des souffrances "atroces", selon Mme Sébire.

Sa requête "est une première pour le monde judiciaire, mais nous ne demandons que l'application de la Loi, celle du 22 avril 2005 sur les droits des malades, dite Loi Léonetti", a déclaré Me Antonowicz. Selon lui, cette loi, qui n'autorise pas l'euthanasie, "reconnait le droit aux malades en fin de vie de refuser tout traitement et le droit de soulager leurs souffrances, mais elle ne dit rien lorsque les malades refusent la solution proposée qui est le coma artificiel et la mort au bout de dix à quinze jours".

"Nous demandons simplement au magistrat de lui permettre de s'endormir dans l'affection des siens" et de faire ainsi preuve "d'humanité", a conclu Me Antonowicz. Dans sa requête Mme Sébire fait état de ses "souffrances intenses et permanentes", du "caractère incurable des maux dont elle est atteinte" et de son "refus de devoir supporter l'irréversible dégradation de son état".

Des raisons qui la conduisent à demander au président du TGI de Dijon d'"autoriser l'un de ses médecins à lui prescrire le traitement nécessaire pour lui permettre de terminer sa vie dans le respect de sa dignité".


La question secoue les politiques depuis quelques jours et vous, que pensez-vous de l'euthanasie ? Pour ma part, je considère que chaque être humain doit pouvoir disposer de sa vie comme il l'entend. J'ai vu un reportage que cette femme il y a quelques semaines, elle est parfaitement saine d'esprit et souffre énormément alors j'ai envie de dire, de quel droit pourrait-on lui interdire de mourir ? Cette imbécile de Boutin disait en interview que des médicaments existaient pour lui éviter de souffrir, ça prouve encore une fois son énorme stupidité et sa méconnaisance du cas de cette femme qui ne supporte plus les anti-douleur... J'aimerai bien avoir Madame Boutin en face de moi pour lui demander ce qu'elle ferait si elle était dans cette situation...
Le refus de l'euthanasie est pour moi une énorme hypocrisie dictée par une pseudo morale religieuse. On préfère laisser des gens crever dans la souffrance plutôt que de les laisser mourir sereinement... C'est écoeurant de voir que l'état et la loi peuvent encore aujourd'hui disposer de la vie des gens...
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Invité le Sam 15 Mar 2008, 13:05

Je pense sincèrement que là où certains y voient une forme d'aide au suicide ou un meurtre, ou bien encore une manière de se débarasser de... J'y vois moi l'expression même de l'humanité qui est en nous. C'est justement faire preuve d'humanité et de respect envers la vie que de savoir l'abréger quand sa fin s'annonce inéluctablement dans des souffrances atroces. C'est une torture barbare de s'acharner à maintenir la vie dans un corps qui ne vit plus qu'artificiellement. C'est également le cas lorsqu'une vie se meurt à petit feu, dans la souffrance non seulement physique mais psychologique, avec en seul point de mire l'issue fatale.
D'autre part, c'est un débat d'une hypocrisie honteuse puisqu'il s'agit de donner un cadre légal à ce qui, pour l'instant, est laissé à libre interprétation par la loi Léonetti. Personne ne veut en assumer la responsabilité.
Le droit de vivre comme de mourrir, dignement, ne se discute pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par jujupink le Dim 16 Mar 2008, 13:35

je suis bien d'accord avec vous. Chacun devrais pouvoir choisir.
Je ne comprend pas que les politiques ne change pas cette foutue loi. A partir du moment ou les gens souffrent et qu'il n'y a plus rien a faire pourquoi n'aurais t'ils pas le droit de partir tranquille. Franchement ca me dépasse, j'ai vue aussi un reportage sur cette femme qui a écrit au president.Et a un moment ils interrogeaient un ministre qui disait qu'il existait assez de traitements contre la douleur ect pour ne pas a avoir a pratiquer l'euthanasie. Seul soucis c'est que par exemple la femme en question a des problems avec la morphine.
Franchement les personnes qui font les lois devraient ce mettre a la place des ces personnes et se demander si eux aussi n'aimeraient pas partir paisiblement dans de pareils circonstances.
avatar
jujupink
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 51
Age : 34
Localisation : Lyon,Paris
Emploi : Etudiante
Loisirs : musique,sport,sortie...
Date d'inscription : 21/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par SomewherE_Else le Dim 13 Avr 2008, 12:10

à 200% pour
De quel droit peut-on interdire à quelqu'un de mourrir dignement ??
A cause de leur loi de m**** il ne reste que 2 possibilités :
- si la personne en est physiquement capable : se suicider
- si la personne ne l'est pas (je pense par exemple à Vincent Humbert mais il y en a beaucoup d'autres) demander de l'aide à un proche, qui risque d'être accusé de meutre...
Où est le respect de la personne malade ?
Si cette personne en a clairement fait la demande, pourquoi ne pas l'aider à mourir ?
avatar
SomewherE_Else
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 126
Age : 30
Localisation : Nord ...perdue dans la cambrousse
Emploi : étudiante qui se transforme en rat de labo l'été
Loisirs : mon pc est mon ami !
Date d'inscription : 08/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Xenia le Ven 25 Avr 2008, 21:37

Bon je crois que ce soir je vais me faire des ennemies…

J’ai répondu oui mais…

Comment ne pas se demander si l'euthanasie ne serra pas prise pour un meurtre d'un point de vue psychologique pour la personne qui l'exécute ? ( oui, oui, je suis la chieuse qui pose des questions tordues)

En effet, pour un médecin, dont la vocation première est de soigner ou au moins d'atténuer les souffrances, n'est-il pas difficile de se dire qu'il ou elle doit donner la mort? Certes c'est un autre débat mais il me semble intéressant. Je ne suis pas certaine que je serais capable de dormir tranquille si je savais que plus-tôt dans la journée j'avais donné la mort à quelqu’un. Même si cette dernière me l'avait demandé. (Non, je ne suis pas médecin c'est une hypothèse)

Et si le fait de demander la mort nous autorise à l’obtenir ; ne peut-il pas y avoir des dérives ? Une loi si elle n’interdit pas totalement laisse souvent une porte ouverte et devient sujette à interprétation.

Voila à mon avis tout le fondement du problème.
avatar
Xenia
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 07/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Clea le Jeu 09 Oct 2008, 00:48

Je trouve assez aberrant qu'à l'heure d'aujourd'hui une majorité de français se prononce en faveur de l'euthanasie sans réaction consécutive de l'État. L'euthanasie est avant tout un appel à la dignité qui se doit d'être entendu.
Il est évident qu'il serait irresponsable de laisser chacun choisir d'attenter légalement à ses jours ou non et qu'il faudrait durement réglementer la pratique, mais les membres du gouvernement semblent être paresseux lorsqu'il s'agit d'avancer dans le domaine du social et sur des questions aussi épineuses... Il semblerait même qu'ils soient équipés d'œillères...
De là à y voir une conséquence du dangereux rapprochement de l'Eglise et de L'Etat effectué ces derniers temps, il n'y a qu'un pas...

Comment ne pas se demander si l'euthanasie ne serra pas prise pour un meurtre d'un point de vue psychologique pour la personne qui l'exécute ?

Le fait de débrancher un respirateur ne s'inscrit-il pas dans la même démarche ? C'est une action réalisée à la demande de la famille ou à celle, écrite prélablement, du patient.
avatar
Clea
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 342
Age : 28
Localisation : 75
Emploi : Etudiante
Date d'inscription : 01/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Heath le Jeu 09 Oct 2008, 02:39

Hum... hum... hum...

Faisant partie d'une association qui se bat pour la légalisation de l'euthanasie active, je ne peux être que pour.

Comment peut-on laisser souffrir quelqu'un alors que la fin est inéluctable ? Pourquoi s'acharner à prolonger la vie d'un malade de quelques jours si c'est pour que son visage soit déformé par la douleur ou bien que sa souffrance soit insupportable ?

Xenia, personnellement, en tant que medecin, je vivrais très bien le fait de savoir que j'ai abrégé les souffrances de quelqu'un et que cette personne est partie en paix et je ne vivrais pas ça comme un "meurtre" éventuel mais plutôt comme un service rendu.

Ainsi, à mon sens, chaque personne a le droit de décider si elle veut mourir ou non et à quel moment et ce n'est pas à quelqu'un d'autre (medecin ou autres) de décider pour elle.

De plus, la personne ne nous appartient pas... si elle a fait part de son désir de partir quand elle était encore consciente ou si elle en fait part lorsqu'elle peut encore s'exprimer, il faut respecter son souhait. Bien sur, chacun voudrait garder les personnes qu'il aime le plus longtemps possible près de lui mais n'est-ce pas égoiste de vouloir prolonger la vie de quelqu'un qui est à l'agonie pour son simple "plaisir" ? Ne souhaiterions-nous pas que l'on abrège nos souffrances si nous étions dans cette situation de detresse ?

Mais je pense qu'il faut avoir souffert soi-même ou vu quelqu'un de proche souffrir pour se rendre vraiment compte de la "pénibilité" de la douleur...
avatar
Heath
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 04/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par vintiane le Jeu 09 Oct 2008, 07:10

j'ai répondu oui aussi mais je me pose une question

que se passera t'il pour les gens qui souffrent et qui n'ont pas leur facultés mentales

genre les handicapes moteur et mental : qui peut savoir ce qu'ils souhaitent et si on laisse ce droit à la famille ne seront ils pas tenter de s'en "débarrasser"?

je suis pour mais il faudrai cadrer drolement la loi car j'ai tres peur des dérives et des interpretations de chacun
avatar
vintiane
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 165
Age : 40
Localisation : le lot
Emploi : fonctionnaire
Loisirs : varies
Date d'inscription : 29/10/2007

http://vintiane.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Mélancolia06 le Jeu 09 Oct 2008, 10:18

J'ai répondu "pour" m^me si cela est très dur je pense que cela reste une preuve d'amour immense que d'accorder la mort a une personne qui la désire car n'ayant aucune autre issue mis à part la souffrance.
avatar
Mélancolia06
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 774
Localisation : J't'en pose des questions???
Emploi : Joueuse de cornemuse
Loisirs : Regarder l'araignée a 6 pattes descendre en rappel du plafond
Date d'inscription : 16/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par fairydust le Jeu 09 Oct 2008, 12:57

Je suis moi-même pour...
Je peux comprendre que certains peuvent y voir une ouverture à des abus du genre "Allez hop! zou! On se debarasse"..

Mais moi-même j'ai vécu trop de moments douloureux, à voir plusieurs personnes de ma famille très proche, souffrir, mourir à petit feu et ne plus avoir de conversations logique à cause de la maladie...

Après avoir vu tout ça je peux en être certaine : avant la souffrance, mieux vaut laisser la personne partir , d'elle-même ou quand sa proch famille ressent le besoin du malade.
avatar
fairydust
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 47
Age : 31
Localisation : Val d'Oise (95)
Emploi : Technicienne de labo
Loisirs : dessin, peinture, fimo, JDR, Warhammer 40000
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Hanna le Jeu 09 Oct 2008, 13:56

Je suis Pour aussi. Comme vous autres il me semble qu'il s'agit d'une démarche complètement humaniste. S'acharner à maintenir une personne en vie alors qu'elle n'aspire qu'au repos s'apparente à de la torture OO quelle soit psychologie (pour une personne "enfermée" dans son corps par exemple) ou physique (souffrances extrêmes).

Je pense que derrière la question de l'euthanasie se cache aussi le problème de penser la mort dans nos sociétés actuelles. C'est LE sujet tabou... que quelqu'un demande la mort nous parait complètement inconcevable, on nie absolument cette possibilité, ce choix. Cela renverrai à un échec... On ne doit pas souhaiter mourir. Il y a comme un blocage, quelque chose d'absurde. La mort est considérée comme un accident... comme si l'on avait ce fantasme d'y échapper... Ce serait d'ailleurs ce fantasme qui nous ferait avancer, avoir des projets, vivre tout simplement. Comme si ce fanstasme donnait un sens à la vie. Nous l'enlever, dès lors, parait intolérable... (je sais pas hein Mr. Green... j'ai juste tenté une réfléxion :scratch: )

Pourtant choisir de mourir c'est proprement donner un sens à l'existence qu'on a eu, dernier acte de liberté. C'est presque faire un peid de nez à "Dieu" =D (d'ailleurs il y a aussi tout le problème des Lobby religieux... liés aussi aux questions de l'avortement etc.).


Dernière édition par Hanna le Jeu 09 Oct 2008, 14:48, édité 1 fois
avatar
Hanna
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 504
Age : 29
Localisation : Angers/Rennes
Emploi : Etudiante en Histoire
Loisirs : Guitare, lecture, sorties, danser...
Date d'inscription : 02/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Taz91 le Jeu 09 Oct 2008, 14:26

Hanna a écrit:Pourtant choisir de mourir c'est proprement donner un sens à l'existence qu'on a eu, dernier acte de liberté. C'est presque faire un peid de nez à "Dieu" =D (d'ailleurs il y a aussi tout le problème des Lobby religieux... liés aussi aux questions de l'avortement etc.).

Je crois que tout le problème est là... Quand on a un président qui remet en cause le principe même de la laïcité, difficile de s'imaginer qu'une législation sur l'euthanasie soit possible, les lobby religieux n'ayant jamais été aussi "entendus"...

Pour rappel :
Sarkozy ébranle la laïcité
(http://www.lejdd.fr/cmc/politique/20083/sarkozy-ebranle-la-laicite_87037.html)
Par Grégory BLACHIER

Levée de boucliers dans l'opposition, après les propos de Nicolas Sarkozy sur la religion. Après avoir insisté il y a un mois à Rome sur les "racines chrétiennes" de la France, et souligné à Riyad qu'il y a du religieux "au fond de chaque civilisation", le chef de l'Etat inquiète sur son rapport à la laïcité, alors qu'il présente ses voeux ce jeudi aux forces religieuses.

Nicolas Sarkozy veut-il rabibocher l'Eglise et l'Etat ? Depuis plusieurs semaines, le chef de l'Etat multiplie les références à la religion dans ses discours, et inquiète l'opposition. Alors qu'il s'apprête, ce jeudi, à présenter ses voeux aux forces religieuses, de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer une remise en cause de la laïcité. Dernier en date, le député de Seine-Maritime Laurent Fabius a jugé qu'il était "très important que le président s'en tienne à la version traditionnelle de la laïcité. Il faut qu'on ne mélange pas les religions, que je respecte, et le domaine public dans lequel elles n'ont pas à interférer." Pour l'ancien Premier ministre, le président de la République va trop loin dans ses déclarations sur l'inspiration religieuse de la société française. Ainsi des propos tenus à Rome, il y a moins d'un mois, lorsqu'il a été fait chanoine de Saint-Jean de Latran. Il avait alors insisté sur les "racines chrétiennes de la France", prôné une "laïcité positive" et fait l'éloge de la foi.

"Un homme qui croit c'est un homme qui espère. Et l'intérêt de la République c'est qu'il y ait beaucoup d'hommes et de femmes qui espèrent", avait-il dit. Mais ce sont surtout ses mots sur l'éducation - "dans la transmission et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur" - qui avaient été dénoncés. Des mots "incompatibles avec sa fonction" qui ne peuvent que "scandaliser les défenseurs de la laïcité, qu'ils soient croyants ou non-croyants", réagit le syndicat Snes-FSU. Et d'accuser le président de vouloir "distiller l'idée d'une République soumise à la religion". Le nouveau promoteur d'une "politique de civilisation" affirme aussi que "dans le fond de chaque civilisation, il y a quelque chose de religieux", et que les religions "nous ont appris les principes de la morale universelle, l'idée universelle de dignité humaine".

"Opium du peuple", selon Bayrou

Mercredi, lors de la séance de questions à l'Assemblée, c'est le député socialiste Jean Glavany qui s'est ému des propos répétés de Nicolas Sarkozy, balayant un large spectre de questionnements. "La question qui est posée, c'est de vérifier (...) si nous parlons toujours de la même République et de ses mêmes principes", a dit le député socialiste des Hautes-Pyrénées. Il s'est ensuite interrogé sur une éventuelle violation de la loi de 1905; sur le fait de savoir si les Français juifs, musulmans, athées ou agnostiques étaient encore représentés par un président qui dit "nous" pour "nous les chrétiens" lorsqu'il est à Constantine sur "le droit d'espérer sans être croyant"; et sur cette "nouvelle hierarchie qui place l'instituteur sous le prêtre". Pour résumer ainsi ses questions: "ces millions (...) de Françaises et de Français qui ne sont pas chrétiens, croyants et pratiquants (...) ont-ils encore le droit d'être de bons Français?"

Le secrétaire national du PS à la laïcité a vu Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, lui répondre simplement qu'il était souhaitable de "reconnaître le rôle de la spiritualité, de toutes les spiritualités, sous toutes leurs formes. Les Français y sont très attachés." A l'évidence, cette réponse ne suffira pas à "clore" le débat, comme l'avait demandé François Hollande la semaine dernière. Et accréditera un peu cette réflexion de François Bayrou, président du MoDem, qui s'exclamait après le discours de Latran: "Ce n'est pas autre chose que l'opium du peuple que dénonçait Marx."

Si la polémique enfle avec la fréquence et l'importance des propos présidentiels, ses références à la religion et à ses propres croyances ne sont pourtant pas nouvelles. En septembre, lors d'un entretien accordé depuis l'Elysée à TF1 et France 2, il lui avait été demandé comment il faisait pour tenir le rythme de son hyper-présidence. "Grâce à Dieu", avait-il répondu dans un large sourire. Il y a trois ans et demi, il avait aussi fait publier La République, les religions, l'espérance, réflexion sur la place des religions dans la société et le monde. Et à Neuilly, dont il a longtemps été le maire, il avait habilement conquis les diverses communautés religieuses. La France n'est pas encore les Etats-Unis, où les candidats affichent leurs convictions souvent précieuses en termes électoraux, et où l'actuel président ponctue immanquablement ses interventions d'un "God bless America" ("Dieu bénisse l'Amérique"). Mais le pas qui sépare la France de ce type de mots semble de moins en mois grand, et nombreux sont ceux qui craignent de voir le président le franchir.
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Calamity le Jeu 09 Oct 2008, 17:22

j'ai répondu "pour" car je serai toujours hanté par des images, un document passé par email d'une personne dans un état inimaginable, celles qui veulent le document je peux le faire passer mais âme sensible s'abstenir, justement elle demande cette délivrance qui ne lui est pas accordé et je trouve que c'est un crime de laisser, ces personnes souffrantes à ce niveau, en vie !

Maintenant je suis sceptique quant à l'utilisation de ces droits car effectivement, comme le souligne Vintiane, je pense que certains en profiterai pour se débarrasser de certaines personnes encombrantes qui elles désirent se battre et vivre. C'est là toute la difficulté à faire une loi je pense car à qui donner ces droits ? A la famille qui peut comprendre ou au pire qui en profiterai ou à des inconnus qui ne serai pas forcément plus objectifs...

Bref je suis pour !
avatar
Calamity
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 10138
Age : 46
Localisation : Geekland
Emploi : Joue aux Lego avec des pixels
Loisirs : Jeux vidéo, gadgets geek
Date d'inscription : 08/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par no_trust le Jeu 09 Oct 2008, 18:30

le probleme c'est que s'il y a autorisation de l'euthanasie ,il peut y avoir des exces dans l'application de cette loi ,mais a part ce detail je suis pour aussi, autant eparnier des souffrances atroces a ses pauvre gens.
avatar
no_trust
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 133
Age : 29
Emploi : etudiante
Date d'inscription : 08/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Chris le Jeu 09 Oct 2008, 20:10

pour...
avatar
Chris
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 8562
Age : 46
Localisation : RP
Date d'inscription : 07/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Marie29 le Jeu 09 Oct 2008, 21:31

C'est certain que mettre en œuvre l'euthanasie demande des cadres institutionnels importants. J'étais déjà pour l'euthanasie, mon père est décédé d'un cancer en début d'année, le voir souffrir a été pour nous tous une épreuve insoutenable, ces images me resteront gravées à vie dans l'esprit, et je ne parle même pas de sa souffrance à lui... Je suis d'accord avec Heath, quand on a vécu ce genre d'expérience, on ne peut qu'être pour... Avec des garde fous, des cadres pour se prémunir contre les abus mais oui, il faut enfin légiférer sur ce sujet et réellement sans effleurer le sujet...
avatar
Marie29
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 457
Localisation : près de l'océan
Emploi : coach de buses
Loisirs : lire, courir, se faire une toile, être dehors
Date d'inscription : 25/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Synh le Dim 23 Nov 2008, 16:45

Pour, à 200%.
En dehors des raisons déjà citées, je crois que la liberté de pouvoir disposer de son corps est fondamentale.

On me donne la vie, sans liberté de mourir. Mais je vais mourir quand même, parce que la mort vient après la vie, c'est comme ça. Avec leur betise d'acharnement thérapeutique, plus personne ne meurt avec dignité ou presque, c'est assistanat au possible, dépendance au possible, souffrance au possible, au final.

C'est un non-sens que de refuser la liberté de mourir aux personnes qui ne veulent au final qu'arrêter de souffrir quand les méthodes de soin ne peuvent rien. C'est notre corps. C'est notre vie, et c'est également notre mort.
avatar
Synh
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 23/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Miel le Jeu 27 Nov 2008, 00:44

Pour, pour, pour. Comment peut-on obliger quelqu'un à vivre ? On a pas le droit de forcer les gens à vivre. Vivre n'est pas automatiquement un cadeau, et certaines personnes n'ont pas forcément le courage de se jeter par la fenetre, ou de se pendre... Je fais l'amalguame entre suicide et euthanasie... mais je pense que tout le monde a le droit de choisir sa mort, surtout si les circonstances l'implique.
avatar
Miel
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 107
Age : 28
Localisation : Paris
Emploi : Etudiante
Date d'inscription : 06/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Euthanasie

Message par abeille sur centaurée le Ven 28 Nov 2008, 05:09

C'est vrai Miel que si on considère le droit de chacun à disposer de son corps, on peut faire un rapprochement entre l'euthanasie et le suicide.
L'euthanasie touche à la mort et la mort est une finitude, un mystère, qui est complètement occultée dans notre civilisation occidentale. Le corps mort, cette inertie, cette putréfaction, cette décomposition, ce retour à la poussière, au néant.
Nous vivons dans une société qui asceptise tout, qui tente d'exalter une certaine beauté des corps, de la jeunesse, qui essaie d'échapper à l'idée de cette fin humaine inévitable, qui voudrait se sentir invincible de par les avancées médicales phénoménales qu'elle a faites depuis un siècle.
Pour avoir eu à faire, à plusieurs reprises, au monde médical, dans des situations plus ou moins vitales, ce sentiment de toute puissance, ce manque d'humilité par rapport à la complexité du monde vivant, est parfois, souvent, très palpable.
Donner la mort à une personne qui la réclame...une lourde responsabilité éthique, morale oui mais n'euthanasie-t-on pas les animaux ? Ca n'engendre pas tant de questions et les animaux n'ont pas la parole pour exprimer leurs désirs (entendu que je considère que le degré de respect de toute forme de vie d'une société traduit son degré de civilisation).
Si notre société arrivait à intégrer la mort dans le cycle normal de la vie, on aurait fait une grande avancée !
Encore une chose par rapport à la souffrance.
Je pensais, à la suite de lectures, que la souffrance était maîtrisée dans notre société...J'ai été effarée de voir ma grand-mère peiner corps et âme pdt les dernières années et les derniers mois de sa vie pour respirer...Elle en a vraiment chié et les traitements proposés n'y ont rien fait...Et, pour être passée par un tas de services médicaux avec elle, je me suis rendu compte que la prise en compte de la souffrance n'était pas si systématique, si prioritéaire que je me l'étais imaginée.
avatar
abeille sur centaurée
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 167
Age : 46
Localisation : Ma racine est au fond des bois
Loisirs : Musique, peinture, dessin, vtt, course, photo, marche, ciné, danse
Date d'inscription : 06/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum