A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Nonette le Jeu 03 Nov 2005, 22:20

Pour celles que ça intéresse, des infos connexes...

CLICHY-SOUS-BOIS : ZONE DE NON-DROITS OU ZONE D INJUSTICES ?
Par Antoine Germa

http://lmsi.net/article.php3?id_article=477
_________________________________________________________

Témoignage et retour sur une série de mensonges



Je suis à Clichy par intermittence depuis samedi matin pour préparer
avec une journaliste de France-Inter une série d’émissions sur la
situation à Clichy-sous-Bois. La ville s’est "embrasée" du jeudi 27
octobre au soir au lundi 30 au soir. Je livre ici ce que j’ai vu,
entendu, compris, et ce qui m’a été rapporté.

---------------------------------------------------------

1. deux jeunes morts (Zyad et Bounna, 17 et 15 ans, du collège n°3)
semblent bien avoir été poursuivis pas la police, contrairement à ce
qu’affirmait la version officielle qui niait toute course-poursuite
(version Sarkozy et Parquet). Pourquoi aller dans cette ruelle et
escalader une palissade pour se cacher dans un transformateur EDF alors
même que leur cité se trouvait non loin du lieu du drame ?

2. Les jeunes, une dizaine,alors qu’ils jouaient au foot, ont fui un
contrôle de police car certains n’avaient pas de papiers (entre autres,
le troisième électrocuté, Metin, en cours de régularisation). Jamais ils
n’ont commis de vol sur un chantier comme le prétendait la version
officielle, reprise pourtant par de Villepin jeudi, et qui n’est plus
défendue aujourd’hui par personne puisque samedi, le procureur de
Bobigny a reconnu à son tour qu’il s’agissait d’un simple contrôle
d’identité. D’ailleurs les jeunes garçons interpéllés ont été relâchés
une heure après leur arrestation, preuve qu’ils n’avaient rien à se
reprocher. Metin, gravement brûlé, "ne se souvient de rien" selon la
version officielle... Ce silence a-t-il un lien avec son statut juridique ?

3. Des rumeurs de toute sorte se sont ainsi développées dans la ville :
pourquoi ces mensonges policiers ? que cachent-ils ? Des émeutes ont
éclaté : spontanées jeudi, elles ont été encadrées vendredi par des
"anciens". Les premières cibles sont : la poste (voitures brûlées), les
pompiers (un camion caillassé), les abris bus, une école (début
d’incendie). Les émeutes de vendredi ont été particulièrement violentes
(tirs de coup de feux sur les cars de gendarmes et de CRS, jets de
projectiles...). Elles ont eu lieu dans les grandes avenues qui bordent
la cité du Chêne pointu (près de la Pama). De très nombreuses voitures
ont été brûlées : leurs carcasses calcinées jonchaient les rues encore
samedi matin.

Samedi matin, une marche silencieuse a été organisée par les
associations religieuses et la mosquée. L’heure était aux appels au
calme. Les regards se tournaient vers la justice et Sarkozy était
souvent conspué. Les institutions musulmanes, la mairie et les militant
associatifs, visiblement unis, semblaient reprendre le contrôle de la
situation. On a compté un peu plus d’un millier de participants. Pour
éclaircir les circonstances du drame de jeudi, le maire PS de Clichy,
Claude Dilain, épuisé et ému, qui semble bénéficier d’une rélle écoute
auprès de la population clichoise , jeunes compris, a demandé
officiellement à Nicolas Sarkozy l’ouverture d’une enquête sur la mort
des deux jeunes. L’avocat des familles des victimes, de son côté, à la
sortie d’une réunion qui a lieu à la mairie après la marche silencieuse,
affirmait vouloir déposer une plainte pour non-assistance en personne en
danger pour faire toute la lumière sur les circonstances du drame. Tout
paraissait calme dans la journée et les forces de l’ordre demeuraient
invisibles.

Samedi soir, au moment de la rupture du jeûne (vers 18h30), les 400 CRS
et gendarmes, dont une partie vient de Chalon s/saone, sont sortis un
peu partout dans la cité du Chêne pointu. Comme à l’accoutumée, il
s’agissait d’encercler - "de boucler" - le quartier. Don quichottisme
policier : en cohorte, à la façon des légions romaines, au pas de
course, visière baissée, bouclier au bras, et /flashball/ à la main, ils
parcourent les rues une à une contre des ennemis invisibles. A cette
heure, tout le monde mange et personne ne reste dehors. Pourquoi cette
démonstration de force alors même que les rues étaient particulièrement
calmes ? "Provocations policières" répondent à l’unisson les habitants
interrogés. C’est un leitmotiv depuis vendredi soir.

Au bout d’une heure, quelques jeunes sortent et se tiennent face aux
policiers : tous attendent le début des affrontements. Quel sens donner
à cette stratégie policière à part celui qui consiste à vouloir "marquer
son territoire", c’est-à-dire appliquer une version animale et musclée
du retour à "l’ordre républicain" ? Plusieurs témoignages et
enregistrements sur portable manifestent aussi, de façon indiscutable,
la volonté de la police d’en découdre avec les jeunes (insultes
racistes, appels au combat, bravades...).

Je suis monté aux Bosquets - à la mosquée Bilal- vers 21 heures : elle
était pleine à craquer (1200-1300 personnes environ) pour cette nuit du
Destin que les fidèles passent traditionnellement à la mosquée. De
nombreuses voitures et poubelles ont déjà brûlé et les jeunes venaient
se réfugier aux abords de cette enclave en plein milieu de la cité.
L’ambiance néanmoins était au recueillement, et les imams, depuis le
début, ont joué un rôle important dans la pacification.

Samedi soir, en dépit des provocations policières, les affrontements
semblaient moins violents. Est-ce l’effet des appels au calme répétés
depuis le matin ? Est-ce dû à l’importance rituelle de la nuit du destin
en cette période de Ramadan ?

4. Dimanche soir, en guise de témoignage, un coup de fil désespéré et
indigné d’Ibrahim, le fils d’un imam, à 20h55 : la police vient, en
pleine prière, de gazer la mosquée des Bosquets. Des femmes - dans la
salle de prière qui leur est spécialement réservée - se sont presque
évanouies, me dit-il. A leur sortie, elles sont insultées par des
membres des forces de l’ordre, me rapporte-on : "pute, salope...".
Toutes les médiations avec la police s’avèrent impossibles, et ceux qui
s’y risquent ont pour toute réponse un "dégage" cinglant et risquent
d’être blessés par un /flashball/. Ibrahim me demande de témoigner mais
je ne suis pas à Clichy à ce moment-là.

Cette nouvelle paraît hallucinante. Comment peut-on attaquer un lieu de
culte ? Pourquoi gazer la mosquée alors que les autorités religieuses
étaient les seules avec la mairie à pouvoir calmer la situation ? Dès
lors l’embrasement total menace, les affrontements reprennent et de
nouvelles voitures sont brûlées : les positions se radicalisent d’autant
plus que dans la nuit les forces de l’ordre nient avoir utilisé des
grenades lacrymogènes contre la mosquée. Le modèle de grenade utilisé
contre les fidèles de la mosquée ne correspondrait pas à celui
qu’utiliserait la police. Dorénavant, il y a deux affaires : la mort des
deux adolescents et l’attaque de la mosquée.

Au même moment, Sarkozy à la télévision justifie et défend le
déploiement policier à Clichy et prône une nouvelle fois la “tolérance
zéro” : le poing fermé dans une main, et dans l’autre...rien, à part la
main invisible du marché.

5. Lundi matin, l’ambiance est tendue. A 11 heures, Sarkozy réunit à la
préfecture de Bobigny les forces de l’ordre : félicitations et soutien
sont les mots d’ordre de la matinée. La version officielle du gazage de
la mosquée a subi quelques inflexions durant la nuit. Le modèle de
grenade utilisé correspond à celui de la police, mais le doute
subsiste : qui peut bien avoir jeté ces grenades dans la mosquée ? Une
nouvelle fois, la version officielle ne paraît en rien correspondre à la
vérité.

À 13 heures, je me rends au Chêne Pointu regarder le journal TV avec un
imam et sa famille : le traitement médiatique est au coeur aussi du
ressentiment exprimé par beaucoup depuis le début des "émeutes".
L’impression qui domine tous les discours ici est que les médias ne sont
que les relais des institutions officielles, fussent-elles à l’origine
de mensonges, et surtout qu’ils participent à la stigmatisation dont se
sentent victimes les habitants de ces quartiers populaires.

Pourtant, le ton change : la presse et les chaînes de télévision se font
plus critiques. La version officielle et de la mort des deux enfants et
du gazage de la mosquée est remise en cause, du moins interrogée.

A 14 heures, conférence de presse à la mosquée des Bosquets. Un film,
pris grâce à un téléphone portable, fait office de preuve. Il est
projeté devant les journalistes nombreux : il donne à voir la panique
qui a saisi les fidèles pendant le gazage. Puis les responsables ont
pris la parole. Le ton est ferme, l’émotion palpable et les demandes
précises : une enquête judiciaire et des excuses officielles. L’égalité
de traitement entre les différents cultes est au cœur des
revendications. Monsieur Bouhout, président de la mosquée, proche
pourtant de l’UMP, se fait même menaçant quant à sa capacité à pacifier
les esprits. Le grand frère de Bouna, devant la presse, annonce qu’il
refuse de rencontrer Sarkozy, jugé "incompétent" et demande, avec la
famille de Zyad, une entrevue avec le premier ministre. Tous demandent
que la police évacue le quartier, condition nécessaire pour retrouver un
peu de calme et pacifier la situation.

En périphérie de cette conférence de presse, des militant(e)s
associatifs reviennent sur les causes socio-économiques des événements
trop souvent occultées : Clichy occupe toujours une place de choix dans
le palmarès des communes les plus pauvres de France et les associations
ont de moins en moins d’argent pour travailler. L’ambiance est tendue à
la sortie de la mosquée : des jeunes se renseignent aux abords du lieu
du culte. Des femmes racontent ce qu’elles ont vu et subi : au coeur des
témoignages, la colère contre la police qui multiplie les interventions
"musclées" en dépit du bon sens et, trop souvent, de la loi ; contre les
autorités ministérielles qui ne dénoncent pas le gazage de la mosquée
dimanche soir. Les autorités religieuses, visiblement abattues et émues
par ce qui s’était passé la veille, reprennent peu à peu le contrôle de
la situation. Tout le monde attend la soirée avec appréhension.

A 19 heures, un accord est trouvé entre des membres de la mosquée et la préfecture : des jeunes sont désignés comme médiateurs pour "calmer" les plus énervés et prévenir les éventuelles échauffourées avec la police.
Cette idée n’est pas neuve : c’était une proposition de certains jeunes
samedi, mais les autorités préfectorales ne semblaient pas intéressées.
Se sentent-elles impuissantes à trouver une solution au conflit ? La
méthode dure, qui a prouvé son inefficacité et son iniquité,
trouve-t-elle enfin ses limites ?

23h30 : La police et les jeunes jouent au chat et à la souris, mais la
situation semble pour maîtrisée. Sur le terrain, les médiateurs jouent
un rôle central me dit-on : ils vont à la rencontre des plus jeunes
discuter, pour les dissuader de passer à l’acte. J’apprends dans la nuit
que le garage de la police municipale de Montfermeil a été brûlé et que
les forces de l’ordre ont procédé à quelques interpellations. Les
affrontements ont été évités.

*
Antoine Germa *

*
Mardi 1er novembre*

Antoine Germa est professeur d’histoire-géographie à Clichy-sous-Bois

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Nonette le Jeu 03 Nov 2005, 22:20

J'en ai un autre...


L'INTOLERABLE

Par Laurent Lévy

http://lmsi.net/article.php3?id_article=478
_________________________________________________________


À propos des événements de Clichy-sous-Bois et de la réaction du
ministre de l’Intérieur



*On sait aujourd’hui que les jeunes gens qui ont tragiquement trouvé la
mort dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois n’étaient pas,
pour reprendre l’expression consacrée, « bien connus des services de
police ». C’étaient des jeunes gens tranquilles et sans histoire. Mais
la réciproque n’était à l’évidence pas vraie. Ils connaissaient bien,
eux, les services de police.*

---------------------------------------------------------

Ils savaient que s’ils avaient à subir un de ces contrôles d’identité
aussi classiques et vexatoires qu’inutiles, ils risquaient de passer,
comme tant d’autres avant eux, quelques heures au commissariat, et
d’avoir à affronter pendant ce temps le mépris et l’humiliation. Et ils
n’avaient pas de temps pour ça. On comptait sur eux à la maison ;
l’heure approchait de la rupture du jeûne ; ils avaient envie de manger.

Pourquoi le ministre de l’intérieur, a-t-il tenu à dire que ce drame
avait eu lieu à la suite d’une tentative de cambriolage ? Sans doute
parce qu’il a voulu utiliser à son profit l’image fantasmatique et
désastreuse qu’il contribue lui-même à donner des « cités », décrites
comme zones de non-droit, règne des petits et gros trafics, vecteurs
d’insécurité publique, et terreaux de délinquance. Si des jeunes gens
meurent en fuyant la police, autant raconter au bon peuple que c’est
parce qu’ils avaient quelque chose à se reprocher. N’importe quelle
salade fera l’affaire. Si l’histoire se passe à la lisière d’une cité
pauvre de la « petite couronne » de Paris, c’est que l’on a affaire à la
racaille. Et il s’y connaît, le ministre ! On ne la lui fait pas ! Sans
doute passera-t-il Clichy au « karcher » en l’honneur de la « tolérance
zéro ». Ce qui est toutefois douteux, c’est que l’on puisse partager sa
conception de ce qui est « tolérable » et de ce qui ne l’est pas : car
ce qui est le moins tolérable, dans une société civilisée, ce n’est pas
d’abord la révolte de celles et ceux dont on traque et dont on tue les
enfants, les frères, les amis. C’est d’abord l’attitude des autorités
pleines de morgue, celle des policiers irresponsables, celle de l’état
qui fait la guerre aux déshérités.

Le comportement des agents de l’État aura été, dans le traitement de ce
drame, un comportement de guerre civile. Dans une société d’égalité,
rien de tout cela n’aurait été pensable. Lorsque le ministre de
l’intérieur donne l’exemple du mensonge, on ne voit pas pourquoi ses
subordonnés ne lui emboîteraient pas le pas. Un policier déclare ainsi à
la radio qu’aucune grenade lacrymogène n’a été lancée aux abords de la
mosquée de Clichy ; qu’au contraire, ce sont les manifestants qui ont
employé des « grenades au poivre » ; et que ce sont ces grenades qui ont
piqué quelques yeux. Il sait alors parfaitement ce que tout le monde
saura par la suite, comme son chef savait parfaitement qu’il n’y avait
jamais eu de cambriolage : que ce sont bien des grenades lacrymogènes de
policiers qui ont été tirées.

C’est ainsi qu’au moment de leur prière, le Jour du Destin, les
musulmans de Clichy auront pu juger de l’efficacité de la police de leur
pays. Leur sécurité n’a rien à craindre. Ils auront pu voir fonctionner
les Flash-Ball. Ils auront pu voir les enfants courir apeurés, et les
mères, essayant de les protéger, se faire poursuivre jusque dans leurs
cages d’escaliers délabrées en se faisant traiter de « putains » par la
soldatesque de Monsieur Sarkozy. Celles et ceux qui l’auraient ignoré
savent à présent ce que signifie la « gestion coloniale des quartiers ».

Demain, il fera jour. Demain, on leur reparlera de république, de
liberté, d’égalité et de fraternité. On leur rappellera que le pays des
droits de l’homme suscite partout dans le monde l’admiration et le
respect. Demain, on s’occupera des banlieues. Et faut voir comme !

Le ministre a déjà pris date ; il visitera chaque semaine un quartier «
sensible », puisque c’est le nom désormais consacré des quartiers
populaires. Il ne lésinera pas sur les moyens. Il y aura des compagnies
de CRS et des brigades de gendarmeries spécialisées. On n’en demandait
pourtant pas tant : on ne demandait qu’à vivre. C’était sans doute trop
demander.

*
Laurent Lévy *

*
Mardi 1er novembre 2005*

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Alhéna le Jeu 03 Nov 2005, 22:48

Les pauvres petits...

G plus pitié pour ceux qui viennent de ce faire bruler leur voiture ou qui ont perdu leur travail à cause des voyoux qui ont tout brulé...
avatar
Alhéna
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 82
Date d'inscription : 01/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Nonette le Jeu 03 Nov 2005, 22:54

Alhéna a écrit:voyoux qui ont tout brulé...
Tu peux dire racaille, sauvageon aussi c'est dans le langage ministériel. Ce n'est pas la peine d'opposer les uns aux autres, bien sûr que cela déconne et a de sales conséquences un bordel de cette ampleur, bien sûr que les voisins n'en sont pas responsables et en souffrent, mais à bien réfléchir à l'échelle des responsabilités, le traitement étatique, ministériel etc. de l'affaire c'est quand même aller moins vite que de diviser la population vivant dans les zones urbaines dites sensibles en les gentils pauvres banlieusards victimes de la sale racaille qui dégrade pour le pur plaisir de dégrader et par vice.
Cela étant moi c'est pas de la pitié que j'ai, c'est plutôt de la colère.

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Sélénite le Ven 04 Nov 2005, 00:04

Et c'est quoi ces négociations mosquée-préfecture ?

Et Sarkozy certes, mais qui a fait le choix de préférer laisser certains quartiers s'autogérer, quelle que soit la manière employée ?

Et puis c'est vrai que les manifs, ça n'existe pas, les paysans, les pécheurs et les jeunes ont compris le truc, faut casser et bruler pour avoir ce qu'on veut. Encore que là, je n'ai pas compris la revendication.
rien à voir avec les marches des beurs d'il y a longtemps, à l'époque où les gens avaient encore une conscience politique.

Et puis là, j'ai comme le sentiment que l'ascension sarkozienne va se terminer. A qui ça profite ?

Bref, là, je suis moins dans la colère ou l'indignation que dans les questions.

Mais quelle que soit ses motivations, la racaille ça existe et ça dégrade pour le plaisir de dégrader. Et quand on est coincé par son budget, on n'a d'autre choix que de subir. Il faut aussi regarder les réalités en face au lieu de dire qu'on ne doit pas donner une mauvaise image des cités.
Le problème c'est qu'une fois qu'on aura fustigé l'usage du mot, celui là ou sauvageon, on n'aura rien changé.
Ca ne sert à rien d'opposer le paternalisme aux méthodes musclées, si ce n'est à débattre des termes sans se bouger.

Biens sur qu'il faut les nettoyer au karcher les cités, il suffit d'y aller pour voir à quel point c'est crade, délabré et honteux. Ca ne me gènerait pas qu'on le fasse, au contraire.

Sélénite
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 05/07/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Parigi le Ven 04 Nov 2005, 08:23

Depuis, 1995 environ, avec la création des contrats de la ville, on fait mourir les associations de proximité, fort utiles au demeurant, souvent en les noyant dans ce que l'on appelle l'administratif. Ces associations ne ressemblent ou ne ressemblaient en rien à l'ARC, avec le Monsieur qui se fait construire avec sa piscine avec les dons et subventions. Très souvent, ces bénévoles ou salariés qui intègrent ces associations sont des personnes engagées qui croient en ce qu'ils font.
Bref, soit elles ont disparu, soit elles survivent au prix de beaucoup d'efforts et de volonté des membres.
Où je veux en venir ? Ces associations de proximité qui créaient un lien entre les habitants toute génération confondue, etc... ont disparu petit à petit au sein de ces grands ensembles que l'on appelle cités. Et à la place, bah rien, malgré un taux de pauvreté qui ne cesse d'augmenter ici comme ailleurs et on crée un repli de ces habitants sur eux-memes.
Alors, j'en viens à la recette miracle de Monsieur le Ministre de l'Intérieur, avant les incidents de Clichy, amener les CRS dans les banlieues. Ah et aussi, toutes les actions mises en place par quelques policiers auprès de cette population ont été supprimées depuis 2 ans, bah oui faut pas montrer qu'on peut être humain avant d'être policier.
Donc, je disais, Monsieur Sarkozy amène les CRS dans les cités et pour l'annoncer, vient à Argenteuil dans le 95 ! Pourquoi cette exclamation ? Parce qu'en venant là, pour ceux ou celles qui connaissent le coin et l'histoire de cette ville, forcément que cela fait de belles images avec comme appellation "groupes de jeunes incontrôlables, racailles et voyous...". Vous voyez que c'est vrai puisqu'on vous le dit et on vous le montre. Bref, ce n'était que pure provocation à mon sens qui a servi à illustrer et justifier (sur une base fausse je crois) l'arrivée des CRS dans ces banlieues dites sensibles.... Et cela aurait pu en rester là, mais voilà, deux jeunes enfants morts à Clichy sous Bois, avec diverses explications officielles (ce qui est grave) et des témoignages édifiants, j'ai reçu ces mails Nonette. Et voilà, la provocation grimpe de part et d'autres, c'est la surenchère et nous en sommes là !
Alors il est vrai, qu'il y a des gens qui déconnent dans ces habitations, mais le citoyen habitant ailleurs qui fait une déclaration d'impôts erronée volontairement, il ne déconne pas aussi ? Il y a des gens partout qui, avec diverses explications pour justifier leurs actes, qui sont hors la loi. Mais il y a-t-il des actes hors la loi "normaux" et d'autres non selon le lieu ?
Alors voilà, nous en sommes là, comment allons-nous éteindre cet incendie ? La réponse actuellement m'inquiète et je crains les suivantes.

Parigi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par cosaque le Ven 04 Nov 2005, 09:09

Cela étant moi c'est pas de la pitié que j'ai, c'est plutôt de la colère.

ah bon pourquoi ? Moi je suis heureuse que la France soit un pays de libres revendications. :D

Et c'est quoi ces négociations mosquée-préfecture ?

Autrefois, le clergé catholique faisait ses oeuvres sociales Sad , ils sont "un peu" tombés heureusement....maintenant il y a la mosquée et tous les grands frères, si Sages.
Il faut que le petit rocquet méchant de Sarko et ses potes du gouvernement apprennent désormais que c´est avec les mosquées qu´on traite. Ajoutons que certains fidèles nous sont très dévoués.
avatar
cosaque
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1059
Date d'inscription : 09/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par N le Dim 06 Nov 2005, 19:10

...


Dernière édition par le Lun 26 Déc 2005, 17:49, édité 1 fois

N
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Elegy le Dim 06 Nov 2005, 22:53

Alors là, c'est de la pure connerie !

En ce moment, les médias américains sont en train de déformer totalement les faits qui se passent en France, parlant de guerre civile et stigmatisant la communauté musulmane (sous-entendu, "y'aurait pas un peu de manipulation d'Al-Qaida là-dedans ?"). C'est totalement méconnaître la réalité et le fonctionnement des cités.

Il n'y a aucune manipulation, ni organisation pour le moment. Il s'agit de surenchère systématique, de comportement grégaire. Les cités sont en guerre les unes contre les autres depuis des années, les réglements de compte inter-cités sont hebdomadaires, voire quotidiens, et on en parle rarement. Cette fois, il s'agit de faire mieux que la cité voisine : qui a cramé le plus de voitures ? qui va faire un coup d'éclat en cramant un entrepôt, une école ? Les jeunes des cités se gargarisent de leurs exploits sur le net et se défient sur les blogs.
Certains incendies dans les cités ont été provoqués par des jeunes des cités adverses, d'autres par les jeunes qui y habitent. Les choses sont complexes.

Mais la seule organisation qui existe à l'heure actuelle est une organisation interne : la préparation des cocktails molotovs et l'émulation à l'intérieur de la cité. Il n'y a pas d'organisation entre les cités, ce serait inconcevable tant ils se détestent. Et quand on les connait, on sait qu'ils n'ont de toutes façons pas besoin d'être beaucoup poussés (je parle ici d'une éventuelle manipulation politique ou religieuse) pour partir au quart de tour.
avatar
Elegy
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 01/06/2005

http://elegy1.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par N le Lun 07 Nov 2005, 00:27

.


Dernière édition par le Dim 08 Oct 2006, 01:35, édité 1 fois

N
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Elegy le Lun 07 Nov 2005, 12:26

Je lisais les infos sur les événements en banlieue sur CNN.com pour avoir une idée de ce qui est véhiculé par les médias américains, quand j'ai eu la surprise de lire ceci :

"[...] as was a social center in Seine-Saint-Denis, near the border with Switzerland."
Je tenais donc à vous informer que la Seine-Saint-Denis se situe près de la frontière suisse... Mr. Green Ah ils sont forts ces médias américains !

cf:http://www.cnn.com/2005/WORLD/europe/11/07/france.riots/index.html


Dernière édition par le Lun 07 Nov 2005, 13:49, édité 1 fois
avatar
Elegy
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 01/06/2005

http://elegy1.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Un qui ne perd pas le Nord !

Message par Parigi le Lun 07 Nov 2005, 13:03

Les recherches effectuées sur Internet, amènent parfois des résultats suprenants... Après l'e-mailing fait par Sarko pour le soutenir dans sa candidature 2007 voici comment les incidents inquiétants de ces derniers jours sont récupérés...

"Emeutes et publicité
dimanche 6 novembre 2005.

Etonnante découverte : quand on effectue une recherche par http://google.fr/ sur le mot "émeutes", on tombe d’abord sur un intéressant article du Monde Diplomatique qui remonte à quatre ans.

En deuxième position se trouve un article d’Afrik.com du 30 octobre, qui évoque bien les postures policières qui ne pouvaient qu’encourager les actes nihilistes de jeunes qui ont le sentiment de n’avoir rien à perdre.

Mais tout aussi intéressant est ce qu’on trouve à droite de la page, dans la colonne des "liens commerciaux".

Dans cet espace figurent les URLs de sociétés qui payent pour que leur nom apparaisse lorsque les internautes effectuent une recherche sur certains mots-clés choisis par elles.

Pour le mot "émeutes", deux sociétés ont payé : l’éditeur du Nouvel Obs (avec le commentaire "Nouvelobs.com - Quotidien permanent L’actualité en temps réel 7j/7 !") et ... l’UMP (avec le commentaire "Soutenez la politique de Nicolas Sarkozy pour rétablir l’ordre").

Voilà la publicité politique payante qui arrive par la petite porte. Après l’arrosage massif par courrier électronique (source), l’UMP continue d’innover dans le marketing politique limite limite. Inquiétant."
Source : http://citron-vert.info/breve.php3?id_breve=517

la capture d'écran :

Parigi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Nonette le Lun 07 Nov 2005, 13:34

C'est édifiant toutes ces infos les filles.
Cela va mal se finir, y aura des morts sûrement.
Mais comme il faut voir un point positif à tout, on peut s'dire que grâce à ces jeunes, les Français vont se remettre au vélo.

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par saphirbleue le Lun 07 Nov 2005, 13:43

33 morts et bléssés parmis les force de l'ordre à 12h

saphirbleue
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 29/09/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par pims le Lun 07 Nov 2005, 13:48

pour celles qui veulent voir la manière dont cela est relaté dans la télé de m. bush et dont parle elegy, à noter que des vidéos sont directement visibles sur www.foxnews.com ( ha ce bon vieux murdoch). c'en est sidérant, parfois...

pims
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 649
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Elegy le Lun 07 Nov 2005, 13:53

saphirbleue a écrit:33 morts et bléssés parmis les force de l'ordre à 12h
Non, il n'y a pas de morts parmi les CRS.
Mais, on vient de dénombrer le premier mort victime de ces émeutes, mort de ses blessures à l'hôpital...
avatar
Elegy
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 01/06/2005

http://elegy1.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par saphirbleue le Lun 07 Nov 2005, 13:57

Elegy y a pas que des CRS sur place
mais bon je peux me tromper excuse moi
et pour les morts c'est une info entendu à la radio
je sais plus laquelle

saphirbleue
Lez'arde sur le forum
Lez'arde sur le forum

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 29/09/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Elegy le Lun 07 Nov 2005, 14:02

Il n'y a eu qu'un seul mort et ça vient de se faire. Il n'y a que des blessés parmi les policiers, les jeunes et la population.
avatar
Elegy
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 01/06/2005

http://elegy1.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Elegy le Lun 07 Nov 2005, 14:14

Voilà une dépêche AFP de ce matin qui confirme ce que je disais sur l'organisation interne et non globale (inter-cités) des émeutes :

Les émeutes qui secouent les banlieues ne relèvent "pas d'une organisation globale"", mais les bandes font preuve d'une certaine forme d'"organisation locale", selon des responsables policiers et gendarmes.

"On a le sentiment que ces violences ne sont pas organisées de façon structurelle globale", a dit lundi matin le directeur général de la Police nationale Michel Gaudin, qui répondait aux journalistes lors d'une conférence de presse organisée au ministère de l'Intérieur, conjointement avec ses homologues de la gendarmerie et de la Sécurité civile.

"Nous ne pensons pas qu'il y ait une structuration très marquée", a-t-il ajouté, reconnaissant toutefois que, "au niveau des différentes cités, il y a des organisations locales". Il y a vu pour preuve la découverte, samedi soir dans un local d'Evry (Essonne) d'un "atelier de confection de cocktails molotov" où les policiers ont comptabilisé 150 bouteilles, dont 50 prêtes à l'emploi, ainsi que 60 litres d'essence et des cagoules. Six mineurs âgés de 13 à 16 ans, qui venaient de quitter les lieux, avaient été interpellés.

Lors "des incidents les plus violents avec les forces de l'ordre, celles-ci se trouvent face à des gens organisés", a estimé M. Gaudin. A cet égard, il a souligné l'importante utilisation d'internet par les émeutiers, en particulier via "les blogs dont certains constituent de véritables appels à la révolte".

Pour le général Guy Parayre, directeur général de la gendarmerie nationale, il y a aussi un "phénomène de mimétisme". "Un phénomène de compétition" entre les cités, a ajouté M. Gaudin, en revenant sur l'utilisation des blogs qui montrent l'existence "d'une véritable compétition pour savoir quel quartier réussira mieux" que les autres. Selon le directeur général de la police nationale, une des explications à ces émeutes tient à "la réussite de la politique de lutte contre la délinquance locale : elle inquiète dans certains quartiers où se développent les phénomènes d'économie souterraine".
avatar
Elegy
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 01/06/2005

http://elegy1.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Nonette le Lun 07 Nov 2005, 17:05

NBGie de mon coeur m'a refilée un lien super intéressant sur quelques uns des rapports des médias à ces "événements" -Arrêt sur Image :
http://www.france5.fr/asi/007548/10/129836.cfm

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Alex le Lun 07 Nov 2005, 19:13

ce soir entendu "nouveau mai 68"! Wow...une parole lourde de consequences.....j'espère que ca débouchera sur quelque chose de positif au moins.....mais pour l'instant...ca m'échappe...
avatar
Alex
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 182
Localisation : Nantes,içi Nantes, 2 minutes d'arrêt!!
Date d'inscription : 08/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Parigi le Lun 07 Nov 2005, 20:40

Merci Nonette (et NBGie donc) pour le lien, j'aime bien cette émission que je n'ai pas regardée ce dimanche.

Mai 68, j'y crois pas trop, pas de revendication, le monde salarié n'est pas prêt à suivre... plutôt l'expression d'une colère et d'un ras le bol.

Par contre j'ai reçu un lien intéressant sur les émeutes des Noirs Américains en 1965 à Los-Angeles : Guy Debord, Le déclin et la chute de l'économie spectaculaire-marchande, publié pour la première fois en mars 1966, dans le numéro 10 de la revue Internationale Situationniste.
http://www.homme-moderne.org/societe/philo/debord/declin/
qui peut peut-être permettre de mieux comprendre.

Mais bon, tout cela est très inquiétant...

Parigi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

la récup suite...

Message par Parigi le Mer 09 Nov 2005, 06:16

{...}A Nantes, le FN a diffusé 5000 tracts sur une grosse cité au nord-ouest et est
venu hier soir tenir compagnie aux gens qui gardaient leurs bagnoles...{...}

Ah et j'ai regardé l'émission arrêt sur image de dimanche, ben que de surprises... qui m'étonnent toujours bien que je devrais plus l'être...

Parigi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Kooky le Mer 09 Nov 2005, 08:01

Nonette a écrit:Mais comme il faut voir un point positif à tout, on peut s'dire que grâce à ces jeunes, les Français vont se remettre au vélo.
ouaef enfin perso taff à 07h30 ce matin histoire de pouvoir venir au boulot, hier soir pas failli rentrer .... vivement que cela se termine mais honnetement je ne sais pas comment.
C'est triste de voir tellement de déchainement de violence, où est passé le dialogue français ? Le couvre-feu ne va t il pas attiser un peu plus la haine ambiante. Si ils veulent casser/bruler, rien ne dit que cela va être efficace. Par contre ça permettra sans doute de protéger les quidams au milieu.

Quant à l'opinion présentée par Nadya (bienvenue au fait !), je me demande s'il n'y a pas une minuscule part de vérité. Je n'ai pas les dates en tête, alors pardon si je suis à coté de la plaque, je n'ai qu'un demi neurone à cette heure, mais effectivement la coincidence des violences qq jours après l'annonce de l'implication directe de la Syrie dans le meurtre en Iran m'a interpellé.
Une telle affaire aurait du secouer le monde entier, mais finalement quasiment rien, le soufflet est retombé au moment où les banlieues françaises se sont enflamées. Sans voir la main ricaine partout j'avais trouvé ça bizarre. Mais bon c'est juste l'avis d'un demi neurone matinal Shocked

Chers politiques, commencez par retrouver le chemin du dialogue, on se rend compte maintenant que les associations de quartier, garde fou et élément essentiel du dialogue, ont disparu ... ah ben ça c'est un scoop dites donc !!

A @ !
K.
qui va faire des cartons histoire de se tenir éveillée batwoman
avatar
Kooky
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 2827
Age : 43
Localisation : Argenteuil (95)
Date d'inscription : 26/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Parigi le Mer 09 Nov 2005, 15:47

Voilà où nous en sommes, publication au JO n°261

J.O n° 261 du 9 novembre 2005 page 17593
texte n° 4

Décrets, arrêtés, circulaires
Textes généraux
Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire

Décret n° 2005-1386 du 8 novembre 2005 portant application de la loi n°
55-385 du 3 avril 1955

NOR: INTX0500287D

Le Président de la République,

Sur le rapport du Premier ministre, du ministre d'Etat, ministre de
l'intérieur et de l'aménagement du territoire, et du garde des sceaux,
ministre de la justice,

Vu la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 modifiée instituant un état d'urgence ;

Vu le code civil, notamment son article 1er ;

Vu l'urgence ;

Le conseil des ministres entendu,

Décrète :

Article 1

L'état d'urgence est déclaré, à compter du 9 novembre 2005, à zéro heure, sur le territoire métropolitain.

Article 2

Il emporte pour sa durée application du 1° de l'article 11 de la loi du 3
avril 1955 susvisée.

Article 3

Le Premier ministre, le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de
l'aménagement du territoire, et le garde des sceaux, ministre de la justice, sont responsables, chacun en ce qui le concerne, de l'application du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française et entrera immédiatement en vigueur.

Fait à Paris, le 8 novembre 2005.

Jacques Chirac

Par le Président de la République :

Le Premier ministre,

Dominique de Villepin

Le ministre d'Etat,

ministre de l'intérieur

et de l'aménagement du territoire,

Nicolas Sarkozy

Le garde des sceaux, ministre de la justice,

Pascal Clément


J.O n° 261 du 9 novembre 2005 page 17593
texte n° 5

Décrets, arrêtés, circulaires
Textes généraux
Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire

Rapport au Premier ministre relatif au décret n° 2005-1387 du 8 novembre 2005 relatif à l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955

NOR: INTX0502528P

Afin de répondre au développement des violences urbaines constatées depuis le 27 octobre dernier dans plusieurs centaines de communes, le décret n° 2005-1386 du 8 novembre 2005 pris en conseil des ministres a mis en oeuvre la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 sur l'ensemble du territoire métropolitain.

La publication de ce décret suffit pour que, sur l'ensemble de ce
territoire, les préfets puissent prendre celles des mesures prévues à
l'article 5 de la loi qui sont adaptées aux nécessités du maintien de
l'ordre public, ainsi que l'a jugé le Conseil d'Etat par un arrêt du 16
décembre 1955 (Assemblée, Dame Bourokba, rec. p. 590).

Les préfets pourront ainsi interdire la circulation des personnes ou des
véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté et instituer des
zones de protection ou de sécurité dans lesquelles le séjour des personnes est réglementé.

La loi prévoit par ailleurs qu'un décret du Premier ministre délimite les
zones dans lesquelles des mesures complémentaires peuvent être mises en oeuvre, si la situation l'exige.

A l'intérieur de ces zones, le ministre de l'intérieur peut prendre des
mesures d'assignation à résidence (article 6 de la loi du 3 avril 1955) ou
de remise des armes (article 9). Les préfets peuvent également prononcer la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature, ainsi que l'interdiction de réunions (article Cool. Enfin, le ministre de l'intérieur ou les préfets peuvent ordonner des perquisitions (article 11).

Le présent décret a pour objet de fixer ces zones, qui ont été déterminées au vu des circonstances locales qui peuvent appeler la mise en oeuvre de mesures particulières pour faire face à des atteintes graves à la sécurité des personnes et des biens sur ces territoires.

Au regard des actes constatés en région Ile-de-France, les zones définies
recouvrent la totalité du territoire des départements de cette région. Sont
également désignées, pour d'autres départements métropolitains, des communes particulièrement affectées par les violences urbaines. Dans tous les cas, les mesures qui viendraient à être prises devront être adaptées et proportionnées aux nécessités locales.

*
* *

L'article 1er du présent décret dispose ainsi qu'outre les mesures prévues à l'article 5 de la loi du 3 avril 1955 applicables à l'ensemble du territoire
métropolitain, les mesures mentionnées aux articles 6, 8, 9 et au 1° de
l'article 11 de ladite loi peuvent être mises en oeuvre dans les zones dont
la liste figure en annexe au présent décret.

L'article 2 prévoit que le décret s'applique à compter du 9 novembre 2005, à zéro heure.

Tel est l'objet du présent décret que nous avons l'honneur de soumettre à votre approbation.


J.O n° 261 du 9 novembre 2005 page 17593
texte n° 6

Décrets, arrêtés, circulaires
Textes généraux
Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire

Décret n° 2005-1387 du 8 novembre 2005 relatif à l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955

NOR: INTX0502528D

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de
l'aménagement du territoire,

Vu le code civil, notamment son article 1er ;

Vu la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 modifiée instituant un état d'urgence ;

Vu le décret n° 2005-1386 du 8 novembre 2005 portant application de la loi
n° 55-385 du 3 avril 1955 ;

Vu l'urgence, Décrète :

Article 1

Outre les mesures prévues à l'article 5 de la loi du 3 avril 1955 susvisée
qui sont applicables à l'ensemble du territoire métropolitain, les mesures
mentionnées aux articles 6, 8, 9 et au 1° de l'article 11 de la loi peuvent
être mises en oeuvre dans les zones dont la liste figure en annexe au
présent décret.

Article 2

Ce décret entrera en vigueur à compter du 9 novembre 2005, à zéro heure.

Article 3

Le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du
territoire, et le garde des sceaux, ministre de la justice, sont chargés,
chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera
publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 8 novembre 2005.

Dominique de Villepin

Par le Premier ministre :

Le ministre d'Etat,

ministre de l'intérieur

et de l'aménagement du territoire,

Nicolas Sarkozy

Le garde des sceaux, ministre de la justice,

Pascal Clément

A N N E X E

ZONES DANS LESQUELLES LES ARTICLES 6, 8, 9 ET 11 (1°)

DE LA LOI DU 3 AVRIL 1955 PEUVENT ÊTRE MIS EN OEUVRE

Vous pouvez consulter le tableau dans le JO n° 261 du 09/11/2005 texte numéro 6

A noter que sur Légifrance, pas facile de trouver les lieux dans lesquels peut être mis en place cet état d'urgence.
Même en 1968, ils avaient pas osé faire cela... j'hésite entre 😢 , Shocked , et enfin pale ...

Parigi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A propos de ce qui se passe à Clichy-sous-bois

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum