La peine de mort

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Alex le Ven 13 Jan 2006, 18:06

Nonette a écrit:Sur la philosophie de la fatalité, je ne rebondis pas, j'adhère pas du tout à cette incongruité et à priori cela clôt le débat : ou on y croit à l'extrême comme proposé ici -ce qui paraît pas mal délirant et vachement incompatible avec toute forme d'organisation collective cela dit en passant-, ou on y croit pas, on écarte donc l'argument et on se retrouve toujours avec l'ensemble du problème sur les bras.

Sur ce que tu expliques Speed, d'une part je comprends mieux la dimension émotionelle de ta position, d'autre part je continue à ne pas approuver ton argumentaire. Je pense également que le jeune homme dont tu parles a apparemment bien profité de sa deuxième opportunité de vie et que c'est l'un des meilleurs arguments contre la peine de mort justement ; d'autre part il a certainement bénéficié de circonstances atténuantes, étant sous l'emprise de la came ou présentant en tout état de cause des signes évidents de dysfonctionnements physiologiques, sans pour autant être psychopathe d'ailleurs, y a pas besoin de l'être pour tuer ; quoiqu'il en soit si toute vie est effectivement égale à une autre comme pourrait le faire entendre la loi du talion, alors nul n'a le droit d'être tué, la vie humaine étant la valeur absolue ; encore moins à être envoyé à la mort de façon réfléchie, discutée, posée, après examen des faits quels qu'ils soient. Il s'agit là justement du taf de la Justice et non une réaction immédiate et passionnelle comme on peut l'avoir en assistant à un crime, en étant touché de près par celui-ci... comme a voulu faire le même jeune homme dont tu nous parles dans ce tragique accident.

Tous ces débats m'ont amenée donc à bouquiner le livre de Badinter, qu'est vraiment un sacré grand gars. Apparemment il terminait ses plaidoieries afin de sauver les inculpés de crimes odieux et qu'il n'approuvait évidemment pas (comme avocat à ses yeux tout homme ayant droit à être défendu et j'ajouterai que toute situation ayant possibilité d'être comprise puisque ce n'est justement pas un destin au-dessus de tout qui gouvernerait nos actes, il est nécessaire de poursuivre une enquête jusqu'au bout pour bien piger l'enchaînement des actes jusqu'au crime), bref il achevait ses plaidoiries en mettant les jurés face à leur conscience : eux qui n'exécuteraient pas les gestes du bourreau, eux qui ne verraient pas l'homme auquel ils laissaient comme tout avenir l'attente d'une mort datée, eux qui ne verraient pas le corps tranché en deux, bref eux qui ne seraient pas le bras qui tuerait mais celui qui l'ordonnait de loin, il tâchait de les faire se représenter la mise à mort qu'ils choisissaient, soit la condition de meurtriers. De décider consciemment d'envoyer un être humain à la mort, sans certitude absolue de son entière culpabilité, sans comprendre ou admettre qu'un certain nombre de choses avaient poussé cet homme à cet acte (des troubles psychiques, un parcours destructuré, une situation extrême...) et qu'il ne s'agit pas d'un acte gratuit (il n'y a RIEN de gratuit, rien qui ne puisse être relié au continium de la vie de chacun et de l'univers dans lequel il vit et évolue), sans lui donner une possibilité de "rédemption", et surtout en commettant au final froidement ce qu'ils sont justement en train de juger. Tuer quelqu'un. Ce n'est pas seulement moral ou politique, c'est aussi cela : peut-on tuer quelqu'un au nom de la condamnation du crime de sang ? Et surtout peut-on tuer tout simplement ? C'est avec cette responsabilité là qu'on doit se coltiner quand on pense la peine de mort, c'est trop facile de laisser les autres agir à notre place. La peine de mort c'est toute la société qui est le tranchant de la guillotine. Bon je sais ça fait grandiloquent, et tout, mais bon c'est ça quand même l'histoire, quoi.

Y aurait encore beaucoup à dire, mais l'essentiel à mes yeux réside là. La vie n'a pas de prix pour qu'on l'ôte, même au pire des salauds. Faut être cohérent avec ce à quoi on croit.

Maintenant et même s'il s'agit en effet d'un sujet qui a tendance à déchaîner les passions par la gravité de ce à quoi il touche, et qui parle à notre tête comme beaucoup aussi à nos émotions, bref un sujet trollesque -oups- sur un forum postée par cette abricotte de Nonette cerise, on peut ptêt essayer de rationnaliser tout cela et ne pas nous déchirer dans ce que nous sommes chacune. Le débat a déjà eu lieu dans des milliards d'endroits, auprès de milliards de gens, les différents arguments ont été pensés et dits des milliards de fois, et il se trouve que la peine de mort est abolie en France, en Europe, et qu'elle va être inscrite dans la Constitution pour ne plus en bouger. Les jeux sont faits et de toute façon c'est pas Lez-Interim, petit forum lesbien français qui va transformer radicalement la situation ou le débat global.

Alors ne vous en voulez pas quoi. batwoman

ton laius est loin d'être grandiloquent nonette et j'approuve chaque virgule Smile .
bon week end à toutes!
avatar
Alex
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 182
Localisation : Nantes,içi Nantes, 2 minutes d'arrêt!!
Date d'inscription : 08/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par killa27 le Sam 14 Jan 2006, 14:04

martina a écrit:La loi du talion pour rendre justice est moralement inacceptable pour moi, je suis aussi contre pour toutes les raisons que tu trouveras ici, ça m'empêche pas de considérer par empathie la réclusion criminelle à perpette plus dure que la peine de mort.

Toujours pas d'avis perso Yoni sur le sujet ?
je suis pour
je voulais juste preciser que perpette maintenant ca nexiste plus...
ils sont (les criminels) relachés au bout de 20/30/50 ans pour bonne conduite. meme les peines dites incompressibles ne le sont plus !
dans certains pays, tu voles on te coupes la main (et ca existe toujours !) il est donc 'normal' que si tu commet un acte comme un meurtre, tu paies, tu meurs !
les familles qui connaissent malheureusement le probleme allé leur demander ce quelles veulent en sachant tres bien que la justice c'est de la merde (surtout en france).
je connais des gens meurtries et violés, des victimes de ces actes immondes ki vivent avec leur agresseur et qui souffre. elles savent tres bien que la justice ne leur viendra pas en aide, elle attendent juste ... en ce disant : "tinquiet, un jour tu va crever, en souffrant je lespere !"

- dsl detre aussi crue mais cest ce que je pense et ce que je vois autour de moi

killa27
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 29/07/2005

http://kille2.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Nonette le Sam 14 Jan 2006, 14:29

Je crois que t'as pas lu le débat Killa.
Tant pis batwoman

J'en serai presque à me demander s'il ne vaudrait pas mieux clôre ce sujet très polémique où finalement y a les pour et les contre, bien campées dans leurs visions du monde et de la justice, avec les raisons qui sont leurs et qui ont été exposées...

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Invité le Sam 14 Jan 2006, 15:41

killa27 a écrit:
je voulais juste preciser que perpette maintenant ca nexiste plus...
La peine maximium pour crime en France est bien la réclusion criminelle à perpétuité .

http://www.justice.gouv.fr/metiers/gjuref.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Judith79 le Sam 14 Jan 2006, 16:51

killa27 a écrit:"tinquiet, un jour tu va crever, en souffrant je lespere !"
J'espère que toutes les victimes n'écrivent pas aussi mal... batwoman

Bref passage pour copier sur Nonette : t'as pas dû lire le débat, killa.

Judith79
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par killa27 le Dim 15 Jan 2006, 16:40

Judith79 a écrit:
killa27 a écrit:"tinquiet, un jour tu va crever, en souffrant je lespere !"
J'espère que toutes les victimes n'écrivent pas aussi mal... batwoman

Bref passage pour copier sur Nonette : t'as pas dû lire le débat, killa.

c un debat c pas un concours dortho Wink

killa27
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 29/07/2005

http://kille2.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par killa27 le Dim 15 Jan 2006, 16:41

martina a écrit:
killa27 a écrit:
je voulais juste preciser que perpette maintenant ca nexiste plus...
La peine maximium pour crime en France est bien la réclusion criminelle à perpétuité .

http://www.justice.gouv.fr/metiers/gjuref.htm

sur papier oui mais dans la realité... Confused

killa27
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 29/07/2005

http://kille2.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par ~ Lily D le Dim 15 Jan 2006, 16:49

(...)


Dernière édition par le Sam 01 Avr 2006, 16:29, édité 1 fois

~ Lily D
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par georgette le Lun 16 Jan 2006, 12:00

moi non plus je n'ai pas tout lu ....
mais je vais dire ce que je pense quitte à répéter des choses:
qui sommes nous pour décider si un homme doit vivre ou mourir...
pour parler des familles je comprend leur haine et cette envie de vengeance, alors oui je suis pour qu'il ai justice et les personnes qui à mon sens devraient pouvoir décider de la vie ou de la mort de quelqu'un, sont celles qui on subit les actes de cette personne... seulement c elles qui devraient faire la mise à mort .... alors sa change beaucoup de choses car elles deviennent à leur tour criminelles. et sa faut le porter. on ne se cache derrière la justice, elles prendraient la responsabilité de leurs actes.
si les choses se passaient ainsi se serait aussi l'occasion pour certain de pardonner et de vivre un peu mieux avec leur drame...
maintenant voila on touche à ma famille je voudrais tuer mais je serais certainement pas capable de le faire mais j'autoriserais personne à le faire à ma place.
et je suis aussi persuader qu'un homme peut changer ... alors une vie même en prison ; c'est une vie.

voila voila
Laughing
avatar
georgette
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 139
Emploi : étudiante
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Taz91 le Lun 16 Jan 2006, 13:25

Je suis contre mais je me dis une chose : si demain un membre de ma famille était assassiné, aurais-je toujours cette vision?
Très honnêtement je pense que non.

Si, par exemple, votre enfant ou votre soeur avaient été victimes du tueur en série Michel Fourniret, ne voudriez vous pas sa mort?

Si demain j'apprend que quelqu'un que j'aime a été assassiné, je crois que je ne voudrais qu'une chose c'est que le tueur meurt à son tour. Je pense que mue par la colère, je serais même capable de me faire justice moi-même.

Il m'est difficile d'avoir une opinion car je ne suis pas directement touchée, je ne connais pas la douleur des proches de victimes...
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Nonette le Lun 16 Jan 2006, 13:34

Ben voilà Taz et Georgette, vous avez mis le doigt dessus, la Justice sert à ne pas laisser les individus se venger eux-mêmes. Sinon on se buterait tous les uns les autres, avec chacun son échelle de punitions et surtout ses pulsions émotionelles non rationalisées et non contrôlées. La Jungle quoi.

Sinon pour l'histoire de perpète, cela fait belle lurette qu'elle n'est plus appliquée, déjà quand y avait la peine de mort c'était le cas, d'où l'arrivée d'une durée de la peine incompressible. C'est juste selon moi, car c'est en effet une mort à petit feu que la prison comme tout horizon. A quoi bon ? La possibilité de pouvoir reconstruire sa vie et recouvrer la liberté n'est pas seulement indispensable pour tout individu condamné et reclu pendant des tas d'années (et les prôneuses de peine, vous avez déjà réfléchi vraiment à ce que signifiait être enfermé pendant un nombre X de jours et de nuits, que l'on contrôle tes horaires, ce que tu as le droit de faire ou ne pas faire, sans sexualité, avec un regard sur toi permanent... etc), elle inscrit la détention non seulement comme la volonté de protéger la société d'un criminel mais aussi la possibilité de rédemption, d'évolution et changement de ce criminel après avoir "payé" comme on dit. C'est à priori les intentions déclarées du système judiciaire.

Y a un gars que j'apprécie pas des masses, Le Floch Prigent, qui vient de sortir un bouquin après son année et demie à Fresnes et qui condamne fermement le système carcéral ; voici un lien pas très intellectuel, pour celles que ça intéresse :http://www.20minutes.fr/journal/recherche/valid_recherche.php
(6, 7 et 8 ).

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Taz91 le Lun 16 Jan 2006, 14:07

Je suis d'accord avec Nonette sur le fait que la justice est là pour que les individus ne se vengent pas eux-mêmes. Maintenant ce que je me dis c'est que je ne sais pas si je serais capable de me contrôler si on ôtait la vie à une personne que j'aime. Imagine qu'on enlève la vie à la personne que tu aimes le plus au monde, comment régirais-tu?

Mais ce n'est pas là le débat. Il ne s'agit pas de savoir notre réaction face à l'assassinat d'un proche mais de savoir si l'on est pour ou contre la peine de mort. Fondamentalement je suis contre car je crois que priver quelqu'un de sa liberté individuelle est une peine plus lourde que de le tuer. Maintenant, je suis paradoxale car je ne sais pas comment réagirais si j'étais directement touchée.
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Little Angel le Lun 16 Jan 2006, 15:55

~ Lily Dreams ~ a écrit:Ca va faire mal si des innocents ont été tués dans les couloirs de la mort... :!:

Je sais pas... déjà pcq ils savent que c le cas pr certaines affaires, et on en fait pas un tapage. et aussi pcq cp pas le genre d'infos qu'ils s'amuseront à étaler... vrmt ils seront du genre à pas le reconnaître mm s'ils en ont la preuve ss les yeux, et à se déculpabiliser...

Bref... j'avoue, comme les filles du dessus, que j'ai pas tout lu...

Taz91 a écrit:Fondamentalement je suis contre car je crois que priver quelqu'un de sa liberté individuelle est une peine plus lourde que de le tuer.
Tt a fait d'accord!! mon avis sur le sujet, c'est que s'il le mérite, je préfèrais de loin que le mec vive une vie de merde en prison, souffre des mauvaises conditions de vie, du surmenage de travaux physiques désagréables, de se sentir enfermé et mal-aimé, plutôt qu'on lui soulage sa souffrance par la mort.
qq part, j'trouve ça trop facile de le tuer, c'est abréger sa souffrance. sa vie aussi certes, ms honnêtement, entre mourir et vivre une vie insupportable à en devenir fou, vous préfèreriez quoi vous?....
avatar
Little Angel
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 295
Age : 34
Localisation : 74 pr le moment...
Loisirs : oui
Date d'inscription : 30/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par georgette le Lun 16 Jan 2006, 20:23

qu'on se comprenne bien je suis contre la peine de mort... et je pense que je ne pourrais pas tuer quelqu'un! et je pense vraiment qu'on peut aider les criminels à avancer... je pense qu'on peut comprendre tous les actes mêmes les plus déraisonnés et les plus atroces, sans pour autant les cautionner! a condition de faire part de beaucoup d'empathie, ce qui n'est pas donner à tou le monde(surtout pas au victime). en tou cas il faut au moins essayer. cependant les seuls personnes que je cautionnerais dans leur crime son les victimes ou les victimes indirect(famille). mais je suis raisonnable et je c bien que ce n'est pas possible et que les échelles de valeurs son différentes et ca pourrait aboutir à .... enfin imaginons un psychotique qui en veux à la société... bon d'accord j'arrête!
mais ca nous amène à une autre question : les valeurs de la justice elles sont faites par qui? et ou et le point de rupture de la balance? qui le définit se point de rupture?
j'ai une théorie peut être un peu superficielle (je laisse a nonette le soin d'en juger, tête pensante du forum ou modératrice comme vous voudrez... je rigole... ) c'est que ces valeurs sont influencées par les classes dominantes qui définissent les pratiques légitimes de la société... bon je n'invente rien c'est Bourdieu...
sauf que je préciserais que c eux même, qui créaient les psychoses et les déviances car il n'y a pas adéquation entre les systèmes de valeurs. on ne nait pas psychotique ou criminel c la société qui nous faconne....
par contre ne me demandez pas la solution.
la seul chose que je constate c que nous devrions, nous pensez un peu plus en terme de groupe et ainsi prendre notre part de responsabilité qd des drames arrivent....

ou je me suis enflamée :shaking2:


Dernière édition par le Lun 16 Jan 2006, 21:30, édité 1 fois
avatar
georgette
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 139
Emploi : étudiante
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par yllen le Lun 16 Jan 2006, 21:07

ayant etait moi mm victime d'un viol a l'age de 14 ans je sais ke je ne voudrais pas de la mort de mon agresseur mm si je le connaissais.
et c'est pas faut d'en avoir souffert pendant des années
moi je pense ke le meilleurs moyen serrait de se pencher sur leur ka
au lieu de les laisser tuer le tps en prison
et ke a leur sorti il recommence
et se n'est pas en les tuants ke sa va regler le probleme
et puis regler un meurte par un meurtre , ki somme nous pour avoir nous le droit de tuer et pas eux ?
si on va part là tout et permis !
sur ce bonne soirée les filles abeille
avatar
yllen
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 12
Localisation : montpellier
Emploi : ben jcherche
Loisirs : privé
Date d'inscription : 01/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Nonette le Lun 16 Jan 2006, 21:08

georgette a écrit:
j'ai une théorie peut être un peu superficielle (je laisse a nonette le soin d'en juger, tête pensante du forum ou modératrice comme vous voudrez... je rigole... ) c'est que ces valeurs sont influencées par les classes dominantes qui définissent les pratiques légitimes de la société... bon je n'invente rien c'est Bourdieu...
Oui. C'est sociologiquement correct très cher. Et les élites bourgeoises passent rarement beaucoup de temps en prison et se sont plutôt fait épargner le billot aussi.

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par georgette le Lun 16 Jan 2006, 21:27

yllen je te dis bravo!!!
mais tes proches n'ont ils pas envie de le tuer ce salopar?

nonette je te rejoins sur ce point l'argent permet de payer si ce n'est pas les cautions, ca pait au moins les avocats... alors elle est ou la justice?

j'ai visité une prison l'année dernière dans le cadre de mes cours, eh ben c pas fameux: ils sont à trois dans neuf m², 23h dans les cellules ... un chien serait repri par la spa!
et la drogue ils ferment les yeux parcequ'il compatissent avec leur situation ( c qu'ils sont humain les matons...).
ca c les maisons d'arrêt, ce qui est abérant c que les longues peines sont mieux traîté.
avatar
georgette
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 139
Emploi : étudiante
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par yllen le Lun 16 Jan 2006, 22:28

mais tes proches n'ont ils pas envie de le tuer ce salopar?

georgettes je penses ke certains oui on voulu le tuer
mais ils ont respecté mon choix car c'etait le seul moyen de me soutenir moralement me respecter moi et mes decisions
sur ce a plus abeille
avatar
yllen
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 12
Localisation : montpellier
Emploi : ben jcherche
Loisirs : privé
Date d'inscription : 01/08/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Nonette le Lun 16 Jan 2006, 22:37

georgette a écrit:
ca c les maisons d'arrêt, ce qui est abérant c que les longues peines sont mieux traîté.
Je ne trouve pas cela particulièrement aberrant. La longue peine est psychiquement encore plus pénible que les courtes, où il y a tout du moins une possible projection dans un après visionnable. Pour éviter les sucides, les dépressions demandant des soins et donc des sous, les rebellions, il est logique dans une organisation carcérale d'aménager le type d'incarcération.
Ce qui est à mon sens aberrant ce sont les conditions de vie dans les prisons ; que toutes les études et témoignages montrent que le passage en taûle est le meilleur moyen d'augmenter la délinquance et la criminalité, et que l'ex-détenu libéré passe à des projets plus durs ; que les réinsertions ne sont pas au point et accentuent la marginalisation à la sortie ; que le système de l'emprisonnement n'est pas au point quoi. L'idéal bien sûr serait de pouvoir éviter qu'une société produise de la délinquance et de la criminalité. C'est fort utopique, mais cela le serait moins dans une société plus égalitaire et avec un véritable travail au niveau de la prévention qui commence par une meilleure intégration de base de tous les citoyens. Mais bref c'est du blabla à vide par les temps qui courent...

Yllen, ce que tu dis est fort et touchant.

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Nonette le Mar 17 Jan 2006, 10:28

Tiens un lien sur le sujet "prison" (on dévie zarma)

Une campagne contre les prisons surpeuplées
LE MONDE | 16.01.06 | 13h33 • Mis à jour le 16.01.06 | 13h38

Djamel Touhami a passé dix-sept ans en prison, dont quinze dans les prisons lyonnaises, qui comptent parmi les plus vétustes de France. "Une journée en prison c'est un enfer, se souvient-il. Quatre détenus dans une cellule de 9 mètres carrés. Des paillasses pour lit. Des toilettes sans porte. Des heures d'ennui, entre promenade et cellule. Dans cette promiscuité, la violence est inévitable. En prison, on n'est plus soi-même. On ne peut pas se concentrer. Trop de bruit. Moi, je suis sorti, mais j'ai pas mal de copains qui se sont suicidés."

L'ancien détenu, désormais fraiseur à Vaulx-en-Velin, participait, samedi 14 janvier, à l'hôtel de ville de Lyon, au lancement d'une campagne nationale intitulée Trop c'est trop, destinée à lutter contre la surpopulation carcérale et à imposer le respect du numerus clausus, le nombre de détenus maximum que peut accueillir une prison. L'initiateur de cette campagne, Bernard Bolze, l'un des fondateurs de l'Observatoire international des prisons (OIP), souhaite que, au lendemain des élections présidentielle et législatives de 2007, un principe simple soit adopté, sans dérogation : une place, une personne. "Cette obligation est déjà inscrite dans le code de procédure pénale, il suffit d'appliquer la loi", a-t-il plaidé. Une circulaire ministérielle règlemente même le rapport entre la superficie de la cellule et le nombre de détenus : moins de 11 m2, une place, de 11 m2 à 14 m2, deux places, etc.

"CHANGEMENT DE CULTURE"

L'application du numerus clausus vise à empêcher toute incarcération lorsque le potentiel des places est occupé. Mais qu'advient-il alors des condamnés ? "Il faut utiliser toutes les solutions prévues par la loi, comme le recours à l'aménagement des peines, aux travaux d'intérêt général, au régime de semi-liberté", explique M. Bolze.

Dans une étude de décembre 2005, le chercheur au CNRS Pierre Tournier montre que si les condamnés à moins d'un an de prison purgeant leur peine en maison d'arrêt bénéficiaient d'un aménagement de peine en milieu ouvert, "la question de la surpopulation serait en partie réglée".

Pour Serge Portelli, magistrat, le respect du numerus clausus doit s'accompagner d'un "changement de culture de la justice" : "Il faut que les magistrats, demain, soient formés, qu'ils sachent ce qu'est le respect de la dignité de l'homme, ce qu'est une prison."

Sous les lustres de l'hôtel de ville de Lyon, des élus du PS, du PC, des Verts, de l'UDF et de l'UMP se sont succédés pour dénoncer le "scandale indigne" des prisons françaises. "Ayons le courage d'admettre que la voie pour résoudre le problème de la sécurité ne peut pas résider dans l'expansion à l'infini des incarcérations", a demandé Gérard Collomb, le maire PS de Lyon. "Entrer en prison, c'est se préparer à y revenir. La privation de liberté ne doit pas signifier la privation de dignité", a assuré Dominique Strauss-Kahn, député PS. "Si les Français connaissaient les conditions de détention, ils ne l'accepteraient pas. Tout nouveau placement en prison devrait entraîner une sortie", a poursuivi Christine Boutin, députée UMP.

Le maire UDF de Barsac (Gironde), Philippe Meynard, a connu la prison à travers son frère aîné. Avec émotion, il a raconté comment ce lieu "d'indignité" avait détruit son frère, mort à sa sortie de prison : "Le rôle de la prison, ce devrait être d'en sortir meilleur. En France, c'est le contraire. La prison, c'est la mort sociale. 9 m2, c'est rien, c'est un endroit où l'on parque des chiens au fond d'une cour. Dans 9 m2, rentrent des hommes et des femmes qui ont commis une faute. En ressortent des animaux qui n'ont plus aucune notion de ce qu'est l'humanité et la notion de l'autre."

Condamnée en 2003 à un an de prison, puis placée dans une cellule avec trois autres femmes lourdement sanctionnées, pour infanticide ou prostitution d'enfant, une ancienne détenue de Montluc, la prison pour femmes de Lyon, où la surpopulation atteint parfois 400 %, a également témoigné : "Je garderai ces souvenirs à vie. C'est normal d'être punie quand on a fait une faute, mais doit-on, quand on a commis un petit délit, fréquenter des grandes criminelles ?"

La campagne Trop c'est trop devrait se déplacer de ville en ville, dans toute la France, pour tenter de sensibiliser l'opinion publique.

CHIFFRES

60 443 personnes sous écrou, dont 59 241 détenus, 912 personnes sous surveillance électronique et 290 placées à l'extérieur, au 1er décembre 2005.

Parmi les détenus, 21 033 prévenus et 9 423 condamnés à des peines d'un an ou moins, selon Pierre Tournier, directeur de recherche au CNRS.

9 021 personnes en surnombre dans les maisons d'arrêt.

82 % des maisons d'arrêt surpeuplées.


Sophie Landrin

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-731104@51-727766,0.html

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par georgette le Mar 17 Jan 2006, 13:20

je suis d'accord avec toi nonette ... c les maison d'arrêt qu'il faudrait aménager un peu mieux ... parcque quand tu reste 2ans dans c prisons t pas sorti d'affaire...
et c une porte d'entée pour de gros délit...
on enfonce les gens au lieu de les soutenir pour s'ensortir car les petits crimes (encore faudrait il définir le petit crime) sont parfois des appels au secours proche des tentatives de sucide.
avatar
georgette
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 139
Emploi : étudiante
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Nonette le Jeu 19 Jan 2006, 16:38

Dépêche yahoo intéressante : vous vous souvenez de l'histoire du pull-over rouge ? Ranucci, un jeune gars avant-dernier guillotiné (ou avant-avant dernier) était accusé du meurtre d'une gamine, qu'il avait toujours nié (hormis aux premiers interrogatoires), ben voilà t'y pas que Fourninet (j'crois qu'il s'appelle comme ça) est suspecté dans cette affaire qui remonte à 1976. Ce ne serait qu'un innocent assassiné par l'Etat après tout, un parmi d'autres. batwoman

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Nonette le Jeu 26 Jan 2006, 08:34

C'est catastrophique la situation de la justice française.

Des détenus réclament le rétablissement de la peine de mort face au désespoir des longues peines
LEMONDE.FR | 25.01.06 | 19h12 • Mis à jour le 25.01.06 | 19h39

Dix détenus de la centrale de Clairvaux (Aube) ont attiré l'attention sur le sort des condamnés qui purgent des longues peines. "Nous, les emmurés vivants à perpétuité du centre pénitentiaire le plus sécuritaire de France (...), nous en appelons au rétablissement effectif de la peine de mort pour nous", ont-ils plaidé dans une lettre datée du 16 janvier, publiée le mardi 24. Dans un contexte de durcissement répressif contre la récidive, l'appel dénonce l'allongement de l'exécution des sentences.

"Assez d'hypocrisie ! Dès lors qu'on nous voue en réalité à une perpétuité réelle, sans aucune perspective effective de libération à l'issue de notre peine de sûreté, nous préférons encore en finir une bonne fois pour toutes que de nous voir crever à petit feu", écrivent les signataires, qui ont passé entre 6 et 28 années en prison.

Entre 2001 et 2005, le nombre de condamnés à des peines de 20 à 30 ans est passé de 915 à 1 384, tandis que celui des condamnés à perpétuité a légèrement diminué : 538 contre 591.

"LA PERPÉTUITÉ NE SERT À RIEN"

"Les peines prononcées sont de plus en plus longues et il y a de moins de moins de libération conditionnelle", souligne le président de l'Association nationale des juges d'application des peines (Anjap), Michaël Janas. "Les dernières affaires comme le meurtre de Nelly Crémel ont rendu la décision de libération conditionnelle très difficile pour les magistrats."

Le ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, avait déclenché une polémique à l'été 2005 en déclarant que le juge qui avait accordé une libération conditionnelle à l'un des deux meurtriers présumés de cette femme de 37 ans devait "payer pour sa faute". La majorité avait alors relancé une réforme pénale qui a donné lieu à la loi sur la récidive votée en décembre. Celle-ci a encore allongé la période pendant laquelle le condamné à perpétuité ne peut demander une libération conditionnelle. Ce "temps d'épreuve" a été porté de 15 à 18 ans et même à 22 ans si le condamné est récidiviste.

Les "périodes de sûreté", par laquelle le jugement fixe le minimum de temps à effectuer par le condamné, peuvent être portées par les cours d'assises à 22 ans en cas de perpétuité, voire 30 ans pour les crimes les plus graves sur mineurs.

"Depuis deux ou trois ans, on pense aux courtes peines, particulièrement du côté du ministère de la justice, avec la loi Perben II ou l'aménagement des peines inférieures à cinq ans, regrette Gabriel Mouesca, président de l'Observatoire international des prisons. Les longues peines se sentent les sacrifiés des prisons." Ce désespoir peut contribuer à des mutineries, comme à Clairvaux en 2003, et à des tentatives d'évasion ou de suicide.

"Il faut que la France révise l'échelle des peines car nous sommes aujourd'hui l'un des pays les plus répressifs au monde", prône M. Mouesca. "La perpétuité doit être abolie. Elle ne sert à rien. Elle n'est pas digne de notre niveau de civilisation."

Avec AFP

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-734541@51-727766,0.html

Nonette
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Taz91 le Jeu 26 Jan 2006, 09:51

J'ai entendu ça ce matin sur France Inter, ça fait réfléchir...

Aujourd'hui, il y a pour moi un très gros problème (en plus de tous ceux déjà cités), c'est le suivi psychiatrique quasi-inexistant des détenus...
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La peine de mort

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum