Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par aude le Dim 22 Avr 2007, 15:24

ben ds ma ville sont plus encrés à gauche.
avatar
aude
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 2632
Age : 33
Localisation : rouen
Loisirs : musique,lecture,
Date d'inscription : 13/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par rhodopsine le Dim 22 Avr 2007, 23:42

Moi j'attends le rhône avec impatience Rolling Eyes

La rose va t'elle se faner à Lyon???
avatar
rhodopsine
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 7
Localisation : Lyon
Emploi : biologie
Loisirs : Moto et pleins d'autres choses!!
Date d'inscription : 18/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 23 Avr 2007, 01:02

Bon ben préparons nous à Nicolas-président mes poulettes.
Avec grosso modo 35/37 % des voix la "gauche" n'est pas brillante, et la Royal le sentait bien (ce qu'elle a été minable ce soir/ du coup ?) et va devoir aller suçoter dans le "centre", enfin encore plus à droite quoi. Alors en admettant qu'elle ratisse 10 % à tout péter à l'autre tocard, et que ça ne foute pas trop les boules aux électeurs de la gauche non et anti libérale et que, allez, 5 % restent convaincus que Sarkozy c'est trop pourri et que malgré les malgré faut se dévouer, t'ajoutes les 3 % PC/verts, ça nous donne du 40 % quoi. Ptêt qu'y aura 3-5% FN qui pour des raisons que j'ignore iront voir de son côté, et j'suis très gentille on plafonne à 45. Le grand écart centre-vraiment-à droite/gauche antilibérale/PS mou, n'arrivera donc pas à la hauteur de l'autre crevure. Bref, on est bien baisées, et sans vaseline, si vous me le permettez.

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Taz91 le Lun 23 Avr 2007, 01:09

Tout dépend de Bayrou au final. Un ralliement de l'UDF à Sarkozy et c'est finit. L'inverse est aussi envisageable, Bayrou ira là où sera le plus offrant. S'il se rallie au PS, tout est encore faisable.
Très franchement, je préfère que le PS aille chercher le Centre même s'il penche plus à droite qu'à gauche pour éviter Sarko comme président.
avatar
Taz91
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 12104
Age : 32
Localisation : 92
Date d'inscription : 05/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 23 Avr 2007, 01:17

Et bien à chacun ses priorités. Il est évident que le PS va, est en train de chercher au centre. Ce qui signifie néanmoins une reconfiguration politique d'envergure, qui
1/n'assure pas malgré tout la victoire à une Royal encore plus à droite que ce qu'elle n'est, ce qui n'est pas très réjouissant
2/ne certifie pas si ça va trop au centre, que les 7 % grosso modo actuels plus à gauche se reporteront sur le vote royal (au moins une moitié lâchera l'affaire si elle droitise encore davantage son discours)
3/n'est carrément pas gagné côté UDF, qui rappelons le, à l'aube des législatives, va se souvenir de ses potes de désistement habituels, qui ne sont pas ps si je ne m'abuse. Bon tout ça va se jouer à coup de promesses ministérielles et de sièges de députés, 'toute façon.
>> y a pas photo, hormis qu'avec un peu de pot, le ps va enfin exploser pour se reconfigurer avec son pendant socdém et son pendant socialo le seul "bon" truc à prendre dans l'affaire histoire d'assainir les choses, ce sera j'en suis sûre à la Tessier croisée avec Nostradamus, Nicolas, et au "mieux" (à quel prix) une gauche si light qu'elle ne pourra être taxée ainsi. Mais j'ai beau calculer dans tous les sens, je crois que c'est bel et bien dead et Sarkozy président.

Vous avez vu Tapie sur la 2 à part ça, c'était énormeeeee !

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par TARADITA le Lun 23 Avr 2007, 07:35

Nonette a écrit:
Vous avez vu Tapie sur la 2 à part ça, c'était énormeeeee !

Justement non...parait selon France Inter qu'il était pâteux, c'est ça?
avatar
TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 23 Avr 2007, 09:21

Je pense qu'il avait carrément picolé ouais, il a enchaîné les lapsus (entre Ségolène et Sarkozy, et Bayrou et un genre de Baylèze (?) des radicaux), et fidèle à lui même, genre anti-langue-de-bois avec tutoiement d'usage, ça balançait sec sur le plateau. Le meilleur moment de la soirée.

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Lun 23 Avr 2007, 11:24

Oui et je me demande bien pourquoi un monsieur comme Tapie est invité lors d'une soirée électorale. C'est intéressant toute cette mafia-fric sur le service public, personnellement je trouve ça affligeant, et monsieur Mocky anar de droite…
Enfin ceux qui sont dans la misère peuvent remercier le PC et la LCR d’avoir explosé les collectifs anti-libéraux pour « sauver » leur parti, un grand merci à madame Buffet et monsieur Besancenot qui sont sensés défendre les intérêts des démunis, quel joli décalage entre le dire et le faire… Mais après tout quelle importance, les libéraux de tous poils ont l’avenir pour eux, le rouleau compresseur est en marche ! :puker:
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par fitzouille le Lun 23 Avr 2007, 11:27

encore 15j de trouille
avatar
fitzouille
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 6905
Localisation : idf
Emploi : docteur es science au chômage (à vendre)
Loisirs : piscine taichi lecture
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 23 Avr 2007, 11:47

Chuis assez d'accord avec toi Garance, même si ce fut plus complexe que cela tout de même les tractations ratées de la gauche antilibérale que de simples guégerres d'appareils, ils ont archi déconné en ne présentant pas UN-E candidat-e, et il est temps de prendre la mesure du rouleau compresseur de la droite et de jouer la carte unitaire, enfin. J'imagine cependant qu'ils sont au courant et que ça doit s'agiter de tous les côtés. Pas sûre qu'il y aura le temps de candidatures communes pour les législatives mais ce serait la bonne surprise. Cela étant, bien que ça me choque, le score lamentable du PC a ceci d'amusant qu'il se retrouve en-dessous de ses ennemis jurés trostkystes.

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Lun 23 Avr 2007, 12:44

Non ce n'était pas beaucoup plus complexe que ça Nonette. La ligue n'a jamais rejoint les collectifs sous couvert que le PC n'était pas clair sur ses positions avec le PS pour les législatives, le PC a tenté le passage en force pour la désignation DU candidat unitaire, arguant qu'elle avait la majorité dans les collectifs, sauf que le mode de désignation de la ou du candidat devait se faire par double consensus. Le PC a joué la carte du parti (se servant des collectifs pour rebondir), la ligue idem, car si les arguments de la LCR avaient été authentiques, elle aurait du rejoindre les collectifs dès le 11 décembre 2006 après St Ouen.…

Et voilà la position de la ligue pour les législatives :

ARIS (Reuters) - La LCR sera présente dans "un maximum d'endroits" lors des élections législatives, a annoncé mercredi Olivier Besancenot, qui a semblé écarter la perspective de listes communes des antilibéraux lors de ce scrutin en juin.
"Pour les législatives, il y aura les mêmes discussions et les mêmes éléments politiques à prendre en compte que pour les élections présidentielles"
, a déclaré le candidat à la présidentielle de la Ligue communiste révolutionnaire lors d'une conférence de presse avant un meeting à la salle de la Mutualité, à Paris.

Les négociations en vue d'une candidature unie à l'élection présidentielle à la gauche du PS ont échoué l'an dernier.
"Je n'ai pas d'adversaire du côté de la gauche antilibérale", a estimé Olivier Besancenot. "C'est déjà peut-être une spécificité par rapport à d'autres."
En coulisse, Alain Krivine, porte-parole de la LCR, a confié que des listes unitaires pourraient être présentées "dans quelques coins" lors des élections législatives, mais que le parti trotskyste comptait en présenter 450 en son nom propre.
A quatre jours du premier tour de la présidentielle, Olivier Besancenot a estimé que l'issue de ce scrutin aurait un impact sur les alliances lors des législatives.
"La question de qui sort gagnant lors de la présidentielle aura beaucoup d'incidence", a-t-il dit. "La question de l'indépendance vis-à-vis du PS va pour certains se poser différemment si c'est la droite ou la gauche qui est au pouvoir."


Dernière édition par le Lun 23 Avr 2007, 13:25, édité 2 fois
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 23 Avr 2007, 13:01

La LCR était (elle l'est toujours vachement en après-coup) divisée sur ces questions d'accointance avec le PC et ses alliances avec les socialistes qu'ils considèrent (non sans une certaine raison) comme des sociaux-libéraux, donc incompatibles avec la position anti-libérale, et en même temps fallait l'union. Le PC avait effectivement la majorité de fait (une fois les militants LCR barrés ?) dans les collectifs car les militants PC y étaient proportionnellement plus nombreux que les autres militants divers extrême-gauche on va dire. Il y a probablement aussi des luttes de personnes et de tirer la couverture à soi, donc oui la carte du Parti. LO a refusé d'emblée, fidèle relativement à elle même dans sa stratégie de non-alliance, ayant senti le coup du PC et désireuse de foncer aux signatures, m'a-t-on dit, mais n'a pas rompu avec la LCR officieusement y se causeraient beaucoup. Ce qu'a fait Bové là-dedans je sais pas si c'est très reluisant non plus, se déclarer si tardivement. On retrouve malheureusement une bonne dose là-dedans de la traditionnelle mésentente de la gauche, que je conçois, comprend, partage mais qui est un handicap de plus en plus lourd et grave de conséquences. Après, j'avoue que j'ai pas les détails, chuis bille en tête avec la thèse et pas très encartée comme pouffe, alors tout ça je le suis de l'extérieur.

Penses-tu qu'ils vont réessayer à présent la carte unitaire ?

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Lun 23 Avr 2007, 13:45

Un peu d'histoire sur les collectifs issus du 29 mai :


"Les composantes « identifiées » du mouvement (collectifs) étaient :

Les Alternatifs, PCF, MARS
Le seul mastodonte du groupe c’est le PCF avec disons 160 000 militants (chiffre du parti donc à voir à la baisse), les autres sont des organisations très jeunes (une dizaine d’années) contre 120 ans pour le PC.
Ensuite : Des militants des organisations suivantes : CCAG, LCR, Objecteurs de croissance, PRS, Verts.
Leur groupe en tant que tel n’a pas rejoint le mouvement, mais eux sont présents au sein des collectifs (et du national)
Identifiés comme étant des Verts ou LCR ou etc. mais donc minoritaires. Pour donner un ordre d’idée la LCR doit avoir moins de 5000 militants sur toute la France. Et donc quand on parle de la LCR minoritaire, on parle des gens qui ont leur carte à LCR, qui sont entrés dans les collectifs mais qui ne sont pas là en tant que membre de leur parti mais en tant que minorité de leurs partis.

Et puis il y a encore des personnes qui travaillent dans le milieu associatif, des syndiqués, des gens du PS, et tous les autres, qui ne sont dans aucun parti, aucun syndicat, aucune association, des personnes qui n’ont jamais fait de politique, bref les citoyens lambdas.

Le MARS : 60 adhérents, la Gauche Républicaine : 120, la mino LCR (40%) : 1200, la mino Verts (19 %) : 1670, Les Alternatifs (80 %) : 1600, le PCF : 90 000.

Chiffres donnés par : François Soltic (ex-Vert, donc non-encarté du Collectif Paris 19°, et au CNIU)."

Tout ça à mettre au passé, puisque certains se sont retirés après le clash de décembre.

Et encore un peu d'histoire sur l'implosion :

"Il n'a jamais été question de majorité pour la question de la désignation du candidat, mais bien de double consensus, et (je ne parle pas des militants communistes mais bien de la direction du PC) quand le PC a rejoint les collectifs, il a de fait accepté les conditions de désignation, ainsi que les propositions du déroulement de la campagne etc. C'est donc bien la direction du PC (la distinction est importante) qui tente de changer la règle du jeu quant à la désignation du candidat. En parlant même de dénie de démocratie à cause du soi-disant non-respect de cette majorité.
Quand MGB dit que sa candidature est refusée parce qu'elle est MEMBRE du PC elle ment, puisque, ce qui est dit c'est : N'IMPORTE QUI DU PC MAIS PAS ELLE.
Pourquoi ? Parce que identifiée comme secrétaire générale du PC, de plus elle a été ministre de la gauche plurielle dans un gouvernement libéral (contre quoi les collectifs luttent) sans jamais prendre position en disant que la politique du gouvernement n'était pas satisfaisante. Pour une candidature qui rassemble autour d'un projet clairement antilibéral ça fait beaucoup de handicap.
Et depuis le début, il a été clairement dit que sa candidature ne faisait pas consensus, cela ne date pas de ce week-end. Alors si quelqu’un ici cherche à changer les règles du jeu, ce n’est pas le collectif national.
La plupart des militants communistes qui sont arrivés à St Ouen ce week-end étaient de bonne foi quand ils parlaient de majorité, sauf que si chacun s’était renseigné sur les modalités de désignation du candidat (sur le site national par exemple) ils auraient vu que le double consensus était là dès le départ. Cette information aurait du être relayé dans chacun des collectifs, et là, on peut se poser la question de qui relaye quoi au sein des collectifs.
Quant au noyautage des collectifs par le PC, cette réalité existe, qu’elle soit difficile à encaisser c’est certain mais refuser de voir cette réalité ne la rendra pas moins réelle. Nous avons vu dans mon département fleurir (dans les derniers jours où il était possible de créer des collectifs pour désigner le candidat) de nouveaux collectifs UNIQUEMENT PC qui ont unanimement voté MGB. Toujours dans mon département des collectifs créés par des militants PC -qui n’avaient pas choisi MGB-, ont vu leur fédération descendre en nombre pour les faire changer d’avis, ce qui a eu pour résultat de les conforter dans leur idée que MGB ne devait, ni ne pouvait être désignée.
Alors l’idée du passage en force peut, à juste titre, être soulevée…
La direction (branche dure) a retrouvé de vieux réflexes de fonctionnement et ce, malgré les appels de certains des dirigeants refondateurs comme Zarka, Martelli… Voir aussi la lettre adressée au conseil national du PCF et signée par Claude Mazauric, Jack Ralite, Georges Séguy, Lucien Sève, Michel Simon qui ne peuvent, en aucune façon, être taxés d’anti-communistes primaires.
(La LCR majoritaire est aussi responsable du rapport de force qui se joue à l'intérieur des collectifs en n'ayant pas rejoint le mouvement).

Voilà tout ce qui précède écrit en décembre 2006.

Quand à la candidature Bové -qui ne faisait pas plus consensus-, elle a été amené en grande partie par des personnes extérieures aux collectifs ce qui en soi aurait pu être positif, sauf que la démarche unitaire est passée à la trappe.
Bové avait par ailleurs retiré sa candidature des collectifs 15 jours avant la désignation de la ou du candidat. Et cette campagne a fini le travail commencé par le PC qui porte une lourde, très lourde responsabilité dans cet échec, mais la ligue a largement fait sa part.

Il va falloir recoller les morceaux de ce gâchis et je doute que les morceaux soient recollés avant les législatives.
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Lun 23 Avr 2007, 14:15

Ok. Merci du détail. Je n'étais pas au courant de cette histoire de double-consensus, et j'avoue que je ne pige pas trop ce dont il s'agit.

Au-delà, ce serait selon toi, un genre de putsch de la LCR sur les votes EG avec un candidat qui passe très bien dans les médias et qui le sait ?

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Lun 23 Avr 2007, 14:49

Pour faire court, le double consensus était : Le candidat désigné par les collectifs par consensus et le candidat désigné par le CIUN par consensus et trouver celui ou celle qui mettait tout le monde d'accord.
A l'origine les cinq candidats étaient : Autain, Bové, Braouzec, Buffet et Salesse.
Exit Bové fin novembre.

Quant à Besancenot, je ne crois pas que se soit un putsh sur l'extrême gauche c'est une logique de parti. La campagne qu'il a menée (qui était bonne) et son score le conforte dans sa position.
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Mar 24 Avr 2007, 15:51

Bon au-delà des problèmes de mésentente, de conflits d'intérêts particuliers et de personnes, inhérents à la logique partisane et particulièrement aux partis traditionnellement d'extrême-gauche , au delà de la grande déception devant le non aboutissement d'un collectif anti-libéral, vu la défaite électorale du PC (la gifle doit être encore plus forte pour eux de l'échec de ce mouvement antilibéral) il est l'heure de ne pas rester dans notre dégoût et notre déprime, de tirer des conclusions et de poursuivre.

J'espère que le PS va éclater entre sociaux-démocrates et son aile gauche et qu'il y aura de quoi faire un rassemblement de groupes de gauche non-libérale pour la suite, législatives et au delà. Cela étant, l'urgence est à présent sur tous les fronts, et je ne vois pas trop comment tout cela va évoluer. Et moi-je, j'me demande où je peux me retrouver là-dedans, n'ayant pas trop un profil d'encartée, et une conviction en même temps que tout ne se passe pas seulement au niveau local ou associatif, ni professionnel ni dans les mobilisations classiques.

Alors pour reprendre ce fil, une question projective ptêt un peu blairote, mais ça vaut le coup de se la poser, d'autant qu'il y a lieu de se demander ce qui va se passer côté révolte populaire que-l'on-commence-à-en-parler : si c'est Nicolas, comme cela risque malheureusement de se produire, qui est élu, vous envisagez de faire quoi à court et moyen terme ? Le jour de l'élection et dans les mois à venir ?

Et au niveau électoral ? Vous envisagez de voter pour quel candidat aux législatives/d'ailleurs vous votez pour un candidat en particulier ou pour un parti ou pour une majorité parlementaire\ ? Dans l'optique d'une présidence de Nicolas, ça donnerait quoi votre intention de vote ?

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Mar 24 Avr 2007, 16:23

Un mot pour les mois à venir : RÉSISTANCE !

En ce qui concerne
Bon au-delà des problèmes de mésentente, de conflits d'intérêts particuliers et de personnes, inhérents à la logique partisane et particulièrement aux partis traditionnellement d'extrême-gauche , au delà de la grande déception devant le non aboutissement d'un collectif anti-libéral, vu la défaite électorale du PC (la gifle doit être encore plus forte pour eux de l'échec de ce mouvement antilibéral) il est l'heure de ne pas rester dans notre dégoût et notre déprime, de tirer des conclusions et de poursuivre.

Facile, quand des personnes, depuis Seattle et aussi le TCE, tentent cette union sabrée par les partis, de leur dire : passez outre. Ces questions ont été débattues, argumentées, expliquées, avec en face des partis arc-boutés sur leurs positions foireuses. Mais comme ils doivent rigoler en face !!
Pourtant, il y en a, qui essaye encore d'avancer, de passer les clivages, de re-nouer le dialogue, mais pour des résultats demain ? Shit

Le résultat du PC était évident et ça n'a rien empêché ! lévitation
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par parigi le Mer 25 Avr 2007, 13:11

Eh bien voilà les urnes ont parlé et nous voilà devant un sacré choix. Le vote "utile" a bien fonctionné même si je m'interroge sur le vote "utile" pour qui ? Pour la Gauche et laver l'affront de 2002, pour les citoyens que nous sommes ?
En tout cas, de ce premier scrutin, je ne retiendrais qu'une chose, la peur ou l'entretien de celle-ci qui a bien fonctionné. Je ne savais pas que ce que l'on appelle démocratie était synonyme de peur. En tout cas, déjà ça m'interroge cette manière de faire de la politique et/ou d'arriver à diriger un pays ainsi. On a vu avec Chirac, ce que cela a donné.
Nous sommes dans une société où beaucoup de choses indispensables à la qualité de vie d'un individu se sont réduites, où un fossé qui existait depuis plusieurs années s'est accentué. Et qu'on ne me dise pas que ce sont les 35 heures qui sont responsables de tout, car aujourd'hui si on fait des heures supplémentaires, elles sont payées à 10 % et non plus à 25 % dès la première heure, alors travailler plus pour gagner plus mais à quel prix. Et au moins les 35 heures ont eu le mérite, par le biais de contrôles annuels, de vérifier le temps de travail, car avant combien d'heures sup. n'étaient pas payées ?
Donc aujourd'hui, nous avons le choix entre une Gauche qui veut que l'on vote non pour un parti, mais pour une personne, une femme et à Droite, nous avons un type qui flirte avec tout ce que peut contenir la France comme opinions sur la religion, la sécurité, l'immigration, l'identité nationale, l'économie etc... et arrive dans un même discours à dire tout et son contraire pour ratisser large sans que cela ne choque personne. Mais bon, ce n'est pas grave, puisque ce n'est pas un FN mais un mec de bonne famille de l'UMP qui dit cela et qui en plus se pose comme victime. La victimisation, ça ne vous rappelle pas quelqu'un ?
Bref, en-dehors de ces discours de seconde campagne, ce qui sera décisif, ce sera le débat du 2 mai. Alors Ségolène Royal a intérêt de manger de la révolte à certains propos et surtout de la spontanéité et l'autre, Nicolas Sarkozy, j'espère qu'il se fera un claquage en faisant ces multiples grands écarts.
De tout cela, ce qui m'embête, c'est que certes nous allons aux urnes pour 5 ans mais il faut être réaliste tout de même, la situation de notre pays est telle tout de même sans jouer les scénarios plus catastrophiques qu'ils ne le sont, c'est que le choix de la politique qui sera fait le 6 mai, ne sera pas pour les 5 prochaines années mais les 10 car 5 ne suffiront pas et on n'aura pas le luxe de pouvoir en rechanger dans 5 ans. Peut-être que je me trompe dans mon analyse, mais c'est ma manière de voir les choses et quand je vois ce que j'ai comme choix démocratique, qui ne prend pas en compte le vote blanc, ben je me fais du souci.
Alors certes, il y a les législatives et nos fameuses institutions, mais quand je vois comment Sarko gère le pouvoir (on l'a vu à diverses reprises) et Royal qui veut paraît-il redonner le pouvoir au peuple et modifier les institutions, j'ai quelques inquiétudes.
Bref, comme vous pourrez le constater, je suis peu satisfaite et inquiète quand je vois que la démocratie se joue sur le ou la moins pire.
avatar
parigi
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 55
Age : 46
Localisation : ben à Parigi...
Emploi : noyée dans l'actualité
Loisirs : pom-pom girl ou tricot...
Date d'inscription : 04/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par parigi le Mer 25 Avr 2007, 13:28

Ah et j'oubliais, pendant qu'il y en a qui vont mettre leurs petits bulletins dans l'urne, le gouvernement travaille, si, si et pour notre bien, forcément.
Extrait :
"Le ballet des projets de décrets se poursuit en cette saison électorale propice. Après le projet créant une « Commission nationale de déontologie des services de communication au public en ligne » [1] et celui relatif au droit de réponse sur Internet [2], un troisième projet de décret d'application de la loi pour la confiance dans l'économie numérique du 21 juin 2004 (LCEN) [3] est en préparation. IRIS rend public le texte de la version de travail de janvier 2007 de ce projet, que l'association a pu se procurer [4].

Ce projet de décret comporte des dispositions relatives à la conservation des données par les fournisseurs d'accès et les fournisseurs d'hébergement tels que définis par l'article 6 de la LCEN. Le chapitre 1er du projet de décret détermine, en application du II de l'article 6, la nature des données à conserver par ces intermédiaires techniques, ainsi que la durée de cette conservation. Son chapitre 2 porte sur les conditions de fourniture de ces données aux services de police et de gendarmerie, en application du IIbis de ce même article, introduit dans la LCEN par la loi de lutte contre le terrorisme du 23 janvier 2006 [5].

En cohérence avec le décret du 24 mars 2006 [6] relatif à la rétention des données de communications, introduite par la loi sur la sécurité quotidienne de novembre 2001 (LSQ) [7], le chapitre 1er du projet de décret fixe la durée de conservation des données à un an. IRIS avait alors déjà dénoncé le choix de cette durée excessivement longue [8], d'autant que le délai de conservation des données par les hébergeurs prend comme point de départ la moindre modification par l'abonné d'un quelconque contenu hébergé, y compris sa suppression.

Mais le gouvernement va encore plus loin avec ce projet de décret, avec une définition de la teneur des données à conserver qui dépasse l'entendement. Alors que ces données ne sont censées servir qu'à « permettre l'identification de quiconque a contribué à la création du contenu » d'un service, le projet de décret prévoit la conservation de données qui vont bien au-delà de cet objectif, comme par exemple le mot de passe fourni lors de la souscription d'un contrat d'abonnement ou lors de la création d'un compte auprès du prestataire Internet.

À quoi une telle donnée va-t-elle être employée, soit par l'autorité judiciaire en vertu du II de l'article 6, soit par les services de police et de gendarmerie en vertu du IIbis de cet article, c'est-à-dire dans le cadre d'une enquête administrative ? Aucun garde-fou n'est prévu, alors que la loi sur la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 [9] a encore étendu les prérogatives des services de police judiciaire [10]. L'article 35 de cette loi prévoit en effet que les enquêteurs peuvent participer à des échanges électroniques sous pseudonyme, et peuvent détenir et fournir des contenus illégaux, dans le cadre d'enquêtes sur certaines infractions. Comment être certain qu'un mot de passe ne sera pas utilisé à mauvais escient, mettant en danger des personnes innocentes ? La conservation de telles informations est manifestement excessive et non pertinente. De plus, elle n'est en rien justifiée par la loi que ce décret est supposé préciser. "

Voilà, ce qui nous attends, dans le genre, laissons un peu plus de nos libertés publiques et individuelles pour notre sécurité à tous. Et nous aurons l'honneur et l'avantage d'avoir nos données conservées 3 ans au lieu d'1 an et n'importe qui peut se faire passer pour nous avec nos mots de passe. La voie du bonheur que le fichage et ce, même si on a rien à se reprocher comme certains disent. Quel bel avenir nous allons avoir, je ne sais pas si on aura plus à manger, mais au moins la France saura qu'on existe. Pardon, pour mon ton mais je suis très en colère car ce projet, il y a quelques années auraient fait bondir comme beaucoup d'autres et aujourd'hui, pas grand chose comme réaction.

suite sur : http://www.iris.sgdg.org/info-debat/comm-decretlcen0407.html
avatar
parigi
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 55
Age : 46
Localisation : ben à Parigi...
Emploi : noyée dans l'actualité
Loisirs : pom-pom girl ou tricot...
Date d'inscription : 04/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par TARADITA le Mer 25 Avr 2007, 19:15

Moi je suis de ton avis la-garance un seul mot d'ordre : entrer en Résistance !
Il ne faut pas baisser les bras et continuer à y croire qu'un autre monde est possible...
avatar
TARADITA
BatWoman

Nombre de messages : 3487
Localisation : Penn ar Bed
Loisirs : Contemplation
Date d'inscription : 02/06/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Jeu 26 Avr 2007, 10:49

A LA UNE DE POLITIS* CETTE SEMAINE

http://www.politis.fr

Présidentielle : Battre Sarkozy !

Dans son éditorial Denis Sieffert refuse la vision « idyllique »
d’un 22 avril 2007 d’une « France en pleine reconquête
démocratique ». L’éditorialiste rappelle que « le Front
national n’a pas été idéologiquement vaincu par la
gauche, mais politiquement par une droite dure qui
a capté son héritage et n’hésitera pas à s’en inspirer ».
Denis Sieffert entrevoit également à terme, avec « l’inexorable
mouvement du parti socialiste vers le centre » que la
question de la recomposition se posera à la gauche
antilibérale. Il propose, « pour faire vivre l’espoir » que cette
gauche appelle, unie, à « battre Sarkozy. »

http://www.politis.fr/Battre-Sarkozy,952.html

Dans son bloc-notes, Bernard Langlois se dit lui de
« méchante humeur ». « Dans tous les scénarios de
réforme constitutionnelle (...), on butte sur cette
fichue élection qui surplombe le système », écrit-il. « Dans
la mesure ou elle le conforte, ce système, cette forte
participation ne me réjouit donc qu’à moitié ». Mais
Bernard Langlois conclut tout de même : « Oui, nous
voulons la victoire de Ségolène Royal, tant celle du petit
caïd de Neuilly serait lourde de menaces pour notre
héritage laïque et républicain. Voire pour la démocratie ».

http://www.politis.fr/Mechante-humeur,1006.html

En ouverture, et sur sept pages, Michel Soudais et la
rédaction de Politis passent en revue le bilan d’étape
pour toutes les forces de gauche et écologiste. Le porte-parole
de José Bové, Yves Salesse, souligne dans un entretien la
nécessaire « unité » de la gauche « de transformation sociale ».

http://www.politis.fr/-Politique-.html

Et puis j'ai une question, pourquoi les femmes de sensibilité centre ou droite, n'échangent-elles pas leur point de vue ici ?

Qu'attendent-elles de monsieur Sarkozy et pourquoi ? Quelles sont leurs aspirations pour la société ? Où se reconnaissent-elles, et quelles sont leur besoins, envies, nécessités ?


*C'est encore mieux si vous achetez Politis, parution aujourd'hui…
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par La-garance-voyageuse le Jeu 26 Avr 2007, 11:08

Et peut-être à lire avant le deuxième tour, notamment pour celles qui hésitent. Le bilan de la législature, par la Ligue des Droits de l'Homme.

http://www.ldh-france.org/actu_derniereheure.cfm?idactu=1428

Et une petite visite sur leur site, c'est bien aussi :

http://www.ldh-france.org/
avatar
La-garance-voyageuse
Lez à l'aise
Lez à l'aise

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 29/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par fitzouille le Sam 28 Avr 2007, 14:12

édifiant

http://www.marianne2007.info/Azouz-Begag-temoigne-avec-emotion-de-la-violence-de-Sarkozy_a1255.html
avatar
fitzouille
Ne lez'ine pas avec les mots !
Ne lez'ine pas avec les mots !

Nombre de messages : 6905
Localisation : idf
Emploi : docteur es science au chômage (à vendre)
Loisirs : piscine taichi lecture
Date d'inscription : 31/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Nonette le Dim 29 Avr 2007, 12:03

C'est clair qu'il va falloir qu'ils se calment les bouffons du PS et consort avec leur mépris des 7% d'électeurs/trices qui n'ont pas voté utile direct au premier tour (et y en a bien plus qui se réclament bien de la gauche non-capitaliste qui ont été mettre royal à la première donne) s'ils veulent servir leur candidate. Parce qu'à force de les voir conter fleurette aux gens de droite de Bayrou et aux paumés volatiles et de réserver leur venin aux anciens alliés, ça va devenir de plus en plus de voter contre Sarkozy. Chacun ses responsabilités, mais partageons les. Bordel.

Nonette
Ne se Lez pas faire
Ne se Lez pas faire

Nombre de messages : 1640
Age : 39
Date d'inscription : 13/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Deux_mains le Dim 29 Avr 2007, 12:22

Parce qu'à force de les voir conter fleurette aux gens de droite de Bayrou et aux paumés volatiles et de réserver leur venin aux anciens alliés, ça va devenir de plus en plus de voter contre Sarkozy.
Malheureusement Nonette, je suis persuadée que c'est déjà ça, ils jouent cette carte à fond, la peur du grand méchant loup s'est maintenant déplacée. Si par extraordinaire Royal passe, elle aura été élue parce que beaucoup d'électeurs ne veulent pas de son rival.
avatar
Deux_mains
Lez'er moi entrer !
Lez'er moi entrer !

Nombre de messages : 28
Localisation : littoral
Loisirs : observer la troisième plume de l'aile gauche du pipit farlouse
Date d'inscription : 15/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présidentielles puis législatives : et si on en causait

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum