Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par badtrip le Lun 26 Mar 2007, 10:12

Oui moi aussi j'ai trouvé le test un peu limité-orienté; par contre ça m'a donné l'occasion d'étudier les propositions des candidats... Deux conclusions: finalement la dispersion de la gauche "extrême" a le bon côté de diversifier les points de vue, et de faire entendre des tas de projets intéressants ; on se sent moins seul. Deuxième conclusion: Sarkozy est terrifiant. Il vous terrifie pas ?

badtrip
Bannie

Nombre de messages : 1133
Date d'inscription : 07/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par cosaque le Lun 26 Mar 2007, 11:31

C'était quoi tes résultats Cosaque, qu'on rigole ?
_________________
Mr.Red

je ne peux pas... :byebye:
avatar
cosaque
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1059
Date d'inscription : 09/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 26 Mar 2007, 11:58

Si il me terrifie vraiment le père Sarkozy et je fais partie de celles et ceux qui craignent vraiment le petit fürher en puissance,son dernier coup de gueule à France Trois et tout ce qu'il fait en général, on sent quelque chose de pathologiquement extrêmement mégalomane et un désir de toute-puissance à n'importe quel prix, allié avec une vision autoritaire de la société et socio-économiquement extrêmement à droite, bref il me fait tellement flipper que je me suis résolue la mort dans l'âme à voter Royal au second tour, alors que vraiment ça fait très, très mal ça aussi.

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 40
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par badtrip le Lun 26 Mar 2007, 12:03

Je connais un vote de second tour qui risquerait de faire encore plus mal... Mais bon, même si c'est Royal ça va pas me faire plaisir non plus.
Ce qui m'a fait peur aussi, c'est qu'il y a dans son programme des points très radicaux, des modifications extrêmes qu'en général les "grands" partis ne proposent jamais; du coup ça fait vraiment penser davantage aux fascimes populistes qu'à la droite. Il faudrait comparer un peu sérieusement avec certains programmes des années 30; j'imagine que certains l'ont fait d'ailleurs.

badtrip
Bannie

Nombre de messages : 1133
Date d'inscription : 07/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Lun 26 Mar 2007, 12:46

Il y a celui-là aussi de "test"

http://www.politest.fr/

Réponse à badtrip : oui terrifiant mais pas que lui

La dispersion de la gauche, celle dite "extrême", c'est quand même une catastrophe pour le 22/04. pale
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 26 Mar 2007, 13:43

Pour ma part, c'est pas très clair ce que je vais faire, sauf que je ne vois pas comment voter Royal au premier tour, et de moins en moins avec ce qu'elle raconte sur la Patrie, le mot est lâché en glosant sur le nationalisme et l'internationalisme traditionnels de la gauche. Je suis contre toute forme de nationalisme, comprenant celui qui accompagne les mouvements d'indépendance bien qu'en déplorant les dommages, dans la mesure où ils définissent un nous versus un alter, le nous étant bien entendu toujours meilleur. Bon j'vais pas entrer dans les détails de cette question là, mais elle n'est pas anodine et on se sent lâché sur tous les fronts avec ce PS là.
Donc mon vote ce sera extrême gauche, bien sûr, bien que je déplore aussi qu'ils ne soient pas parvenus à se rassembler sous une même bannière mais là encore j'arrive à piger des éléments de dissenssion entre eux. Cela étant c'est hyper dommageable, yeah, parce qu'ils ont l'air pas crédibles et que cela ne forme pas un bloc avec lequel le PS devrait négocier. Par contre, La Garance..., je ne sais pas ce que tu veux dire sur "la dispersion de la gauche", enfin si je crois : ça fait flipper qu'il n'y ait pas un vote massif pour une gauche versus "une" droite (bon y en a deux mais t'en as une planquée) mais celle-ci ne pouvant en rien s'incarner dans la candidature Royal, il est logique qu'il y ait d'autres alternatives et on ne va pas recommencer la culpabilisation de l'électorat avec le vote utile blabla, z'ont qu'à attirer aussi nos beaux mandaté(e)s et c'goût de trahison de l'électorat du PS d'avant, il n'est pas forfuit. Alors c'est embêtant évidemment, parce qu'on réfléchit à grands coups de sondages aussi et de représentations qui jouent sur nos peurs pour nous "obliger" à voter Royal, voire Bérou pour certains qui pensent qu'il a plus de chance de contrer Sarko. On s'retrouve dans des configurations absurdes qui évincent un tas d'autres questions fondamentales sur l'organisation de la société : alors moi si c'est Bérou/Sarko au deuxième tour ce sera niet, j'relis Tintion chez les Soviets. Je vais pas voter pour une droite plus light, celle de Royal est déjà suffisamment étalée sur les plates-bandes de l'autre côté de mes valeurs, je peux pas aller plus loin, faut pas déconner. C'est lamentable comme vote, et un raisonnement par le pire avec mes limites à moi, j'en ai bien conscience.
Et vous votre jonglerie avec tout ça, c'est quoi ?

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 40
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Lun 26 Mar 2007, 13:54

Ce que je voulais dire c'est que si le rassemblement c'était fait, il y aurait pu y avoir un vrai vote à gauche et on ne se retrouverait pas avec les interrogations du vote utile, et avec des perspectives du genre de celles que tu pointes…
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par cosaque le Lun 26 Mar 2007, 14:32

Nonette c´est der Führer. Le chef...mais cela peut être aussi le guide, dérivé en Reiseführer le guide de voyage.

La gauche, si elle veut survivre est dans l´obligation de faire de la droite light. Même si cela frise le ridicule.
Les gens qui croient en "les valeurs de la gauche" n´ont pas d´autres choix que d´avaler les couleuvres à la Royal.
La gauche n´a plus qu´un atout majeur aujourd´hui, la beauté froide et hautaine de Ségolène Royal. Elle pourra progresser et apprendre, rien n´est perdu. Le charme d´une femme peut servir à l´étranger...
Quitte à me faire des ennemis les partis d´extrême gauche me font aussi peur que d´autres. Hormis l´attachement courageux à certaines idées et valeurs d´une Laguiller, Besancenot ne sait dire qu´il "flippe". Il souhaite un société non flippante à beaucoup de points de vue...qu´il continue à exercer son métier de facteur en zone rurale.
Sarkosy me fait craindre le pire quant à la paix sociale, Bayrou m´inspire beaucoup de questions en ce moment....
Le pen, de Villiers mènent des combats d´arrière-garde.
Au quizz 10 points pour Bayrou, 10 points pour le campagnard que je ne connais pas Embarassed , et 8 points accrochez- vous pour Villiers qui n´est pas ma tasse de thé.

La gauche, la gauche, Rolling Eyes j´espère que les gros tas d´éléphants ne viendront pas mendier des postes de ministres. Parce si Fabius et Jospine reviennent c´est désespérant.
avatar
cosaque
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1059
Date d'inscription : 09/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par badtrip le Lun 26 Mar 2007, 14:43

Tu veux dire le rassemblement de "l'extrême" gauche entre elle, ou le rassemblement avec le PS ?
Le rassemblement avec le PS, au point où en sont les choses, ça me paraît pas possible ni souhaitable. Après, l'échec du regroupement de la gauche de la gauche, ça m'a frustrée aussi, dans un premier temps. Maintenant, je ne crois pas que ça prive tous les candidats en question de crédibilité (par exple, Laguillier n'a jamais été crédible alors on s'en fout). Et ça a une conséquence intéressante quand même, au niveau du temps de parole. Franchement, ça me réjouit que les auditeurs des radios-télés doivent entendre des propos de candidats qui pronent la légalisation de tous les sans-papiers, par exple, et pas une fois mais 3 ou 4 (je sais plus). Parce que ces idées-là sont finalement beaucoup moins représentées dans les médias qu'elles le sont dans la réalité (peut-être pas la réalité de "l'opinion" mais celle des idées en tous cas).
En fait ça me fait du bien d'entendre développer ces idées-là en public. Une sorte de bouffée d'air.
Je ne sais pas encore tout à fait pour qui je vais voter au premier tour. Mais pas Royal, pour les raisons que dit Nonette, et d'autres. Au second tour je commence à me dire que je voterai contre Sarko, quoi qu'il arrive, mais je suis pas encore tout à fait sure.


Dernière édition par le Lun 26 Mar 2007, 14:45, édité 1 fois

badtrip
Bannie

Nombre de messages : 1133
Date d'inscription : 07/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Lun 26 Mar 2007, 14:43

Je viens d'apprendre qu'une amie a reçu DEUX Shocked cartes d'électrice, elle peut donc voter à deux endroits différents… Nous vivons une époque formidable ! pale
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par badtrip le Mar 27 Mar 2007, 08:51

Pour en revenir au vote utile: je crois que le seul truc vraiment utile serait d'empêcher Sarko et Le Pen d'être au deuxième tour. Donc il faudrait voter Bayrou... C'est drôle non ?

badtrip
Bannie

Nombre de messages : 1133
Date d'inscription : 07/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Mar 27 Mar 2007, 09:15

Bon alors une vidéo de salubrité publique : http://www.youtube.com/watch?v=Wg-6UzFG4SI

J'vais pas argumenter dans tous les coins, l'argument développé derrière l'ironie est tout à fait juste. A force de gloser dans l'élan des sondages -qu'on a beau savoir qu'ils ne sont qu'une photographie infidèle de l'opinion (une intention de vote n'étant pas un vote acté) à un moment X d'une campagne mouvante- oui on va voter comme des blaireaux et la prophétie s'auto-réalisera au grand plaisir de certains, dont tel est le fond de commerce principal. Qu'est-ce qu'il a Bérou, allez ? C'est de la droite, oui ma bonne dame, de la bonne vieille droite, dans une société où la gauche est devenue centre droit, et il se démarque simplement d'une droite plus dure, plus extrême en la personne de Sarkozy. Alors on veut nous faire avaler la pilule Bérou à la sauce Chirac/Lepen, en surfant sur la trouille de 2002, du gare aux fachos, et brider la réflexion, le débat sur ses propositions, graves en la matière et qui offrent un cadre bien problématique : les partis c'est pas beau, les clivages idéologiques traditionnels ne signifient rien, les gens en politique c'est comme les fruits tu prends les meilleurs pour faire ta salade, bref une bonne dépolitisation de la vie politique, chose qui au passage est au coeur de la pensée libérale (économique). Donc niet, on fait comme on peut face à ces chiffons noirs qu'on nous agite, on résiste en nous rappelant à chaque moment qui est qui et à qui profite le crime. Pour virer Sarko et Lepen si c'est encore faisable (je crains que les Français n'aient vachement viré à droite justement), votons un peu conviction au premier tour, même si le voter bien c'est alors voter rien, ou si la conviction c'est de renforcer la gauche sur sa gauche, ou la mort dans l'âme "l'utile" social-traître, à moins qu'on ne soit de droite de conviction et alors la question ne se pose pas. Mais fais gaffe à ce que j'te modère pas ici dans c'cas batwoman /pour les greluches sans troisième-degré-dard enclenché, ceci est une boutade, je poste la grande majorité du temps en tant que posteuse et point-barre avec mon humour à moi-je, mes idées, mes soucaÿs et mes élans.

Donc non badtrip vraiment le vote utile n'est pas le vote Bérou comme on nous le vend partout.

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 40
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par badtrip le Mar 27 Mar 2007, 09:50

Je pense comme toi Nonette, il faut voter sincère, y'a 12 candidats au premier tour, de quoi choisir en fonction des idées. Et il y a une vraie démagogie très énervante dans ce matraquage des sondages qui font croire aux électeurs qu'ils sont très malins et qu'ils vont jouer aux échecs avec les candidats et mener le jeu eux-mêmes, finalement, dans le dos des candidats; alors que la démocratie n'a pas de sens sans confiance (et c'est comme ça que certains qui en ont marre des échecs finissent par voter Le Pen). De la confiance, dans le vote et dans l'honnêteté de celui pour quoi on vote, dans le sens de ses paroles, de ses arguments et de son programme, etc. Traitez-moi d'idéaliste, mais qu'est-ce qui reste sans ça ?
Après, Sarkozy président, ça veut dire un gouvernement d'extrême droite, non ? ça veut dire émigration pure et simple pour certaines d'entre nous, qu'on soit claires là-dessus.

badtrip
Bannie

Nombre de messages : 1133
Date d'inscription : 07/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Mer 28 Mar 2007, 09:43

Je ne partage pas ton point de vue Badtrip sur l'attitude à avoir face à un gouvernement dirigé par Sarkozy. Déjà y aura des législatives qui dégageront une majorité gouvernementale et si elle n'est pas à fond UMP, même si le président dans ce pays a un certain nombre de pouvoirs, il est loin de tous les avoir. On pourrait ouvrir un fil législatives d'ailleurs, ce sujet étant noyé dans l'actu générale (en dehors du forum quoi) par les présidentielles, encore une mesure que l'on doit à Chirac, merci la droite.
Je crois le type vraiment dangereux oui, mais je ne me vois pas quitter le pays pour ça. Bon y a plein de raisons qui président à un choix d'émigration, mais s'il s'agit de fuir, c'est fuir face à quoi, faut mesurer le danger, l'inconfort et son action individuelle et collective face à celle-ci ? Je crois qu'avant tout, il est super nécessaire, quel que soit le résultat de ces présidentielles d'ailleurs, de s'engager, dans les luttes lambda -syndicales, associatives, politiques- et de ne pas laisser faire, et de tenter de remettre le curseur idéologique du pays plus à gauche. Bref plutôt se bagarrer qu'abandonner.

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 40
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Mer 28 Mar 2007, 12:10

Politis :
"Confusion et débandade" par Michel Soudais jeudi 15 mars 2007


La campagne s’emballe et perd ses repères. Candidat de droite assumé, Nicolas Sarkozy multiplie les appels du pied en direction de l’électorat lepéniste. Mais, dans la même émission où il invoque comme une priorité la création d’un « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale », le président de l’UMP n’exclut pas que l’État puisse entrer temporairement dans le capital des entreprises en difficulté et se prononce « pour la création d’un cinquième risque » au sein de la Sécurité sociale, qui couvrirait la dépendance des personnes âgées. Ces deux propositions avaient été mises en avant, l’une par Dominique Strauss-Kahn, l’autre par Laurent Fabius, lors de la campagne interne socialiste. En digne héritier de Jacques Chirac, le candidat-ministre s’emploie ainsi à brouiller les repères, à coup de promesses pompées à l’extrême droite et à gauche.

La confusion n’est pas seulement entretenue par le candidat de la droite et du Medef. Les instituts de sondages s’y emploient avec un succès jamais atteint. Dès la mi-février, l’Ifop a réalisé et publié un sondage testant la candidature de François Bayrou au second tour. Rien pourtant ne laissait supposer, à cette date, que le président de l’UDF puisse y parvenir. Qu’importe ! Un tel sondage « a un effet politique et médiatique incontestable », reconnaît cyniquement Jérôme Sainte-Marie, de l’Institut BVA, qui ne s’est pas privé d’en commander aussi. Crédibilisé par ce « coup de pouce » qui le donne gagnant aussi bien face à Ségolène Royal que face à Nicolas Sarkozy, bien qu’avec des électorats d’orientations contraires, la candidature du gentleman-farmer au tracteur enregistre depuis une forte croissance des intentions de vote en sa faveur. Il ferait désormais quasiment jeu égal avec sa rivale socialiste.

L’axiome suivant lequel les sondages mesurent moins l’opinion publique qu’ils ne la façonnent se vérifie de jour en jour. Le passé politique, les votes, déclarations et prises de position de François Bayrou n’ont plus aucune importance. Et les rappeler paraît vain. Son image ne lui appartient même plus. Par la grâce des sondeurs, le Béarnais apparaît aux yeux d’un nombre croissant d’électeurs comme le candidat « antisystème ». Celui qui peut chambouler le duel imposé, faire imploser l’UMP et casser le PS.

Si le parti de Nicolas Sarkozy semble assez bien résister, il n’est qu’à voir les réactions suscitées parmi les socialistes pour mesurer combien l’objectif est en passe de réussir. Car, de ce côté-là, la dispersion des réactions fait moins songer à une contre-offensive qu’à une débandade. Même en faisant abstraction des sympathisants qui, au nom du « vote utile » contre Sarkozy, prôné par la rue de Solferino, jugent plus efficace d’apporter leur voix au leader centriste, sans parler des militants saisis par les vertiges du vote révolutionnaire il en est, le site Respublica a publié les réflexions de quelques-uns , l’écart est tel entre Laurent Fabius, qui préconise de « s’opposer frontalement » à François Bayrou, et Dominique Strauss-Kahn, qui l’invite à « rejoindre le pacte présidentiel de Ségolène Royal », que le PS risque le claquage.

Quand le premier exclut de gouverner avec François Bayrou « parce que nous refusons la confusion » et « parce que changement par rapport à la politique actuelle de la droite ne peut être apporté que par la gauche », le second rêve d’un tel attelage. Non content d’évoquer l’« estime » et le « respect » qu’il a pour le président de l’UDF, le député de Sarcelles l’a invité, sur France 2 à aller « jusqu’au bout » de « sa rupture avec Nicolas Sarkozy et avec Jacques Chirac » : « Ce fera, assure-t-il, une belle majorité pour battre Sarkozy et pour changer la France : c’est mon combat ! »

Attention « casse-cou », avertit Marie-George Buffet : « Si on donne acte à Bayrou que la gauche ne veut pas changer, si on donne acte au camp libéral qu’une gauche peut faire alliance avec lui, on dit alors aux électeurs qu’ils n’ont plus qu’à voter Bayrou. » Il eût été souhaitable que ce rappel à l’ordre vienne de la candidate socialiste. Mais Ségolène Royal, officiellement sereine, s’emploie déjà à dresser la liste des fautifs à qui elle pourrait imputer son échec. En cause, les éléphants du PS, accusés d’avoir tardé à la soutenir et instillé ainsi un doute sur sa compétence : « Ce n’est pas le problème de les voir, le problème, c’est ce qu’ils n’ont pas dit à une époque. » Un discours de perdante.

------------------------------------------------------------------------------------

Autre info :

"Nicolas Sarkozy, l'avenir d'une illusion" de Pierre Defrance et Jean-Luc Gonneau Edts de L'aube, 16,63 €

" Nous avons choisi de fonder nos analyses sur les déclarations de Nicolas Sarkozy, et non dans les interprétations qui ont pu en être faites. Nous nous sommes efforcés d'éviter la mauvaise manière de la citation tronquée ou sortie du contexte. Le lecteur qui chercherait dans ces pages des anecdotes croustillantes ou des révélations bouleversantes sera évidemment déçu. " Démonter les rouages, les pièges rhétoriques des discours, des actes, des projets de Nicolas Sarkozy est l'ambition de cet essai. Prenant exemple sur des questions récurrentes qui se posent à la France depuis près de trente ans comme la question sociale, la relation à la jeunesse des cités, la discrimination positive et le modèle républicain d'intégration, ou encore la place des religions, ce livre entend montrer, textes et déclarations à l'appui, " le danger et l'illusion que représente le "sarkozysme" pour la France et l'Europe ". La " rupture " prônée inlassablement et en tout domaine par le " ministre président candidat " n'est finalement, nous disent Pierre Defrance et Jean-Luc Gonneau, " qu'alignement en politique intérieure comme en politique étrangère sur un libéralisme économique sans freins et sans morale ". Une charge rude, remarquablement étayée.
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Mer 28 Mar 2007, 12:46

Politis :
"Chiffres fantaisistes" jeudi 15 février 2007


C’est le temps des miracles. Comme le Christ le faisait des pains, les candidats multiplient le nombre des participants à leurs réunions. On se souvient des 100 000 UMP qui auraient assisté à l’intronisation de Sarkozy, le 14 janvier, dans une salle qui, selon le Canard enchaîné, ne pouvait en accueillir que 25 000 ! L’exploit se répète, avec la complicité de la presse : ainsi, dimanche, les sarkozystes étaient, paraît-il, 4 000 à la Mutualité, dans une salle qui affiche une capacité de 2 000 places. Cinq jours plus tôt, 8 000 socialistes, nous assure-t-on, se pressaient dans une halle Carpentier dont la mairie de Paris elle-même indique qu’elle peut recevoir 4 000 personnes. Même quand le public reste dehors, comme ce soir-là, faut pas pousser...

"Sarkozy récrit l’histoire" jeudi 8 février 2007

Il faut un sacré culot pour opposer comme l’a fait Nicolas Sarkozy, vendredi dernier à Maisons-Alfort, la gauche de Jaurès et de Blum, « la vraie gauche » qui « respecte le travail », à celle de Jospin et Royal, qui, « elle, parle des statuts, fait les 35 heures, parce qu’elle ne comprend rien au travail ». En son temps, la droite, dont le président de l’UMP est l’héritier, n’avait pas de mots assez durs pour critiquer la semaine des 40 heures et les congés payés. « On me reprochait d’avoir fait perdre le goût du travail aux ouvriers français et d’avoir encouragé chez eux ce que des personnages officiels ont appelé l’esprit de jouissance et de facilité », résuma Léon Blum lors du procès de Riom, que lui avait intenté le gouvernement de Vichy.

Et enfin :

http://www.lautrecampagne.org/index.php
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par parigi le Jeu 05 Avr 2007, 10:24

Je ne sais pas si c'était une question ou un constat mais à la sortie d'une phrase comme ça (d'après une fille du Club du 21ème siècle, club de jeunes proches de l'UMP) : la création d'un ministère de l'immigration ET de l'Identité Nationale, je me suis dit "mais ils sont devenus fous". A cette réflexion plusieurs raisons. En effet, cette petite phrase n'est pas une phrase comme une autre, genre il fait beau, et arrive à un moment où, il y a trois semaines environ, la campagne flotte complètement, Sarko et Ségo stagnent et où un "troisième homme" apparaissait, tout du moins dans les sondages et grimpait comme une flèche. Et là, ces deux candidats "principaux" se creusent la tête car les sujets qu'ils traitaient qui étaient importants pour les français à l'époque (logement, chômage, etc...) avec des propositions pas, peu ou très démagos ne payaient plus dans les sondages. Donc il fallait relancer la campagne et Sarko a dégainé le premier en lançant ce fameux ministère. Alors ce qu'il faut savoir, c'est que ce ministère n'est pas une idée lumineuse de sa nuit précédente, ben oui, il n'y a pas qu'en se rasant qu'on peut penser à la présidence, mais qu'il avait déjà cette idée-là avant. En effet, quelques mois avant sa démission de son super ministère, cet homme avait déposé un décret ou une ordonnance (je ne sais plus) pour constituer un fichier se nommant ELOI comme ELOIGNEMENT. Ce fichier regrouperait toutes données concernant tout étranger rentrant en France ainsi que les données de toutes personnes qui se porteraient garantes etc... Ben oui m'enfin c'est plus simple d'avoir les adresses où aller les chercher ainsi que de dire qu'on va faire une régularisation sous certains critères pour avoir les renseignements. Donc ce Monsieur a tenté de créer donc ce nouveau fichier, ah il adore l'informatique et les fichiers, sans demander l'avis à la CNIL, ben c'était inutile. Mais pas de bol, des associations genre GISTI ou MRAP ont eu vent de ce fameux fichier ELOI et ont déposé une demande au Conseil d'Etat. Donc pour le moment, le Conseil d'Etat a demandé à Sarko de revoir sa copie, non pas par rapport au contenu mais sur la manière de faire passer cette création de fichier. Ca c'était la première chose.

Quand j'ai entendu le nom de ce fameux ministère, du moment où le sortait (assez drôle tout de même, au moment où Simone Veil devient sa porte-parole), je me dis, ils sont devenus fous car cela m'a rappelé étrangement 2002. En 2002, la campagne flottait et plouf, on trouve quoi, la sécurité avec toute la surenchère que l'on a connue. Bon là c'est l'immigration avec comme sous entendu la sécurité et on retrouve le même cheminement, la même surenchère avec un affichage plus direct car dit clairement (je pense à Lellouche député ou sénateur UMP) encore sur les récupérations de voix de l'extrême droite et de celles de Bayrou (car tout le monde ne va pas revoter Le Pen cette fois-ci, quand même) car pas satisfaits de ce qu'ils entendent.

Et donc voilà comment on arrive à la Marseillaise, au drapeau, au fait de parler français, d'être un bon français et honnête et j'en passe et des meilleurs ou voilà comment relancer une campagne, et tout le monde marche ou presque.

Ce qui m'embête dans tout cela, c'est que bon ça fait bien 70 ans, pour ne pas remonter trop loin, que l'on se fiche que les gars qui font nos habitations, vident nos poubelles, fassent que que nous n'aimons pas faire et que ça n'a jamais dérangé personne qu'ils ne parlent pas le français et/ou même qu'ils aient un logement etc..., à leur arrivée et tout d'un coup, ça devient un problème. Sarko devraient venir dans les foyers d'immigrants ou dans les cours de FLE (français langue étrangère) où ils verraient des femmes et des hommes, venir après leur journée de boulot (non déclarés la plupart du temps) venir apprendre le français alors qu'ils ne sont jamais allés à l'école dans leur pays d'origine pour certains. Ils devraient réallouer de crédits aux organismes publics, aux associations qui s'occupent des primo-arrivants etc...

Cette surenchère dramatique, qui provoque une tension terrible car une population est visée et on sait bien laquelle, fait que comme en 2002, les citoyens ne vont pas aller voter pour quelqu'un, pour un projet, mais contre quelqu'un, ce qui fait s'interroger sur le vote d'un Président pour 5 ans.
C'est désolant, accablant et ces personnes qui sont normalement garantes d'une éthique, qui doivent nous représenter voire nous donner l'exemple, ne sont intérressées que par une chose , être prêt à tout même au pire, diviser pour mieux régner, pour avoir le fauteuil suprême. En tout cas, je ne connais pas la Marseillaise, je n'ai pas de drapeau français, je n'obéirais pas à toutes les lois que je considère indigne, est-ce qu'il faut que je prépare ma valise ?

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui mais je complèterais sans doute.
avatar
parigi
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 55
Age : 47
Localisation : ben à Parigi...
Emploi : noyée dans l'actualité
Loisirs : pom-pom girl ou tricot...
Date d'inscription : 04/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par parigi le Lun 09 Avr 2007, 10:29

Alors déjà, pour celles qui en douteraient, voici ce que j'ai reçu, après la création du ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale, en voici un autre revendiqué par Rachida DATI, porte-parole du nain ou comment l'"humour" dérape.

http://www.latelelibre.fr/index.php/2007/04/exclusif-la-bonne-blague-de-rachida-dati

Ceci dit, cela reflète assez bien le niveau de débat de ces élections. Quand je lis les programmes, quand j'entends les candidats les exposer, et surtout ce qu'ils mettent en avant, je me dis que décidément, quoi qu'il se passe le 22 avril et ensuite au second tour, ne sera pas bon pour nous, du pire au moins pire.
On passe du petit dictateur, oui j'ose, au plus démago. Aucun juste milieu, pas de réalisme, juste la plus haute fonction d'Etat qui les intéresse. Pour limiter dans les superlatifs, je dirais simplement que je suis très inquiète. Gageons qu'il y ait un sursaut de réalisme, d'objectivité d'ici l'expression finale démocratique car nous en avons pour 5 ans, sauf dissolution, bien sûr...
avatar
parigi
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 55
Age : 47
Localisation : ben à Parigi...
Emploi : noyée dans l'actualité
Loisirs : pom-pom girl ou tricot...
Date d'inscription : 04/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Taz91 le Mar 10 Avr 2007, 15:14

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois posé la question de l'inné et de l'acquis en matière de pédophilie, mardi, faisant le parallèle avec le suicide et les cancers liés au tabagisme.

"Qui peut me dire que c'est normal d'avoir envie de violer un petit garçon de trois ans ? Est-ce que c'est normal ? Est-ce que c'est un comportement...", s'est interrogé le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle sur France 2.

"Je voudrais apporter un témoignage personnel, ça ne m'a jamais traversé l'esprit", a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy a été vivement critiqué ces derniers jours par Ségolène Royal, François Bayrou, Jean-Marie Le Pen et des spécialistes, pour avoir déclaré dans un entretien à Philosophie Magazine qu'il inclinait "à penser qu'on naît pédophile".

"Quelle est la part de l'inné et quelle est la part de l'acquis ?", s'est-il à nouveau interrogé sur France 2.

L'ancien ministre de l'Intérieur a d'abord fait le parallèle avec le suicide, déclarant : "Je ne veux pas qu'on complexe les parents : tout jeune qui se suicide ce n'est pas exclusivement la faute des parents, il y a un terrain".

Il a ensuite parlé du cancer, soulignant qu'"il y a des tas de gens qui fument deux paquets de cigarettes et qui n'auront jamais de cancer et puis il y a des malheureux qui ne fument jamais, les fumeurs passifs, et qui auront le cancer, pourquoi ? parce que leur identité... il y a un terrain qui est plus propice et plus fragile", a-t-il ajouté.


Niveau connerie, Sarkozy est en terrain conquis... ça c'est sûr... mur
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Kai le Mar 10 Avr 2007, 15:44

Spoiler:
"Taz91" a écrit :
Niveau connerie, Sarkozy est en terrain conquis... ça c'est sûr... mur
_________________
Pour lutter contre les maladies neurologiques (sclérose en plaques, Parkinson...) faites vos dons !


mortel le lien d'effet à cause


Dernière édition par le Mar 10 Avr 2007, 19:35, édité 1 fois

Kai
Bannie

Nombre de messages : 1447
Date d'inscription : 08/02/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Invité le Mar 10 Avr 2007, 18:07

Spoiler:
Il ne doit pas y avoir d'autres balises que les siennes dans le message pour que le spoiler fonctionne, si tu enlèves celles des quotes, ça marchera.

Je pense que c'est grâce à ce genre de propros que des gens ouvrent petit à petit les yeux sur le vrai sarko et j'espère qu'il y aurait encore plein de "bourdes" de ce genre avant le 22 avril. La bombe de Begag devrait avoir le même effet, ça l'oblige déjà à être ridicule :
http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2007/04/08/4561926.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Taz91 le Mar 10 Avr 2007, 19:38

Je suis d'accord avec toi Martina mais je reste affligée à l'idée que ce personnage soit crédité de tant de voix...
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par parigi le Mer 11 Avr 2007, 10:51

Pour ce qui concerne la fameuse théorie sur la génétique de Sarkozy, c'est tiré d'un entretien du 20 février dernier avec Michel Onfray (que j'aime bien en passant), même si ça ne sort "que" maintenant.
Voici un lien intéressant de la LDH, et cela nous concerne un peu comme vous le verrez, car s'il y a une théorie génétique pour le "délinquant potentiel", pourquoi pas pour nous ?
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1989

Et maintenant, parlons du FNAEG (Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques) où sont stockées pendant 40 ans les ADN récoltées, puisque nous sommes en plein dedans.
Pour rappel, ce fichier qui a vu le jour en 1998, qui avait fait du bruit, n'avait été créé, selon nos gouvernants, pour les infractions sexuelles. Enfin, c'est ce qui avait été dit au "bon peuple" que nous sommes pour nous rassurer. Sauf que, la récolte des ADN s'est étendue aux crimes et depuis 2003 à la très grande majorité des délits. Le chiffre : 400 000 ADN récoltés, ça fait beaucoup. Donc maintenant, en-dehors des infractions sexuelles, par exemple, si nous avons taggé un mur pendant les manifs anti-CPE et/ou fauché du maïs transgénique, et ce ne sont que des exemples, on peut nous demander notre ADN et si nous refusons, eh bien, nous sommes des méchants rebelles contre la loi et nous pouvons être condamnés, selon les cas de un an à deux ans de prison et de 15.000 € à 30.000 € d’amende. A savoir que pour l'instant, sur les affaires dont j'ai entendu parler, les tribunaux ont condamné à 500 € d'amende en moyenne sans peine de prison, même avec sursis.

Pour info, que Fitzouille m'avait transmise, un docu que j'ai vu sur la cinquième sur le sujet, et qui par certains propos tenus, notamment en Angleterre sont assez inquiétant. Leur rêve, comme celui de Sarko d'ailleurs, est d'établir un profil ADN de délinquants potentiels que l'on pourrait arrêter avant leur potentiel acte. C'est y pas beau la vie ? Et puis à ceux qui s'opposent à ce projet fou (car ce n'est pas le seul) ben c'est forcément qu'ils ont quelque chose à se reprocher. Je vous la fais en résumé et vous mets le lien si ça vous dit de mettre vos magnétos.
http://www.france5.fr/programmes/articles/sciences/1001-pistes-par-nos-genes.php
avatar
parigi
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 55
Age : 47
Localisation : ben à Parigi...
Emploi : noyée dans l'actualité
Loisirs : pom-pom girl ou tricot...
Date d'inscription : 04/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Jeu 12 Avr 2007, 23:20

Quelqu'un a maté la campagne télévisée, enfin les machins officiels, les clips électoraux là ?

J'ai pas bien compris le principe je crois, d'après ce que j'ai lu et ce que je viens de voir, on dirait que ça change de thèmes (chaque jour/chaque semaine ?) et puis c'est découpé, aujourd'hui, enfin tout à l'heure sur la trois, y avait pas Nicolas ô joie ô bonheur, mais Lepen et de Villiers, Voynet, Royal, Laguillier et puis Schivardi. Du grand caustique, ça m'a limite remonté le moral. J'avais oublié que c'était pas qu'aux guignols le coup du travailleurs, travailleuses, Dominique et les effets de caméra elle avait du mal la pauvrette à tourner la tête, le pépère du PT l'est pas une flèche en parlote mais c'est pas forcément malin d'insister en nous balançant le grand chef du parti, tu sens la vieille division de classe rien qu'aux fringues et au rasage de près, ça fait un peu on a mis un vrai prolo pour la caméra, mais chez nous les penseurs tout d'même y savent se tenir. Malheureusement l'autre salaud du FN est bon en parlote, même si l'coup de l'agriculture comme moteur du marché, ça sent un peu l'avant 19ème siècle et la négation de l'histoire, on en est plus à un négationnisme près tu m'diras, l'enflure islamophobe, sa corruption et son inégibilité, je sais c'est petit et tout mais j'peux pas m'empêcher de penser à son fiston qui se taperait l'autre fiston, d'ici à ce que ce soit génétique comme dirait Nicolas nous vlà bien en peine d'élire un inéligible par filiation, et la fine fleur de la France avec ses anciens déclinés selon tous les synonymes positifs du dictionnaire les yeux sur le prompteur, j'ai du mal toujours avec cette façon de réifier le rôle de la Meuf comme le moteur de la famille, un coup les mômes, puis les vieux, à quand la cuisine et l'église ?

Bref, mon analyse ne vole pas haut, mais c'est à la hauteur de ce qu'on nous propose, et puis de toute façon ils et elles me vénèrent plus qu'autre chose et j'ai les neurones ratatinés à c'te heure.

Alors les autres y causent quand ?

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 40
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Taz91 le Ven 13 Avr 2007, 09:40

Moi je les ai vu les clips, ils sont tous nazes d'ailleurs. Je ne crois pas qu'ils changent en tout cas, je vois toujours les mêmes depuis une semaine.

Sinon les candidats passent 6 par 6, 6 un soir, 6 l'autre soir. Donc logiquement ce soir tu devrais avoir l'immense plaisir de voir le clip de Sarko et des autres (celui de Bové interrogé par Karl Zéro vaut le coup d'oeil Laughing ).

Edit : Elle sait plus quoi faire pour récupérer des voix, Voynet, elle a dit que si elle était élue, elle prendrait Nicolas Hulot comme 1er ministre...
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum